PLATA RÍO DE LA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'immense estuaire (36 500 km2) du río de La Plata constitue l'embouchure des fleuves Uruguay et Paraná. Long de 250 kilomètres, large d'une centaine à la hauteur de Montevideo, mais d'une profondeur toujours inférieure à 10 mètres, il sépare l'Argentine de l'Uruguay et constitue un obstacle pour la navigation : à peine recouvertes d'une mince épaisseur d'eau par la dernière transgression marine postglaciaire, d'épaisses alluvions l'encombrent ; ces alluvions ont été transportées, déposées, remontées au cours des phases successives de creusement et de remblaiement qui jalonnent l'histoire morphologique de l'estuaire. De plus, la charge actuelle du Paraná reste importante. Aussi a-t-il fallu creuser un chenal de plus de 100 kilomètres, en permanence dragué, pour permettre l'accès des grands navires au port de Buenos Aires. Une immense agglomération industrielle s'étend entre l'embouchure et la ville de La Plata. Montevideo est aussi difficile d'accès, mais le trajet pour atteindre la haute mer se limite à une vingtaine de kilomètres. Un troisième chenal, proche de la côte uruguayenne, permet de gagner le río Uruguay et le bras principal du delta intérieur qu'a construit le Paraná au fond de l'estuaire. Tous ces chenaux, outre leur étroitesse et leur précarité entre des bancs de sable mouvants, sont souvent rendus dangereux par la brume qui y stagne. Aussi collisions et naufrages ne sont-ils pas rares en cet estuaire très fréquenté. Celui-ci n'offre que peu d'attrait pour les deux capitales qui le bordent ; ses eaux jaunâtres et chargées n'incitent ni à la contemplation ni à la baignade, et elles sont parfois redoutables sur la rive argentine : un violent coup de vent du sud-est conjugué avec une forte marée peut refouler une vague d'inondation qui noie les atterrissements du pied de la barranca du río Paraná et les bas-fonds qui entourent la capitale fédérale, provoquant de véritables catastrophes ; ainsi, le 28 juillet 1958, l'onde d'inondation a atteint trois à quatre mètres. Les deux pays riverains se sont accordés pour que le tracé frontalier suive grossièrement l'axe médian du río de La Plata.

—  Romain GAIGNARD

Écrit par :

  • : maître assistant des facultés des lettres et sciences humaines, professeur à l'université nationale de Cuyo-Mendoza, Argentine

Classification


Autres références

«  PLATA RÍO DE LA  » est également traité dans :

ARGENTINE

  • Écrit par 
  • Romain GAIGNARD, 
  • Roland LABARRE, 
  • Luis MIOTTI, 
  • Carlos QUENAN, 
  • Jérémy RUBENSTEIN, 
  • Sébastien VELUT
  •  • 35 811 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La concentration d'une population peu nombreuse »  : […] La répartition de la population se caractérise par de forts contrastes entre, d'une part, le littoral fluvial et l'ensemble du pays, et, d'autre part, les villes et les espaces de faible densité qui les entourent. Le littoral fluvial s'étend de Santa Fe sur le fleuve Paraná à La Plata, capitale de la province de Buenos Aires, sur le Rio de la Plata. Il comprend les villes de Rosario, San Nic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/argentine/#i_36777

BUENOS AIRES

  • Écrit par 
  • Marie-France PRÉVÔT-SCHAPIRA
  •  • 2 125 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Ville cosmopolite »  : […] Longtemps, Buenos Aires est apparue comme une ville singulière en Amérique latine. À la fois proche et distante de l'Europe, c'est à sa situation sur la rive ouest de l'estuaire du río de la Plata , au cœur d'une des plus riches plaines agricoles du monde, qu'elle doit son destin particulier. Comparée à Mexico ou à Lima, la ville demeure, durant toute la période coloniale, de taille modeste (44 0 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/buenos-aires/#i_36777

SOLÍS JUAN DÍAZ DE (mort en 1516)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 233 mots

Avant d'être nommé pilote royal et d'être chargé de la conduite d'une expédition dans un territoire situé à 7 000 kilomètres environ au sud de l'isthme de Panamá, Juan Díaz de Solís avait fait un voyage en Amérique en 1508, avec Yáñez Pinzón, ancien compagnon de Colomb. Il partit d'Espagne le 8 octobre 1515 avec trois vaisseaux, un équipage de soixante-dix hommes et des vivres pour deux ans et dem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/solis-juan-diaz-de/#i_36777

URUGUAY

  • Écrit par 
  • Éric FOULQUIER, 
  • Georges FOURNIAL, 
  • Maria Laura REALI
  •  • 7 692 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Banda oriental, province Cisplatina, République »  : […] Quand, en 1515, les conquistadores espagnols abordent aux rives du río de la Plata, ils ont du mal à soumettre les Indiens guerriers charrùas. Il faudra attendre un siècle pour que jésuites et franciscains commencent la colonisation en « pacifiant » ceux qui n'ont pas été massacrés. En 1679, les Portugais du Brésil créent la colonie de Sacramento, et c'est seulement en 1726 que les Espagnols fond […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/uruguay/#i_36777

URUGUAY, fleuve

  • Écrit par 
  • Romain GAIGNARD
  •  • 415 mots

Prenant naissance au Brésil à une cinquantaine de kilomètres de l'Atlantique, sur le rebord occidental de la serra Geral près de Pelotas, le fleuve Uruguay vient confluer avec le Paraná au fond du río de la Plata. Sa vallée, longue de 1 600 kilomètres, s'enfonce d'abord sur environ 300 kilomètres dans les tables de grès et de basalte du Brésil méridional qui marquent la limite entre les États de S […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/uruguay-fleuve/#i_36777

Pour citer l’article

Romain GAIGNARD, « PLATA RÍO DE LA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rio-de-la-plata/