CAMPILLO ROBIN (1962- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tout à la fois monteur, scénariste et auteur-réalisateur, Robin Campillo est né le 16 août 1962 à Mohammédia au Maroc. Il fait ses études à Aix-en-Provence et intègre, au milieu de la décennie 1980, l’IDHEC (Institut des hautes études cinématographiques) où il rencontre Laurent Cantet. En 1990, il participe à la création de Sérénade, un collectif de production qui parvient à monter une dizaine de courts-métrages. Au début des années 2000, ses membres se retrouvent au sein d’un groupe informel qui s’affirme un temps, face à ceux qui sont fédérés autour d’Arnaud Desplechin-Noémie Lvovsky ou de Pascale Ferran-Pierre Trividic, comme un des pôles générationnels qui structurent le jeune cinéma français. Chacun à leur tour, aidés par leurs camarades, les cinéastes parviennent à signer un long-métrage remarqué : Vincent Dietschy (Julie est amoureuse, 2000), Dominik Moll (Harry, un ami qui vous veut du bien, 2000), Laurent Cantet (L’Emploi du temps, 2001), Gilles Marchand (Qui a tué Bambi?, 2003). Pour sa part, Robin Campillo monte trois films de Laurent Cantet (Les Sanguinaires, 1997 ; Ressources humaines, 1999 ; L’Emploi du temps, 2001, dont il coécrit également le scénario) et Qui a tué Bambi?. Il est le dernier à passer au long-métrage avec Les Revenants (2004, scénario, montage et réalisation).

En demeurant au strict niveau des faits, sans présupposés métaphysiques ou horrifiques, Les Revenants reprend une thématique familière des séries B anglo-saxonnes au cours des années 1950 : des morts quittent leurs tombes pour reprendre leurs places parmi les vivants, ce qui n’est pas sans poser bien des problèmes individuels et sociaux remettant en question la notion même de deuil. Le fantastique ayant beaucoup évolué depuis les standards originaux américains, ce style déconcertant confère aux Revenants un attrait tout particulier. Deux ans plus tard, Alexandre Bustillo et Julien Maury marqueront le début d’une vague de films d’horreur à petit budget qui relanceront le genre en France, ma [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur honoraire d'histoire et esthétique du cinéma, département des arts du spectacle de l'université de Caen

Classification


Autres références

«  CAMPILLO ROBIN (1962- )  » est également traité dans :

120 BATTEMENTS PAR MINUTE (R. Campillo)

  • Écrit par 
  • René PRÉDAL
  •  • 1 113 mots
  •  • 1 média

Raconter le sida non pas à partir de la médecine et de l’individu, mais dans l’action et le groupe. Tel est le pari réussi par 120 Battements par minute, qui a reçu le grand prix du festival de Cannes 2017. Son auteur, Robin Campillo est un réalisateur rare : on lui doit trois longs-métrages dep […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/120-battements-par-minute/#i_57055

ENTRE LES MURS (L. Cantet)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 118 mots

Que se passe-t-il entre et surtout derrière les murs d'une école ? Des cinéastes de talent, Jacques Doillon ou Abdellatif Kéchiche par exemple, ont atteint une vérité certaine dans la description des adolescents dans la rue ou des lieux qu'ils s'approprient. Mais la chose est plus rare dans l'univers d'une salle de classe, où l'affrontement avec l'adulte se produit à l'abri des regards. Pour rép […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/entre-les-murs-l-cantet/#i_57055

Pour citer l’article

René PRÉDAL, « CAMPILLO ROBIN (1962- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robin-campillo/