FILLIOU ROBERT (1926-1987)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La Cédille qui sourit et La Fête permanente

Robert Filliou se rapproche de l'esprit Fluxus (il fait la connaissance d'Emmett Williams et de George Maciunas), sans toutefois totalement y adhérer. Installé à Villefranche-sur-Mer, il ouvre en 1965 avec George Brecht un atelier-boutique : La Cédille qui sourit.

« On faisait des jeux, on inventait et „désinventait“ des objets, on était en contact avec les petits et les grands, on buvait et parlait avec les voisins, on produisait des poèmes à suspense et des rébus qu'on vendait par correspondance. On a commencé une anthologie des malentendus et des blagues à partir desquels on a fait des films, avec des scénarios d'une minute... » La fin des activités de La Cédille qui sourit (1968) ouvre sur la création d'« Eternal Network », « La Fête Permanente » : « L'artiste doit se rendre compte qu'il fait partie d'un réseau plus vaste, de la „Fête Permanente“ qui l'entoure partout et ailleurs dans le monde. Pour changer, nous allons aussi annoncer des fêtes, des noces, et des divorces comme spectacles, et aussi bien des débats judiciaires, des funérailles, le travail dans les usines, des tours de ville, des manifestations pour les Noirs et contre le Vietnam, les bistrots, les églises, etc. » En 1967, Robert Filliou s'installe à Düsseldorf où il rejoint Daniel Spoerri et Dieter Roth. C'est à cette époque qu'il élabore le concept de « création permanente » lié au « Principe d'équivalence : Bien-fait/Mal-fait/Pas-fait » (galerie Schmela, Düsseldorf, 1969). « Je parle beaucoup de la Création Permanente et j'essaie de la rendre accessible aux autres. Mais il y a quelque chose que j'estime être le secret relatif de la Création permanente, c'est ce qui suit : quoi que tu fasses, fais autre chose. En français cela s'appelle l'Autrisme. Comme je ne supporte pas les „ismes“ j'en ai fait un par ironie. »

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : critique d'art, professeur d'esthétique à l'École nationale d'arts de Cergy-Pontoise

Classification


Autres références

«  FILLIOU ROBERT (1926-1987)  » est également traité dans :

BRECHT GEORGE (1926-2008)

  • Écrit par 
  • Bénédicte RAMADE
  •  • 627 mots

Né George MacDiarmid aux États-Unis, George Brecht s'est imposé comme l'un des membres essentiels du mouvement Fluxus dans les années 1960. Pourtant, sa formation de chimiste ne laissait en rien présager un tel parcours. En 1956-1957, il rédige un premier texte fondateur, Chance Imagery , réflexion sur le rôle de la chance dans l'avant-garde artis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-brecht/#i_34285

FLUXUS

  • Écrit par 
  • Didier SEMIN
  •  • 2 263 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Actions et vente par correspondance »  : […] Ces manifestations Fluxus tiennent du chahut, du théâtre, du mime, de la poésie déclamée, du concert, voire de l'exposition. Les commentateurs ont pris l'habitude de les désigner comme des performances (de to perform , « accomplir ») ou des happenings (approximativement, « quelque chose qui a lieu »), mais c'est le mot event (« événement »), propo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fluxus/#i_34285

Pour citer l’article

Bernard MARCADÉ, « FILLIOU ROBERT - (1926-1987) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-filliou/