Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

REMAK ROBERT (1815-1865)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Embryologiste et neurologue prussien, né le 26 juillet 1815 à Posen, en Prusse (auj. Poznañ, Pologne), mort le 29 août 1865 à Bad Kissingen, en Bavière (Allemagne).

Robert Remak fait ses études à l'université de Berlin sous la direction de l'éminent physiologiste Johannes Müller. Il obtient son doctorat en médecine en 1838 et découvre, dans le cadre de sa thèse sur la structure fine du tissu nerveux, les fibres nerveuses amyéliniques. En raison des lois en vigueur en Prusse, l'accès à la carrière universitaire d'enseignement et de recherche lui est interdit car il est d'origine juive. Néanmoins, il poursuit ses recherches dans le laboratoire de Johannes Müller, où il a le statut d'assistant bénévole, et tire ses revenus de l'exercice de la médecine. En 1843, il adresse directement au roi Frédéric Guillaume IV une requête dans laquelle il demande un poste de professeur, mais se heurte à une fin de non-recevoir. Au mois de novembre de la même année, il rejoint le laboratoire de Johann Schönlein à l'hôpital de la Charité à Berlin. Il y poursuit ses recherches sur le tissu nerveux et découvre dès 1844 les cellules innervant le cœur et formant le ganglion dit de Remak. Il entreprend par ailleurs d'autres travaux sur le rôle des feuillets embryonnaires dans la différenciation et le développement des organes. Il a décrit les trois feuillets du développement précoce de l'embryon (disque tridermique), qu'il dénomme respectivement « ectoderme », « mésoderme » et « endoderme » (ou ectoblaste, mésoblaste et endoblaste). En 1847, sa réputation est telle qu'il obtient enfin un poste d'enseignement à l'université de Berlin, où il devient le premier professeur d'origine juive. Remak est également l'un des pionniers de l'utilisation de l'électrothérapie dans le cadre du traitement des maladies nerveuses. En 1859, en signe tardif et bien mince de reconnaissance de son extraordinaire contribution à la recherche en neurologie et en embryologie, il est nommé professeur assistant.

—  ENCYCLOPÆDIA UNIVERSALIS

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Encyclopædia Universalis. REMAK ROBERT (1815-1865) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 25/03/2009

Autres références

  • ÉLECTROPHYSIOLOGIE

    • Écrit par , , , et
    • 17 359 mots
    • 15 médias
    ...muscles à travers la peau à certains endroits d'élection (points moteurs), et H. L. F. Helmholtz mesure la vitesse de conduction du nerf médian (1850). Si Remak étudie la lenteur de la contraction sous l'effet du courant galvanique sur un muscle dégénéré (1858), c'est W. H.  Erb qui décrit l'inversion de...
  • THÉORIE CELLULAIRE

    • Écrit par
    • 3 642 mots
    • 6 médias
    Deux savants allemands jouèrent un rôle capital dans cette évolution. Le premier est Robert Remak (1815-1865), qui fit le lien entre la théorie cellulaire et les phénomènes de la reproduction et du développement. De nombreuses données étaient déjà disponibles : par exemple, la fécondation et la ...