ARTSCHWAGER RICHARD (1923-2013)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Chose mentale »

Par un acte tout à fait magrittien (Artschwager se réclame d'ailleurs de l'œuvre de Magritte), qui consiste à recourir à la peinture de l'idée, à la relation entre le mot et l'image en une sorte de renonciation au monde sensible pour aller vers le monde intelligible de l'ordonnancement des choses, Artschwager affirme que ses objets sont « chose mentale ». Le stimulus qu'ils provoquent est à la fois intellectuel et physique : chaque objet vient prendre place dans une chaîne d'autres objets qui ne forment un ensemble que dans la mesure où ils sont expérimentés en même temps qu'ils sont pensés. La mise en situation de ces objets suppose également une rencontre avec le corps et la réflexion d'autrui, avec lequel nous partageons le même monde perceptif et le même système de références par rapport à une chaise, une table, un événement. Mais que partageons-nous exactement lors de cette expérience commune ? Il semble que ce soit justement la tentative de classer des objets qui entrent dans notre champ de vision et dans notre vécu.

Devant le puissant autisme de l'œuvre, nous cherchons la correspondance mentale et physique entre le monde de l'objet d'art et notre monde subjectif tout en prétendant que la notion de classement est applicable aux deux instances, ce qui tend à faire sortir l'œuvre du silence pour la faire advenir au langage. Pour signaler cela, Artschwager dissémine ce qu'il nomme des « blp » et prononce blip (rectangles noirs aux bords arrondis de tailles variables en bois ou peints), qu'il place sur les murs comme une mystérieuse écriture musicale, ainsi que de gigantesques signes de ponctuation en bois – accolades, points de suspension, points d'exclamation –, suspendus au-dessus des tables ou des chaises, ou placés à côté, et qui ne relient aucune phrase alors que ce sont grammaticalement des liens logiques entre les mots. Avec les signes de ponctuation, qui sont la plus petite unité signifiante de la langue, Artschwager peut là aussi faire signe, simplement en donnant une indication au spectateur, et cette forme d'abstraction permet de marq [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur en esthétique à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, critique d'art

Classification

Autres références

«  ARTSCHWAGER RICHARD (1923-2013)  » est également traité dans :

HYPERRÉALISME

  • Écrit par 
  • Élisabeth LEBOVICI
  •  • 3 196 mots

Dans le chapitre « Histoire et refus de l'histoire »  : […] L'hyperréalisme aux États-Unis n'est pas né sans histoire. Les peintures de trompe-l'œil dans l'Amérique du xix e  siècle, les tableaux de l' Ash Can School (« école de la poubelle ») dans les premières années du xx e  siècle, ont présidé à la tradition d'un réalisme social, avec la représentation d'usines et de machines. Dans les années 1920-1930, Morton Schamberg, Charles Demuth et Charles Shee […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacinto LAGEIRA, « ARTSCHWAGER RICHARD - (1923-2013) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-artschwager/