FILLIOU ROBERT (1926-1987)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Territoire de la République géniale

En 1970, Robert Filliou publie Teaching and Learning as Performing Arts (en collaboration avec Beuys, Cage et Kaprow). La même année, il réalise Commemor, proposant « aux pays qui songeraient à faire la guerre d'échanger leurs monuments aux morts avant et au lieu de se la faire ». Un an plus tard, Filliou crée le Territoire de la République géniale (tendant à abolir les barrières entre l'art et la science) dont il montre les premières « recherches » au Stedelijk Museum d'Amsterdam (1971). « J'avais l'idée de créer mon propre territoire et, bien sûr, de proposer aux autres également de créer le leur. Je me disais que les gens qui vivraient dans un tel territoire passeraient leur temps à développer leur génie plutôt que leurs talents. » Utopiste intégral dans la lignée de Fourier, Filliou pense que « tout le monde est parfait » et imagine à cet effet la « Parfaitologie ». En faisant de l'Imagination et de l'Innocence les emblèmes de sa démarche, l'artiste entend réconcilier l'art et la science, l'économie et la poésie. « Je pense aux travailleurs sans lesquels il ne peut y avoir la poésie. Je conçois des projets, pour trouver comment la poésie, qui est futile, pourrait leur être utile. En d'autres termes comment concilier la gnose, si gaie, à l'économie, si sinistre ».

En 1975, Filliou s'installe à Flayosc dans le Var. Marianne crée le « Cucumberland », territoire mimétique de la République Géniale. Filliou réalise en vidéo ses Hommages aux Dogons ainsi que sa série Telepathic Music. En 1980, il quitte le Var pour les Eyzies en Dordogne, afin de se rapprocher d'un monastère bouddhiste. « Ce que je tiens pour le secret absolu de la création permanente est ce que j'ai appelé le „Filliou idéal“, lors d'une performance au café à Go Go à New York en 1965. Ce secret vient de la tradition Sōtō zen qui dit : ne rien choisir, ne rien désirer, pleinement éveillé, tranquillement assis, sans rien faire. » Après ses rétrospectives (The Eternal Network) au Sprengel Museum de Hanovre, à la Kunsthalle [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : critique d'art, professeur d'esthétique à l'École nationale d'arts de Cergy-Pontoise

Classification


Autres références

«  FILLIOU ROBERT (1926-1987)  » est également traité dans :

BRECHT GEORGE (1926-2008)

  • Écrit par 
  • Bénédicte RAMADE
  •  • 627 mots

Né George MacDiarmid aux États-Unis, George Brecht s'est imposé comme l'un des membres essentiels du mouvement Fluxus dans les années 1960. Pourtant, sa formation de chimiste ne laissait en rien présager un tel parcours. En 1956-1957, il rédige un premier texte fondateur, Chance Imagery , réflexion sur le rôle de la chance dans l'avant-garde artistique et la sience du xx e  siècle. Au même moment […] Lire la suite

FLUXUS

  • Écrit par 
  • Didier SEMIN
  •  • 2 263 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Actions et vente par correspondance »  : […] Ces manifestations Fluxus tiennent du chahut, du théâtre, du mime, de la poésie déclamée, du concert, voire de l'exposition. Les commentateurs ont pris l'habitude de les désigner comme des performances (de to perform , « accomplir ») ou des happenings (approximativement, « quelque chose qui a lieu »), mais c'est le mot event (« événement »), proposé par George Brecht (1926-2008), qui est utilisé […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard MARCADÉ, « FILLIOU ROBERT - (1926-1987) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-filliou/