RÉTROTRANSCRIPTION DE L'ADN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À la fin des années 1960, la biologie moléculaire, alors jeune discipline, entre dans ce que l'historien Michel Morange a appelé sa « traversée du désert ». Les connaissances sont alors résumées par le « dogme central » énoncé par Francis H. C. Crick, qui veut que l'information aille uniquement de l'ADN (acide désoxyribonucléique) à l'ARN (acide ribonucléique), puis de l'ARN à la protéine. Le passage inverse des protéines à l’ARN puis à l’ADN est d’autant plus exclu que, s’il existait, il pourrait rendre compte de la capacité de codage d’un nouveau caractère par le génome.

Pourtant, en étudiant le mécanisme de réplication de certains virus ayant un matériel génétique formé d’ARN, les Américains Howard Temin (1934-1994) et David Baltimore (né en 1938) isolent, en 1970, une enzyme baptisée transcriptase inverse (reverse transcriptase en anglais), capable de synthétiser de l'ADN à partir de l'ARN (ce que l'on appelle la rétrotranscription). Le dogme central de la biologie moléculaire est bousculé, ce qui est très mal pris dans un premier temps, avant que ce processus ne soit vérifié et accepté. Il existe des situations particulières à l’intérieur du dogme, dont l’essentiel est préservé puisqu’on n’a jamais observé de passage de protéines vers l’ARN. La rétrotranscription est indispensable à la multiplication des rétrovirus (comme le virus du sida), dont l'information génétique est portée par un ARN et non par de l'ADN. Les études de génétique moléculaire qui débutent dans les années 1975, et dont l’objectif est de connaître les gènes exprimés dans une cellule à partir des ARNm qui y sont présents, doivent beaucoup à H. Temin et D. Baltimore qui leur ont fourni un outil de choix, la reverse transcriptase (transcriptase inverse), permettant d'obtenir des populations d'ADN rétrotranscrit (ADNc) à partir de ces ARNm nettement plus instables. Pour leurs travaux en biologie moléculaire, Temin et Baltimore reçurent, avec Renato Dulbecco, le prix Nobel de physiologie ou médecine en 1975.

—  Nicolas CHEVASSUS-AU-LOUIS

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Nicolas CHEVASSUS-au-LOUIS, « RÉTROTRANSCRIPTION DE L'ADN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/retrotranscription-de-l-adn/