ṚGVEDA ou RIG-VEDA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'une des quatre grandes divisions des Écritures sacrées que les théologiens brahmaniques appellent le Veda (« science », « savoir »). La masse considérable des textes védiques, en effet, est divisée en quatre corpus correspondant, au moins en théorie, à diverses spécialisations liturgiques : le chant (Sāma-Veda), l'ordinaire du culte (Yajur-Veda), la magie (Atharva-Veda), la récitation solennelle (Rig-Veda). Chacun de ces corpus se veut complet et comprend effectivement des parties en vers (nommés Samhitās, c'est-à-dire « collections »), des traités rituels, des commentaires exégétiques, des livres de sagesse, etc.

Mais l'on considère unanimement que les sections les plus importantes, celles qui sont chargées de la plus grande efficacité spirituelle, sont les Samhitās où sont recueillis les poèmes : la poésie (chandas) est, en effet, un charme en elle-même. Or il se trouve que, par exemple, la majorité des stances figurant dans le Yajur-Veda sont issues de la Samhitā du Rig-Veda (Ṛgveda), qui apparaît ainsi comme le cœur de la révélation védique. La Rigveda-Samhitā (ou Riksamhitā ; ou, par abréviation, Rig-Veda) se présente comme un recueil de 1 028 hymnes (sūkta : « chose bien dite ») groupant au total un peu plus de mille stances (ṛc, mot qu'on retrouve dans ṛgveda).

Chaque poème est dédié soit à un dieu (Indra, Agni, Varuna...), soit aux dieux jumeaux que sont les A'svins, parfois à plusieurs divinités (on y rencontre des hymnes « à tous les dieux »). Il existe également un petit nombre de ballades et quelques poèmes spéculatifs (cosmogonies, louange de la Parole divine, de la Concorde entre les hommes). Les mètres utilisés sont relativement nombreux, les plus courants étant l'anu'stubh (stance de quatre vers octosyllabiques), la trishtubh (quatre vers hendécasyllabiques) et la gāyatrī (trois vers octosyllabiques), dont on dit qu'elle est sacrée entre toutes (sans doute parce que la prière initiatique dite sāvitrī, « l'incitatrice », est une gāyat [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification


Autres références

«  RGVEDA ou RIG-VEDA  » est également traité dans :

CASTES

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 5 986 mots

Dans le chapitre « Origine des classes »  : […] Écartant la donnée mythique du Rgveda sur l'origine des varṇa à partir du corps de l'Homme cosmique, les auteurs modernes ont spéculé sur le sens de « couleur » du mot varṇa et sur les allusions des textes védiques aux Arya ou « nobles », opposés à des êtres nommés Dāsa ou Dasyu . Il en est résulté une théorie d'après laquelle les classes correspondraient à des races humaines distinguées par […] Lire la suite

CRÉATION - Les mythes de la création

  • Écrit par 
  • Mircea ELIADE
  •  • 5 086 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'immolation librement consentie »  : […] L'exemple classique est la Création par le sacrifice du Purusha (littéralement, l'« Homme »), présenté dans le célèbre hymne X, 90 du Rig Veda. Ce sont les dieux qui ont accompli ce sacrifice, en démembrant le géant primordial. Sa tête devint le Soleil, ses pieds donnèrent naissance à la Terre, son oreille devint les orients, de sa conscience naquit la Lune, et de son souffle le vent. C'est égale […] Lire la suite

ENFERS ET PARADIS

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Mircea ELIADE
  •  • 6 307 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Paradis et enfers des Indo-Iraniens »  : […] Une hymne célèbre au Soma ( Rig Veda , IX, 113) nous révèle le désir de l'Indien védique de prendre place, après la mort, auprès des dieux immortels, dans les mondes de lumière :  Là-bas où brille la lumière perpétuelle, en ce même monde où le soleil a eu sa place (ô Soma) ! clarifié, dans cet inépuisable séjour d'immortalité, installe-moi !  Là-bas où est Yama, fils de Vivasvat, là-bas où se trou […] Lire la suite

GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Grammaire et langage dans l'Inde ancienne

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 3 029 mots

Dans le chapitre « Les débuts »  : […] La réflexion sur le langage apparaît, dans l'Inde, aussi ancienne que l'utilisation littéraire. Le monument le plus éloigné, qui nous soit parvenu, le Ṛgveda (env. xv e  s. av. J.-C.), contient déjà des spéculations sur la parole humaine, qui est dite avoir trois parts cachées, un quart seulement en étant manifesté aux hommes, etc. D'autres textes védiques anciens développent les idées de divini […] Lire la suite

SACERDOCE

  • Écrit par 
  • Mariasusai DHAVAMONY, 
  • Universalis
  •  • 5 872 mots

Dans le chapitre « L'hindouisme »  : […] Dans la tradition indo-iranienne, la classe sacerdotale constitue un groupe social distinct ; chez les Perses et chez les Aryens védiques, on trouve en effet la même division entre prêtres, guerriers et agriculteurs. À la période du Rigveda, plusieurs prêtres officiaient dans le sacrifice : celui qui assurait l'« invocation » des dieux s'appelait hotri  ; à ses côtés se tenaient l' udgātri , le […] Lire la suite

SANSKRITES LANGUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 8 973 mots
  •  • 1 média

Le sanskrit est une des grandes langues de civilisation de l'Asie. Son origine est indo-européenne. Le premier monument littéraire en cette langue qui nous soit parvenu est le Ṛgveda , anthologie d'hymnes religieux composés dans le nord-ouest de l'Inde au milieu du II e  millénaire avant J.-C. Ensuite, la langue a évolué, en même temps que son aire d'utilisation s'est étendue vers le sud-est et a […] Lire la suite

SĀVITRĪ

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 363 mots

Mot sanskrit ( sāvitrī , l'« incitatrice ») qui désigne d'abord une formule rituelle utilisée dans la cérémonie de l'initiation ( upanayana ). Au moment où le jeune garçon de bonne caste atteint l'âge de raison, vers huit ans, il est introduit dans le monde des adultes par le maître spirituel (guru) qui l'adopte en lui communiquant la teneur d'une strophe du Rig-Véda dont la répétition quotidienne […] Lire la suite

UPANIṢAD

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 3 566 mots

Dans le chapitre « Les upaniṣad védiques »  : […] La Bṛhad āraṇyaka et la Chāndogya appartiennent donc à la même strate de textes, sans qu'on puisse avec certitude attribuer la priorité à l'une ou à l'autre. Toutes deux, fort longues, doivent avoir été composées de fragments conçus séparément mais provenant des mêmes cercles védiques. La Bṛhad āraṇyaka , la « Grande Upaniṣad forestière », se rattache aux écoles du Yajurveda blanc  ; elle forme […] Lire la suite

UṢAS

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 370 mots

Nom sanskrit de la déesse de l'Aurore qui, parmi les rares divinités féminines du panthéon védique, occupe une place privilégiée : le Rig-Veda lui consacre toute une série d'hymnes, honneur qu'elle ne partage avec aucune autre déesse. On peut, certes, expliquer en partie ceux-ci par le plaisir littéraire qu'y trouvèrent des poètes inspirés par la magie des matins ; mais le recueil est avant tout r […] Lire la suite

VEDA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 13 414 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les quatre Vedas »  : […] Les compilateurs du canon védique ont tenté de séparer, matériellement, les textes ressortissant à tel ou tel genre littéraire ; ils l'ont fait en divisant le corpus des Écritures en quatre grands corps auxquels ils ont donné les noms de Saṁhitā (« collections »), Brāhmana (« textes concernant le brahman »), Kalpasūtra (« prescriptions rituelles ») et Upaniṣad (« enseignements spéculatifs »). […] Lire la suite

VIṢṆU ou VISHNU ET VICHNOUISME

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 8 942 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La déesse »  : […] Très tôt, on adjoindra à Viṣṇu une divinité féminine, Śrī, dite aussi Lakṣmī, elle aussi personnage complexe. En fait, Śrī et Lakṣmī ont une origine différente, mais on les a assimilées l'une à l'autre dès l'époque védique. Śrī, la Prospérité, est parfois identifiée à la Terre. On l'unit non seulement à Viṣṇu, mais au Puruṣa cosmique, si proche de Prajāpati, le premier procréateur. Ce n'est d'ail […] Lire la suite

YAJUR-VEDA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 534 mots

L'une des quatre grandes parties qui constituent le corpus des Écritures védiques et dont chacune, portant le nom de Veda (« science », « savoir »), correspond, au moins en théorie, à une spécialisation liturgique : le Sāma-Veda est le Veda des chantres ( sāman , « mélodie ») ; le Rig-Veda, celui des prêtres chargés des invocations solennelles ( ṛc  : « stance ») ; l'Atharva-Veda, celui des chapel […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « ṚGVEDA ou RIG-VEDA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rgveda-rig-veda/