RHYTINE DE STELLER

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Classification

La rhytine de Steller (Hydrodamalis gigas) appartient à l’ordre des Siréniens comprenant de nos jours les lamantins et les dugongs. Elle était toutefois plus imposante en taille et en poids que ces derniers. Son nom de « rhytine », issu du grec signifiant « plissement », lui fut attribué par Georges Cuvier (1769-1832) à cause des nombreux replis cutanés de sa peau. Ces replis abritaient des crustacés parasites qui auraient disparu avec elle.

Les trois espèces du genre Hydrodamalis (dont la rhytine de Steller) ainsi que les trois espèces alors éteintes du genre Dusisiren, leurs ancêtres du miocène (ayant vécu entre 12 et 8 millions d’années), font partie des Hydrodamalinae (Hydrodamalinés), une sous-famille des Dugongidae (Dugongidés). Les Hydrodamalinés fréquentaient les eaux côtières froides du Pacifique nord, leur répartition géographique s’étendant du Japon à la Californie. Seule la rhytine de Steller a survécu jusqu’au xviiie siècle. La rhytine ne possédait pas de dents, mais des plaques masticatrices lui permettant de broyer les algues dont elle se nourrissait. Elle se caractérisait donc aussi par une réduction des doigts.

Il semble que la rhytine ait donné vie à la légende des sirènes nordiques à queue de poisson, alors que celles de la mythologie grecque étaient représentées avec un corps d’oiseau. Les lamantins observés dans les Antilles par les marins de Christophe Colomb n’ont certainement pas manqué d’évoquer pour ces derniers les fameuses sirènes, à l’origine de la dénomination de l’ordre des Siréniens auquel la rhytine sera rattachée.

Quelques rares squelettes subsistent à travers le monde. Deux sont visibles en France. L’un, présent dans la galerie d’Anatomie comparée du Muséum national d’histoire naturelle de Paris, est composite : il fut reconstitué à partir des restes de plusieurs individus et assemblé pour l’Exposition universelle de 1900. Ses membres antérieurs se terminent par une large main aux doigts développés. Cette erreur de montage est liée à l’ign [...]

Rhytine de Steller

Photographie : Rhytine de Steller

Photographie

Cette gravure, qui est parue dans le magazine français de vulgarisation La Science illustrée à la toute fin du XIXe siècle, est une reconstitution de la rhytine de Steller (Hydrodamalis gigas). Ce mammifère marin, qui fréquentait les eaux froides du Pacifique nord, fut chassé jusqu'à... 

Crédits : Science Photo Library/ AKG-images

Afficher

Squelette de la rhytine de Steller

Photographie : Squelette de la rhytine de Steller

Photographie

Reconstitué à partir d'ossements de plusieurs individus, ce grand squelette de rhytine de Steller (mammifère herbivore marin aujourd'hui disparu) est présent depuis 1900 au sein de la galerie d'Anatomie comparée du Muséum national d'histoire naturelle de Paris. 

Crédits : Christine Argot & Luc Vivès

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Rhytine de Steller

Rhytine de Steller
Crédits : Science Photo Library/ AKG-images

photographie

Squelette de la rhytine de Steller

Squelette de la rhytine de Steller
Crédits : Christine Argot & Luc Vivès

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences, Muséum national d'histoire naturelle, Paris
  • : coresponsable des galeries d'anatomie comparée et de paléontologie du Museum national d'histoire naturelle, Paris

Classification

Autres références

«  RHYTINE DE STELLER  » est également traité dans :

DUGONG

  • Écrit par 
  • Marie-Claude BOMSEL
  •  • 491 mots

Gros herbivore marin, au corps lourd mais fuselé, peuplant les zones côtières de l'océan Indien ainsi que celles de la mer Rouge et du sud-ouest de l'océan Pacifique. Classe : Mammifères ; ordre : Siréniens ; famille : Dugongidés. Seul représentant actuel des Dugongidés, le dugong ( Dugong dugong ) possède un corps trapu, recouvert d'une épaisse couche de graisse, qui se termine par une nageoire […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Christine ARGOT, Luc VIVÈS, « RHYTINE DE STELLER », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rhytine-de-steller/