Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DARNTON ROBERT (1939- )

L’historien du xviiie siècle Robert Darnton a entrepris dès les années 1960 une grande recherche sur les Lumières et leur rôle dans la fin de l'Ancien Régime.

Diplômé de Harvard et d'Oxford, Robert Darnton, après avoir enseigné l'histoire européenne à Princeton de 1968 à 2007, est directeur de la Harvard University Library (qui réunit plusieurs dizaines de bibliothèques spécialisées). Ce spécialiste de l'accès à la connaissance s'est engagé avec vigueur dans les débats actuels à propos du livre et de l'écrit à l'ère du numérique.

Pour comprendre la chute de l'Ancien Régime en France, Robert Darnton (né à New York en 1939) a porté l'attention sur les livres les plus lus par les Français de l'époque, tant les ouvrages les plus radicaux des Lumières, qui moquaient ou stigmatisaient les autorités et les croyances traditionnelles, que les pamphlets et libelles, qui révélaient les dépravations des grands et de la cour et affirmaient que la monarchie avait dégénéré en un despotisme arbitraire. Dans cette perspective, qui prend au sérieux la force historique des perceptions, des émotions et des imaginations, Robert Darnton a travaillé dans les archives de la Société typographique de Neuchâtel qui lui ont permis de reconstituer la liste des « best-sellers » qui circulaient clandestinement dans le royaume, puis dans des archives françaises, celles de la police, de la Bastille ou des libraires, pour identifier les libelles imprimés à Londres qui dévoilaient avec violence les turpitudes des ministres, des courtisans, de la reine et du roi lui-même.

À Neuchâtel comme à Paris, il a retrouvé une « bohème littéraire » composée d'écrivains privés de gloire et de places par l'élite des philosophes et toujours prêts à mettre leur plume dénonciatrice au service de leur ressentiment, des intérêts politiques de leurs protecteurs ou des spéculations de librairie des éditeurs.

Robert Darnton s'est intéressé dans tous ses travaux à la circulation de l'écrit, depuis sa publication à l'initiative des libraires et son impression dans les ateliers typographiques jusqu'à son commerce et sa distribution. Les nombreux essais et ouvrages qu'il a consacrés à la diffusion de la littérature prohibée dans les dernières décennies de l'Ancien Régime l'ont mené à la rencontre des vendeurs d'ouvrages interdits, de leurs lecteurs et des effets que les textes produisent sur les consciences et les mentalités. Construite au fil du temps, l'œuvre de Robert Darnton oblige à réviser les idées reçues sur trois phénomènes majeurs du xviiie siècle : d'abord, les Lumières elles-mêmes, moins univoques qu'on ne le pensait et divisées entre radicalisme et compromis, entre raison et illuminisme, entre philosophie et vulgarisation ; ensuite, la République des lettres, déchirée entre les philosophes établis et les « Rousseau du ruisseau » ; enfin, la Révolution française, dont les origines sont à chercher non seulement dans les conjonctures économiques, les transformations de la société ou les conflits politiques, mais aussi dans les mutations qui affectent croyances et fidélités, certitudes et sentiments.

Robert Darnton a été le premier historien à percevoir les promesses et les possibilités offertes par le numérique. Il a ainsi indiqué que l'édition électronique pouvait être une réponse à la crise de l'édition des sciences humaines et sociales. Il a montré aussi que la nouvelle technique permettait d'imaginer des « livres » différents, dans lesquels l'auteur peut distribuer son argumentation entre divers niveaux ou registres de textes et le lecteur accéder aux références et aux matériaux cités et analysés et, ainsi, se trouver en position d'en critiquer ou discuter l'interprétation. Robert Darnton a lui-même[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Voir aussi