RIPIENO, musique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Terme musical pris de l'italien (ripieno : rempli, plein). Dans le concerto grosso, on donne ce nom à l'orchestre d'accompagnement, « groupe plein », entier (tutti), qui expose et reprend la ritournelle et harmonise la basse continue, cela par opposition au groupe réduit du concertino des solistes. Dans l'orgue italien, c'est l'ensemble du plein-jeu décomposé, autrement dit tous les principaux, qu'ils sonnent les octaves (16, 8, 4, 2, 1) ou les quintes (2 2/3, 1 1/3, 2/3, ... avec les reprises), voire les tierces. Le ripieno italien se différencie des pleins-jeux des orgues des autres nations par la distribution de ses reprises. À l'époque classique (Costanzo Antegnati par exemple), la limite précise à l'aigu est ordinairement établie à l'ut 7, soit au tuyau de 1/8 de pied ; une fois ce sommet atteint, on procède à une reprise qui part à l'octave inférieure. De ce fait, les reprises qui sont effectuées sur les rangs des tuyaux d'octave se font sur les fa dièses, celles qui sont effectuées sur les rangs des tuyaux de quinte se font sur les ut dièses. Cela par opposition à beaucoup d'écoles de facture européennes, pour lesquelles les reprises de tous les rangs ont lieu en même temps. Une autre caractéristique du ripieno italien provient de ses rangs séparés, ce qui permet l'emploi des rangs tels que 2 2/3, 1 1/3, ... comme mutations simples à la manière des nasards, des larigots.

—  Pierre-Paul LACAS

Écrit par :

  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification


Autres références

«  RIPIENO, musique  » est également traité dans :

VIVALDI ANTONIO

  • Écrit par 
  • Marc PINCHERLE, 
  • Roger-Claude TRAVERS
  •  • 3 247 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le maître du concerto »  : […] Vivaldi n'a pas créé de toutes pièces le concerto de soliste, qui devait supplanter le concerto grosso et ouvrir la voie à la sinfonia préclassique. Avant lui, on trouve chez Albinoni, Torelli et d'autres le dispositif qui consiste à encadrer un mouvement lent entre deux allégros (le mouvement lent parfois réduit à quelques mesures, voire à une simple cadence) ; mais aucun de ses devanciers n'ava […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-vivaldi/#i_43665

Pour citer l’article

Pierre-Paul LACAS, « RIPIENO, musique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ripieno-musique/