Maxime PRÉAUD

archiviste-paléographe, conservateur en chef à la Bibliothèque nationale

ALMANACH, estampe

  • Écrit par 
  • Maxime PRÉAUD
  •  • 805 mots

Le mot almanach, d'origine incertaine, apparaît dans l'arabe occidental au xiiie siècle ; il désigne d'abord une éphéméride où figurent les positions du soleil et de la lune. Avec l'invention de l'imprimerie et de l'estampe, ce type de calendrier va […] Lire la suite

BRESDIN RODOLPHE (1822-1885)

  • Écrit par 
  • Maxime PRÉAUD
  •  • 1 034 mots

Fils d'un ouvrier tanneur, Rodolphe Bresdin naît au Fresne (Loire-Atlantique) le 12 août 1822. Après 1830, les Bresdin partent pour Nogent-le-Rotrou, puis pour Paris. Rodolphe aurait quitté très jeune la maison paternelle pour se livrer à l'exercice du dessin et de l'eau-forte. Sa première estampe datée que l'on connaisse, de 1838, figurant un buste de perso […] Lire la suite

LECLERC SÉBASTIEN (1637-1714)

  • Écrit par 
  • Maxime PRÉAUD
  •  • 710 mots

Sébastien Leclerc est certainement le graveur le plus représentatif du règne de Louis XIV dont il est le contemporain presque exact et dont il transcrit avec rigueur et élégance les manifestations essentielles. Sa carrière, longue et laborieuse, est cependant exempte des noirceurs du siècle, et son art échappe à toute brutalité.Fils d'un orfèvre de Metz, Sébastien Leclerc est baptisé le 26 septemb […] Lire la suite

MELLAN CLAUDE (1598-1688)

  • Écrit par 
  • Maxime PRÉAUD
  •  • 1 048 mots

Originaire d'Abbeville (Somme), patrie de nombreux graveurs de talent, Claude Mellan vit le jour en mai 1598. Son père et homonyme et un de ses frères, Philippe, étaient chaudronniers et planeurs de cuivre. Ce milieu professionnel fut probablement à l'origine de sa vocation. On ignore toutefois quels furent ses maîtres dans l'art de la taille-douce fort […] Lire la suite

MORIN JEAN (1610 env.-1650)

  • Écrit par 
  • Maxime PRÉAUD
  •  • 522 mots

Parmi les artistes qui illustrèrent la gravure française au xviie siècle, il en est peu qui soient autant appréciés des amateurs d'estampes que Jean Morin et dont l'existence soit aussi obscure. On ne connaît avec certitude que la date de son décès, à Paris, au mois de juin 1650. On suppose qu'il serait né dans […] Lire la suite