SOLOW ROBERT MERTON (1924- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Brooklyn, formé à Harvard, assistant au Massachusetts Institute of Technology, puis professeur à partir de 1957, Robert Merton Solow a obtenu le prix Nobel d'économie en 1987. Sa Théorie de la croissance, publiée en 1970, fait référence, de même que son ouvrage sur Les Origines du chômage aux États-Unis (1964), qui a contribué à des analyses économiques internationales.

On attribue généralement à Solow la paternité de l'analyse néo-classique de la croissance économique. Expert en analyse mathématique, il signa dès 1958, avec Paul A. Samuelson (prix Nobel 1970) et R. Dorfman, un ouvrage sur le développement des modèles linéaires. Mais il doit sa renommée à un article paru deux ans auparavant, « Contribution to the Theory of Economic Growth », où il définissait à la fois le cadre de la théorie macro-économique moderne et les conditions d'une croissance régulière de plein emploi. À ce titre, il expliqua par un modèle mathématique l'influence coordonnée des divers facteurs de production et démontra qu'un accroissement du stock des capitaux engendrait par la suite une augmentation de la production par tête. Ce modèle connut de nombreux prolongements, et son succès incita différents pays occidentaux à engager des crédits de recherche pour la mise en œuvre et l'application du modèle.

En 1957, Solow publia un nouvel article fondamental sur la recherche des méthodes de mesure des facteurs de la croissance. Il mit en évidence l'importance d'un facteur, jusque-là « résiduel », pour expliquer le taux de croissance de la production, quand bien même les quantités de travail et de capital restent constantes.

Ce nouveau concept, traditionnellement appelé « progrès technique », recouvre en fait une réalité très complexe puisqu'il touche aussi bien à l'amélioration de la qualité de la main-d'œuvre ou du capital qu'à celle de l'organisation des entreprises. Le mérite de Solow est précisément d'avoir introduit une variable qualitative dans les processus de production. En dépit de critiques concernant tout à la fois le concept et la méthode de quantification, Solow ouvrait la voie à un renouvellement théorique considérable en matière de fonctions de production, d'incorporation du progrès technologique aux biens d'investissement et de substitution des facteurs.

À partir de 1959, Solow travaille encore avec Samuelson à la reformulation du système keynésien, dans une présentation qui soit plus conforme aux traditions néo-classiques. Alors que Keynes ne s'intéressait que marginalement aux problèmes de la croissance et se plaçait délibérément au niveau des grands équilibres globaux, Solow propose une analyse à long terme de la croissance et des déséquilibres. Pur produit de l'enseignement universitaire, cette théorie n'en représente pas moins l'un des courants les plus importants du néo-classicisme. En effet, elle modifie la théorie pure de l'équilibre walrassien en intégrant certaines propositions keynésiennes plus réalistes telles que le rôle de la monnaie, la possibilité d'une rigidité des prix ou des salaires et l'existence d'un chômage involontaire. Débouche-t-elle pour autant sur une pratique économique plus efficace ? Le doute est permis, mais c'est dans ce cadre que Solow propose de réinterpréter la courbe de Phillips qui devient alors l'ensemble de combinaisons taux de chômage-taux d'inflation entre lesquelles doivent choisir les responsables de la politique économique.

Robert Solow considère que la théorie économique doit rendre compte simultanément des rigidités salariales et du chômage qu'elles peuvent engendrer. Et, si les processus de négociation entre responsables syndicaux et responsables patronaux peuvent stabiliser les salaires au détriment de l'emploi, le maintien des salaires peut également préserver la productivité du travail.

Vice-président (1963), puis président (1964) de la Société internationale d'économétrie, vice-président de l'American Economic Association, ce « centriste de gauche », qui ne reniait ni Walras ni Keynes, a par ailleurs exercé des responsabilités auprès de deux administrations démocrates en étant tour à tour l'un des membres importants du Conseil économique du président Kennedy et nommé plus tard par le président Johnson pour traiter des problèmes de transferts des ressources et des aspects du système d'aide et d'assistance publique.

D [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SOLOW ROBERT MERTON (1924- )  » est également traité dans :

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE, notion de

  • Écrit par 
  • Emmanuelle BÉNICOURT
  •  • 1 635 mots

Dans le chapitre « Théories et stratégies du développement »  : […] L'absence de consensus concerne aussi la démarche analytique à adopter. Pour l'essentiel, deux méthodes s'opposent. L'approche dominante, parfois qualifiée de néo-classique, accorde une place privilégiée aux comportements individuels. Tout ne serait alors qu’une question de rattrapage, les pays ayant des points de départ différents. La thèse dite de la convergence, avancée par Robert Solow au débu […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Keynésianisme

  • Écrit par 
  • Olivier BROSSARD
  •  • 8 210 mots

Dans le chapitre « La pensée cambridgienne »  : […] Même si le programme de recherche initié par Keynes semblait devoir se focaliser principalement sur les problèmes de court terme – comme le suggère sa fameuse phrase : « À long terme nous serons tous morts » –, une approche centrée sur les questions de croissance à long terme doit être rattachée au keynésianisme. Cette école de pensée, dont les protagonistes (Roy Harrod, Nicholas Kaldor, Luigi Pa […] Lire la suite

KYDLAND FINN E. (1943- )

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 1 137 mots

Après Ragnar Frisch, premier lauréat du prix Nobel d'économie en 1969, et Trygve Haavelmo, qui l'obtint vingt ans plus tard, Finn E. Kydland est, en 2004, le troisième Norvégien à remporter cette récompense. Il partage le prix avec l'Américain Edward C. Prescott, professeur à W.P. Carey School of Business (université de l'État d'Arizona) pour « leurs contributions à la macroéconomie dynamique : l […] Lire la suite

MACROÉCONOMIE - Théorie macroéconomique

  • Écrit par 
  • Edmond MALINVAUD
  •  • 8 114 mots

Dans le chapitre « Facteurs de la croissance économique »  : […] Parler de croissance économique fait porter l'attention, au-delà des fluctuations conjoncturelles, sur le rythme tendanciel d'augmentation de la production, celui qui domine quand on considère une suite de décennies plutôt qu'une suite de trimestres. L'observation a montré que ce rythme peut être fort différent suivant les pays, et même suivant les époques pour un même pays. La théorie positive d […] Lire la suite

MACROÉCONOMIE - Croissance économique

  • Écrit par 
  • Jean-Olivier HAIRAULT
  •  • 9 668 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La convergence vers un état stationnaire »  : […] Considérons le cas d'une entreprise particulière. Le fait, par exemple, de pouvoir disposer d'un nombre d'ordinateurs plus important augmente la production horaire de son personnel. Cependant, au fur et à mesure que le nombre d'ordinateurs augmente, le surcroît de production tend à diminuer si le nombre d'employés reste constant : il ne sert à rien de doter chaque employé de plusieurs ordinateurs. […] Lire la suite

SERVICES ÉCONOMIE DE

  • Écrit par 
  • Jean-Charles ASSELAIN
  •  • 12 731 mots

Dans le chapitre « L'impulsion des nouvelles technologies et le « paradoxe de Solow » »  : […] Les années 1980 et1990 correspondent à un renversement des perspectives, de caractère radical bien que graduel : il s'agit d'expliquer non plus seulement pourquoi la tertiarisation de l'économie ne s'identifie pas à un épuisement de la croissance, mais comment l'avènement des nouvelles technologies – le nouveau « paradigme » issu de la révolution informatique – peut et doit se traduire par un reb […] Lire la suite

Pour citer l’article

Françoise PICHON-MAMÈRE, « SOLOW ROBERT MERTON (1924- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-merton-solow/