KUHN RICHARD (1900-1967)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Biochimiste autrichien. Inscrit en 1918 à l'université de Vienne, Richard Kuhn poursuit, l'année suivante, ses études à celle de Munich : il soutient en 1922 sa thèse de doctorat sur la spécificité des enzymes dans le métabolisme des hydrates de carbone (Zur Spezifizität von Enzymen im Kohlenhydratstoffwechsel). De 1922 à 1926, il est assistant à l'université et travaille dans le laboratoire de Willstätter sur le mécanisme de l'action des amylases qui sera le sujet de sa thèse d'agrégation (Der Wirkungsmechanismus der Amylasen, 1925). De 1926 à 1929, il enseigne la chimie à la Eidgenössische Technische Hochschule de Zurich et, à cette dernière date, prend la direction de l'institut de Chimie du Kaiser-Wilhelm-Institut für Medizinische Forschung à Heidelberg, puis, en 1937, celle de l'Institut tout entier qui deviendra, en 1946-1948, le Max Planck Institut.

Parallèlement à son enseignement, il a poursuivi ses recherches scientifiques consacrées essentiellement à la chimie organique et à la biochimie et il a reçu, en 1938, le prix Nobel de chimie pour ses travaux sur les caroténoïdes et surtout sur les vitamines : il a isolé les vitamines B2 et B6, synthétisé la vitamine A (1937), étudié les vitamines H et K. Ses derniers travaux ont concerné les facteurs de résistance de l'organisme à l'infection et ont ouvert la voie aux recherches de ses élèves dans ce domaine.

—  Jacqueline BROSSOLLET

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jacqueline BROSSOLLET, « KUHN RICHARD - (1900-1967) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-kuhn/