Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SERRA RICHARD (1939- )

Une anti-forme ?

Les travaux produits par Richard Serra à partir de 1967 répondent à cette logique essentialiste et expérimentale. Ils font appel à une variété de matériaux qui englobe aussi bien le caoutchouc, la fibre de verre, le latex et le néon. Un principe aléatoire régit la plupart de ces œuvres que l'on peut affilier à ce que l'on nomme communément l'anti-forme. Les scatter pieces (« pièces dispersées ») comptent parmi les travaux majeurs produits durant cette prime époque. Composées de baguettes de métal, de bandes de latex et de fils de fer recouverts de caoutchouc, ces œuvres investissent l'espace sans se soucier de concepts formels préétablis. L'artiste se contente de jeter les lanières de métal, de latex et de caoutchouc en l'air afin de laisser les matériaux épouser leurs configurations formelles sur un sol qui leur sert de support. Le résultat n'est pas sans rappeler l'esthétique de Jackson Pollock, dont Serra admet que ses œuvres conservent des traces. À la manière des compositions de l'expressionniste abstrait, les scatter pieces soulignent en effet l'importance accordée au processus au détriment d'une forme, certes visible et tangible, mais qui ne constitue finalement que l'étape ultime d'une action qui doit être comprise au sens quasi chorégraphique du terme. Les scatter pieces, au même titre que les castings (« moulages ») et splashings (« éclaboussures »), conçus à partir de plomb en fusion moulé grossièrement ou éclaboussé contre les murs et les sols et réalisés par la suite (1968-1969), sont des œuvres qui se veulent éphémères (certaines de ces interventions ont toutefois été reproduites par l'artiste ultérieurement) et surtout spécifiques aux lieux de leur conception (site-specific), ce qui rend a priori tout déplacement improbable.

Animé par une volonté similaire de revitaliser l'essence sculpturale, Richard Serra soumet, à la fin des années 1960, ses matériaux de prédilection à des actions tributaires de listes de verbes rédigés préalablement (enrouler, plier, couper, incurver, suspendre, etc.) accentuant à nouveau la part processuelle et conceptuelle de sa démarche. Une de ces actions, Hand Catching Lead (Main attrapant du plomb), débouche dans le cadre de l'« exposition télévisuelle » Identifications (1968) sur une coopération de l'artiste avec le producteur de films vidéo Gerry Schum.

En 1969, Serra expose ses premiers rouleaux de plomb (lead rolls) et investit le Solomon R. Guggenheim Museum de New York avec des plaques du même matériau (prop pieces), inaugurant ainsi un travail à partir de métaux durs qui constitue une ultime étape avant l'introduction de l'acier concrétisé par les Skullcracker Series. Produits par et à la Kaiser Steel Corporation de Fontana en Californie, ces œuvres se composent de plusieurs plaques superposées en colonnes auxquelles leur poids confère une stabilité pour le moins précaire. Cette fascination pour la vulnérabilité des constructions innerve de nombreux travaux de Serra, l'artiste étant attaché à l'idée de produire des pièces qui conjuguent une solidité des matériaux avec une fragilité de l'assemblage, à l'image de sa bien nommée House of Cards (Maison de cartes, 1969, détruit et reconstruit en 1986, MoMA, New York), dont les quatre plaques de plomb agencées ensemble s'appuient les unes contre les autres, créant un équilibre conjectural).

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître de conférences en histoire de l'art contemporain à l'université de Valenciennes, critique d'art, commissaire d'expositions

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • SCULPTURE CONTEMPORAINE

    • Écrit par Paul-Louis RINUY
    • 8 011 mots
    • 4 médias
    ...sculpteur qui a su le mieux jouer de la variété et de l’énergie des mouvements physiques du spectateur pour animer les formes immobiles qu’il invente est Richard Serra. De Shift (1970-1972, King City, Ontario) à son installation pour l’exposition Monumenta au Grand Palais à Paris, Promenade (2008),...

Voir aussi