THÉÂTRES DE LA RIVE GAUCHE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Alors que, sur la rive droite, le Boulevard visait et obtenait les grosses recettes, alors que prenait forme, avec éclat au T.N.P., plus difficilement en province, un théâtre à vocation populaire, quelques pauvres petites salles, presque toutes situées sur la rive gauche de la Seine, démunies de soutien financier public comme privé, se sont payé le luxe de découvrir presque tout ce qui a compté dans le théâtre de cette époque : Audiberti, Vauthier, Ionesco, Genet, Beckett, Adamov, Dubillard, Weingarten et bien d'autres.

Deux metteurs en scène, deux découvreurs de textes, André Reybaz et Georges Vitaly, donnent, dès l'après-guerre, le coup d'envoi au théâtre nouveau. Un théâtre le plus souvent poétique, qui récuse le réalisme et se plonge, avec ivresse, dans les délices d'un langage comme libéré.

En 1946, Reybaz crée, à la Gaîté-Montparnasse, Quoat-Quoat d'Audiberti, et, l'année suivante, Vitaly donne au Théâtre de Poche, avec Suzanne Flon, Le mal court du même Audiberti, qu'il reprend bientôt aux Noctambules. Encore un an et c'est l'ouverture, par Georges Vitaly, du théâtre de la Huchette. Reybaz et Audiberti y participent, l'un comme metteur en scène, l'autre comme adaptateur d'une pièce de Bompiani : Albertina. Pendant quelques années, la Huchette et les Noctambules, ces deux minuscules théâtres, seront les deux pôles les plus vivants de la création théâtrale. À la Huchette, Vitaly se consacre surtout à Audiberti, dont il monte La Fête noire (1948) et Pucelle (1950). Il y découvre Schehadé (Monsieur Bob'le, 1951) et crée, avec Jacques Fabbri, Edmée de Bréal (1951). Aux Noctambules, dès 1947, c'est le coup d'éclat des Épiphanies de Pichette. Cette création, qu'on doit également à Vitaly, avec Maria Casarès, Gérard Philipe et Roger Blin, s'impose comme l'un des grands événements poétiques de l'après-guerre. Puis, ce seront, en 1949, Fastes d'enfer de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Colette GODARD, « THÉÂTRES DE LA RIVE GAUCHE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatres-de-la-rive-gauche/