DUGONG

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Gros herbivore marin, au corps lourd mais fuselé, peuplant les zones côtières de l'océan Indien ainsi que celles de la mer Rouge et du sud-ouest de l'océan Pacifique. Classe : Mammifères ; ordre : Siréniens ; famille : Dugongidés.

Seul représentant actuel des Dugongidés, le dugong (Dugong dugong) possède un corps trapu, recouvert d'une épaisse couche de graisse, qui se termine par une nageoire caudale aplatie horizontalement et en forme de croissant. Ses nageoires pectorales sont courtes, puissantes et lui permettent de se déplacer. Celles-ci, contrairement à celles de la plupart des lamantins, ne sont pas munies d'ongles. Sa tête est large et ses narines sont situées au-dessus de son museau charnu et incliné vers le bas. Le mâle porte deux défenses qui sont des incisives modifiées ; elles commencent à apparaître vers l'âge de neuf ou dix ans. Sa peau, recouverte de vibrisses, est de couleur brune à gris brun.

Sa taille varie de un à quatre mètres et son poids de 250 à 900 kilogrammes, le mâle étant plus lourd. Son espérance de vie est de l'ordre de cinquante ans.

Calme et paisible, le dugong se nourrit d'algues et de plantes marines. Il creuse les fonds avec l'extrémité de son museau, fouillant dans la vase pour extraire des racines nutritives. Il écrase les végétaux entre les plaques cornées de son palais osseux. Toutes les deux minutes il remonte à la surface pour respirer.

Vivant parfois seul, parfois en groupe, le dugong ne semble pas avoir une structure sociale bien définie. Il se déplace en fonction de la nourriture qui est toujours de médiocre qualité du point de vue énergétique et qu'il doit emmagasiner en grandes quantités.

Le temps de gestation serait de treize mois. Un seul petit naît qui restera près de sa mère pendant deux ans. Il communique avec elle par de petits cris. L'allaitement, pratiqué grâce aux mamelles pectorales, peut durer près de dix-huit mois. Au tout début, la mère peut soutenir son jeune à l'aide d'une nageoire antérieure.

Pourtant timide et craintif, le dugong s'approche facilement des hommes avant [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DUGONG  » est également traité dans :

SIRÉNIENS

  • Écrit par 
  • Robert MANARANCHE
  •  • 787 mots
  •  • 1 média

Les dugongs et les lamantins sont les seuls représentants actuels de cet ordre de Mammifères aquatiques, auxquels de nombreux faits légendaires ont été attribués, qui leur ont valu le nom de Siréniens. Longtemps considérés comme intermédiaires entre les Phoques et les Cétacés, ils dérivent sans aucun doute d'un ancêtre qu'ils ont en commun avec les Proboscidiens : c'est avec les actuels éléphan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sireniens/#i_38938

SIRÉNIENS FOSSILES

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HARTENBERGER
  •  • 675 mots
  •  • 1 média

Les siréniens actuels, représentés par les dugongs et les lamantins, méritent bien leur surnom de vaches de mer : ils broutent les prairies sous-marines côtières, remontent aussi les fleuves qu'ils débarrassent de leurs jacinthes d'eau et colonisent même quelques lacs africains. Leur aspect paisible, leur lourdeur, leurs gestes lents et mesurés et jusqu'à leur regard ne sont pas sans évoquer les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sireniens-fossiles/#i_38938

Pour citer l’article

Marie-Claude BOMSEL, « DUGONG », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dugong/