ROCHES (Formation)Érosion et sédimentation

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Cycles sédimentaires

Les séries sédimentaires s'ordonnent souvent en séquences lithologiques qui se répètent avec une régularité plus ou moins stricte. On peut y voir un témoignage d'une évolution cyclique de certains paramètres déterminant la sédimentation. Les oscillations du niveau des mers au cours du Quaternaire en sont un exemple classique.

Les cycles sédimentaires sont en fait d'une extrême variété tant par leur extension que par leur période : de microcycles élémentaires comme les varves (cf. Facteurs climatiques), on passe aux mégacycles qui définissent les étages, voire même les systèmes. Mais il n'est pas possible de lier l'ampleur d'une séquence cyclique à un déterminisme spécifique : chaque cas est particulier et mérite une étude spéciale.

Évolution d'une notion

L'alternance des transgressions et des régressions quaternaires a conduit M. Gignoux (1950) à définir un cycle sédimentaire comme « toute série de formations marines qui, dans une région donnée, est encadrée entre deux régressions ». Cela se traduit théoriquement dans la succession lithologique résultante par la superposition d'une séquence positive ABCD et d'une séquence négative (D)CBA, inverse. On peut alors schématiser un cycle par la succession lithologique symétrique ABCDCBA (fig. 4).

Cycle vrai

Dessin : Cycle vrai

Schéma d'un cycle vrai fait de deux séquences symétriques ABC(D), (D)CBA 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

En fait, cette définition est beaucoup trop restrictive, car elle implique que les cycles sédimentaires sont commandés par une seule cause, les fluctuations du niveau marin dans l'option précédente, alors que la sédimentation dépend à l'évidence d'autres facteurs cycliques ou rythmiques, tel le climat. De plus, elle limite corrélativement les cycles sédimentaires au seul domaine marin, alors que les dépôts cycliques sont bien connus dans le domaine continental (varves, charbons limniques, sels). Enfin, elle impose à la notion de cycle une échelle spatiale et temporelle limitée à l'étage ou au système, alors que des ensembles sédimentaires comme les varves ou les flyschs présentent une périodicité bien plus courte.

Aujourd'hui, on a tendance à élargir la notion de cycle sédimentaire à chaque récurrence plus ou moins complète d'un motif séquentiel caractéristique d'une succession lithologique. On admet ainsi que les cycles peuvent être dissymétriques : « cycles », « cyclothèmes » et « rythmes » deviennent alors des termes synonymes.

Les facteurs de la sédimentation cyclique

Toute sédimentation cyclique, dans le sens élargi défini précédemment, implique que les facteurs responsables évoluent suivant un mode cyclique ou bien que des événements stéréotypés affectent un bassin sédimentaire de façon rythmique ou même, à la limite, seulement épisodique.

La sédimentation cyclique dépend, avant tout, de quatre types de facteurs dominants, souvent associés ou interdépendants :

– les facteurs climatiques, qui sont panchroniques à courte période – c'est le fait des cycles saisonniers – , mais peuvent aussi, à certaines époques privilégiées, prendre le caractère d'oscillations climatiques majeures, telles les glaciations quaternaires ;

– les facteurs eustatiques, qui induisent une alternance de transgressions et de régressions marines ;

– les facteurs tectoniques, qui modifient le relief, perturbent les bilans morphogéniques, modifient les lignes de rivage ;

– les facteurs sédimentologiques, dans la mesure où, toutes choses restant égales par ailleurs, la marche de la sédimentogenèse peut correspondre à une évolution rythmique des dépôts.

Facteurs climatiques

À l'évidence, les rythmes climatiques, associés à toutes les variations biologiques qu'ils provoquent, influent sur la sédimentation.

Le rythme nycthéméral commande de manière particulièrement sensible la sédimentation saline : la « frappe » nocturne alterne avec une redissolution diurne d'une partie des sels déposés pendant la nuit. Au voisinage des côtes, la biosynthèse végétale prélève du gaz carbonique pendant le jour, ce qui rythme la sédimentation carbonatée.

Les rythmes saisonniers jouent de manière plus directe sur les dépôts continentaux, mais ils sont sensibles aussi dans les mers par leur influence sur les températures, donc sur le taux de gaz dissous.

Un exemple banal est celui des varves périglaciaires. Une varve est une microséquence faite d'une couche silteuse ou gréseuse et d'une couche argileuse ; déposée dans des bassins limniques glaciaires ou périglaciaires, cette séquence se répète de façon très monotone. L'épaisseur des varves, millimétrique à centimétrique, n'enregistre dans un même bassin que de faibles fluctuations, dues aux contrastes climatiques inter-annuels. L'absence de traces de courants confirme que les varves sont dues à des apports détritiques périodiques plutôt qu'à des remaniements de sédiments préexistants. Le rythme binaire élémentaire suggère deux épisodes de sédimentation : une courte période alimenterait la couche détritique grossière, une période plus longue correspondant aux apports argileux. Or l'étude des varves actuelles confirme la périodicité annuelle des séquences établie par la correspondance entre les comptages et les datations radiométriques. Les couches plus grossières correspondent aux fontes estivales des glaces, qui libèrent de la farine glaciaire, et les dépôts argileux aux saisons froides. Ainsi, le cas des varves correspond à une sédimentation cyclique dont le « contrôle » est purement climatique.

De nombreux auteurs ont voulu démontrer la présence dans les varves glaciaires ou évaporitiques de cycles pluriannuels liés aux rythmes solaires, sans que les observations proposées emportent une adhésion générale.

Les oscillations de grande période, comme les alternances glaciaire-interglaciaire, ont des conséquences plus générales, mais elles interfèrent alors avec d'autres facteurs qui en dépendent indirectement, comme c'est le cas du glacio-eustatisme. Sur les continents, elles furent responsables au Quaternaire des emboîtements ou des superpositions rythmiques des dépôts alluvionnaires.

Facteurs tectoniques

La tectogenèse et, plus encore, l'orogenèse interviennent comme facteurs de la cyclicité des séries sédimentaires. Les mouvements peuvent être spasmodiques le long des zones de faiblesse qui séparent les zones détritogènes en cours d'érection et les bassins sédimentaires subsidents. Un soulèvement augmente la pente des émissaires d'un bassin versant, donc accroît leur compétence, ce qui se traduit par une vague de sédiments détritiques. Une phase plus calme permet à l'érosion d'abaisser l'altitude moyenne des aires continentales ; la pente et la compétence des cours d'eau diminuent et les sédiments fournis aux bassins sont de plus en plus fins (fig. 5). Une nouvelle poussée orogénique renouvellerait le rythme.

Série sédimentaire : détritiques grossiers et roches salines

Dessin : Série sédimentaire : détritiques grossiers et roches salines

Séquence fondamentale positive des détritiques grossiers aux roches salines 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Certains auteurs expliquent la formation des cyclothèmes houillers paraliques par un mécanisme de ce type (fig. 6).

Pennsylvanien supérieur du Kansas

Dessin : Pennsylvanien supérieur du Kansas

Succession rythmique du Pennsylvanien supérieur du Kansas (d'après R.C. Moore, 1949) 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Il convient de noter que la tectonique joue rarement de manière aussi simple. [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages


Médias de l’article

Érosion hydrique

Érosion hydrique
Crédits : P. Jaccod/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Cheminées de fées

Cheminées de fées
Crédits : Dieter Meyrl/ Getty Images

photographie

Monument Valley, 2

Monument Valley, 2
Crédits : Y. Gautier

photographie

Érosion et sédimentation sur un bloc continental

Érosion et sédimentation sur un bloc continental
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 9 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur des Universités, professeur émérite à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne
  • : professeur à la faculté des sciences de l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie, directeur du laboratoire de géologie de l'École normale supérieure de Paris

Classification

Autres références

«  ROCHES  » est également traité dans :

ROCHES - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 1 387 mots

Dures et cohérentes, parfois plastiques comme l'argile ou meubles comme le sable, les roches sont les matériaux constitutifs de l'écorce terrestre ; elles sont constituées en général d'un assemblage de minéraux. Certaines, dites exogènes, se forment à la surface de la lithosphère ; d'autres, dites endogènes, cristallisent au moins en partie à l'intérieur du globe à des températures et des pression […] Lire la suite

ROCHES (Formation) - Pétrologie

  • Écrit par 
  • Maurice LELUBRE, 
  • Alain WEISBROD
  •  • 5 576 mots
  •  • 5 médias

La science des roches comporte deux aspects complémentaires :– leur interprétation, c'est-à-dire la recherche de règles et de lois qui rendent compte de leurs caractères, de leur répartition et, en définitive, de leurs conditions de genèse et évolution : c'est l'objet de la pétrologie ;– leur description, c'est-à-dire l'analyse de leurs caractères de tous ordres, observables da […] Lire la suite

ROCHES (Formation) - Diagenèse

  • Écrit par 
  • André JAUZEIN
  •  • 2 024 mots
  •  • 4 médias

Le terme « diagenèse » a été introduit, en 1868, par von Guembel pour désigner les processus qui agissent sur les sédiments après leur dépôt, mais cette définition est trop vague et mérite d'être précisée.Actuellement, ce terme est utilisé par les auteurs dans des acceptions très variables. C'est ainsi que N. M. Strakhov définit la diagenèse comme la transformation d'un sédiment en roche sédimenta […] Lire la suite

ROCHES (Formation) - Anatexie

  • Écrit par 
  • Gérard GUITARD
  •  • 1 830 mots
  •  • 2 médias

L'anatexie (du mot grec anatèxis qui signifie fusion) est le processus par lequel les roches métamorphiques fondent totalement ou partiellement. La notion de l'anatexie différentielle a été introduite par Eskola (1933) : pour une température suffisante, la fusion des roches est sélective et dépend surtout de la composition chimique des matériaux métamorphiques. Depuis 1957, l'« […] Lire la suite

ROCHES (Classification) - Roches sédimentaires

  • Écrit par 
  • André JAUZEIN
  •  • 4 545 mots
  •  • 5 médias

Les roches sédimentaires sont des objets qui se forment ou se sont formés au voisinage de la surface de la lithosphère par transformation des sédiments qui s'y sont déposés : produits d'altération, composés d'origine biochimique ou matériel volcanique (pyroclastites). Le concept de roche sédimentaire reste donc assez vague, dans la mesure où il est impossible de fixer aux phénomènes en jeu des li […] Lire la suite

ROCHES (Classification) - Roches magmatiques

  • Écrit par 
  • Maurice LELUBRE
  •  • 7 495 mots
  •  • 6 médias

Les roches magmatiques sont des roches endogènes, c'est-à-dire ayant pris naissance à l'intérieur de la Terre. Les unes sont issues de matières fondues, ou « magmas », qui ont fait éruption à la surface : ce sont les roches volcaniques. Les autres se sont formées en profondeur et n'apparaissent que par le jeu des déformations de l'écorce et de l'érosion : ce sont les […] Lire la suite

ROCHES (Classification) - Roches métamorphiques

  • Écrit par 
  • Gérard GUITARD
  •  • 4 373 mots
  •  • 8 médias

Héritières d'une très grande diversité de textures et de compositions chimico-minéralogiques, les roches métamorphiques (C. Lyell, 1833) offrent à leur tour une telle variété d'associations minérales et de textures que, dès le début de leur étude, les essais de classification suivant les méthodes proprement naturalistes n'ont pu aboutir. Le principe d'une classification systématique faisant appel […] Lire la suite

ROCHES (Déformations) - Structurologie

  • Écrit par 
  • Jacques MARRE, 
  • José PONS
  •  • 3 943 mots
  •  • 4 médias

La structurologie est la science des structures, autrement dit de l'arrangement des différentes parties constituant un ensemble. Les procédés d'analyse qui s'y attachent sont naturellement utilisés dans un certain nombre de disciplines (métallographie, biologie, par exemple), mais ils ne sont envisagés ici que dans le cadre de la recherche géologique, dont ils forment une partie importante. La str […] Lire la suite

ROCHES (Déformations) - Failles

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Roger COQUE, 
  • Universalis
  •  • 4 496 mots
  •  • 12 médias

Les failles sont des accidents tectoniques, autrement dit des déformations de l'écorce terrestre consécutives à des mouvements de celle-ci. Ces cassures sont responsables de certains de ses aspects les plus marquants, tant dans le domaine des chaînes de montagnes, à la constitution desquelles elles concourent soit seules soit associées aux autres accidents (plis, charriages), que dans celui des ai […] Lire la suite

ROCHES (Déformations) - Plis

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN
  •  • 3 049 mots
  •  • 15 médias

Les plis sont des accidents tectoniques, c'est-à-dire des déformations affectant la croûte terrestre. À moyenne échelle, ils sont souvent plus directement apparents – et plus diversifiés dans leur forme – que les failles, les chevauchements et les charriages ; aussi sont-ils plus connus, à tel point que l'on parle généralement de « chaînes plissées » pour désigner les chaînes de montagnes, dont il […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Roger COQUE, André JAUZEIN, « ROCHES (Formation) - Érosion et sédimentation », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/roches-formation-erosion-et-sedimentation/