Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

EXCOFFON ROGER (1910-1983)

Roger Excoffon a largement participé au renouveau de la création typographique intervenu en France dans les années 1950. « En moins de quinze années, la conjonction de Roger Excoffon avec la fonderie Olive a doté la France de ce qu'elle n'avait jamais connu depuis la „belle époque“ de Georges Auriol et de Georges Peignot, au début de ce siècle », note Maximilien Vox dans le catalogue de l'exposition organisée par la Monnaie de Paris en 1986, trois ans après sa mort à Paris en 1983. Mais son œuvre de typographe, aussi remarquable soit-elle, ne doit pas faire oublier ses autres réalisations dans le domaine de l'affiche, dans celui de la publicité ou de la peinture, qui lui valurent l'hommage de grands créateurs comme Savignac ou Georges Mathieu.

Issu d'une famille de minotiers et de magistrats, Roger Excoffon est né à Marseille en 1910. Après avoir entrepris des études de droit pour lesquelles il avoue n'avoir aucune prédisposition, il décide finalement de se consacrer à sa seule passion : la peinture. Il « monte » alors à Paris où il pratique le dessin et la peinture en fréquentant plusieurs académies libres. Fuyant les écoles afin d'échapper à tout enseignement didactique, il se fait fort de se préserver de toute influence et de forger son propre style. « Je ne cherche que la perfection, mais quelle souffrance ! », confie-t-il alors à son épouse Madie. « Il faut savoir s'arrêter pour écouter une note de musique, un chant d'oiseau, détailler une fleur. Oisiveté, peut-être, mais indispensable pour arriver à l'état de grâce, déclic de la Créativité », lui avoue-t-il encore. Après la guerre débute pour lui une nouvelle aventure dans le monde de la Lettre, de l'affiche, de la publicité. Il entre à la fonderie Olive en 1945, où il ne créera pas moins de neuf caractères en plomb, dont le fameux Mistral, l'Antique Olive, le Chambord, le Nord, qui furent plus tard tous repris en photocomposition et en transfert. Le Mistral, qui inscrit le libre tracé de la cursive dans la géométrie stricte du plomb, fut certainement l'entreprise la plus ambitieuse jamais menée par un typographe depuis longtemps.

Après avoir occupé le poste de directeur artistique de la fonderie Olive, Roger Excoffon s'associe en 1956 pour fonder l'agence de publicité U & O, il met alors au service de l'affiche une gestuelle qui n'appartient qu'à lui. De son coup de pinceau, devenu légendaire, il fait jaillir d'admirables affiches ; citons parmi les plus célèbres l'oiseau blanc d'Air France, le coq de Pathé, la chaussure effilée de Bally, l'écureuil de la Caisse d'épargne. Grâce à une parfaite maîtrise de la peinture chinoise où la continuité entre la lettre et le dessin est totale, il s'impose comme un affichiste exceptionnel mais aussi comme un graphiste de grand talent. On lui doit à ce titre d'innombrables logos, marques, conditionnements de produits pharmaceutiques, agrochimiques et cosmétiques, ainsi qu'une série très originale de médailles pour les jeux Olympiques d'hiver de Grenoble. En 1971, Roger Excoffon crée à Paris sa propre agence, Excoffon Conseil, qu'il oriente autant vers la conception et la gestion publicitaire que vers les problèmes de communication visuelle : activités multiples qui vont de la création publicitaire proprement dite (affiches, édition, publicité-presse, packaging...) à l'étude d'image de marque. Ayant acquis une célébrité internationale, il est alors consulté par de grandes sociétés à travers le monde, par des organismes officiels ; il remporte de nombreux prix et récompenses (grand prix de la publicité en 1962, médaille d'or Martini en 1965, lauréat de la Ire Biennale internationale de l'affiche en 1966, oscar de la publicité en 1969 pour l'ensemble de son[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : journaliste, chargé de cours à l'École supérieure Estienne

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AFFICHE

    • Écrit par Michel WLASSIKOFF
    • 6 817 mots
    • 12 médias
    En France, Marcel Jacno etRoger Excoffon, dessinateurs de caractères soucieux de maintenir une typographie française face au style suisse, expérimentent leurs créations dans de nombreuses affiches. Le premier met en place l'identité visuelle du Théâtre national populaire, fondée sur un ...
  • GRAPHISME

    • Écrit par Michel WLASSIKOFF
    • 7 454 mots
    • 3 médias
    Face à l'essor du style suisse, Marcel Jacno et Roger Excoffon, dessinateurs de caractères et graphistes, s'emploient à renouveler la typographie « latine ». Le premier se distingue par la diversité de ses travaux : du paquet de Gauloises au caractère qui porte son nom, en passant par l'identité visuelle...
  • TYPOGRAPHIE

    • Écrit par Michel WLASSIKOFF
    • 6 595 mots
    • 1 média
    Marcel Jacno (1904-1989) et Roger Excoffon (1910-1983), également soucieux de maintenir une typographie latine, se distinguent par la création de caractères pour la publicité et la presse écrite, comme le Jacno édité par la fonderie Deberny et Peignot, ou le Banco d'Excoffon par la fonderie Olive. Par...

Voir aussi