RÉSINES NATURELLES

Médias de l’article

Ambre

Ambre
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Calamine

Calamine
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Copal

Copal
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie


Produits de sécrétions végétales, complexes, souvent formés dans un appareil sécréteur. Les résines naturelles sont amorphes ; dures à température ordinaire, elles se ramollissent à la chaleur ; insolubles dans l'eau, elles sont solubles dans l'alcool, plus ou moins solubles dans l'éther et le chloroforme.

Les résines proprement dites sont constituées d'alcools aromatiques souvent phénoliques, d'alcools triterpéniques, d'acides aliphatiques, aromatiques ou triterpéniques, et de résènes (produits complexes rattachés aux terpènes, associés à des substances diverses, parfois responsables de leurs propriétés : lignanes, vanilline, dérivés anthracéniques et phénoliques, principes piquants).

Les résines sont obtenues soit à partir d'exsudats naturels, soit par extraction alcoolique ou aqueuse. Certaines sont fossiles. Ainsi l'ambre jaune récolté sur les rivages de la Baltique aurait été produit à l'époque tertiaire par des conifères ; il s'agit d'une combinaison d'essence volatile et de résine, riche en acide succinique, et d'une matière bitumineuse qui lui confère une insolubilité quasi totale dans tous les solvants. Les copals sont d'autres résines, actuelles ou fossiles, produites par diverses légumineuses d'Afrique et de l'Inde, à odeur et à saveur marquées : ils sont également insolubles dans la plupart des solvants organiques, mais certains procédés permettent de les mêler à l'huile de lin et à l'essence de térébenthine pour en faire la base de vernis gras et de vernis à panneaux.

Ambre

Ambre

photographie

L'ambre de la Baltique, comme ce nodule, est une résine fossile produite il y a 50 millions d'années (Éocène) par un conifère, le Pinus succinifera

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Calamine

Calamine

photographie

La calamine, sorosilicate hydraté de zinc, est le nom donné à l'hémimorphite lorsque celle-ci s'exprime en masses concrétionnées ou stalactitiques. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Copal

Copal

photographie

Le copal est une résine fossile très proche de l'ambre dans sa genèse. Son âge est cependant beaucoup plus jeune : de quelques centaines à 3 ou 4 millions d'années. De plus, à la différence de l'ambre, il est soluble dans l'éther, dans l'acétone et dans l'alcool. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Parmi les résines actuelles les plus connues, il faut citer celle du chanvre indien (Cannabis sativa L.) dont les propriétés inébriantes et stupéfiantes bien connues (hachisch) sont dues à plusieurs constituants qui on [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  RÉSINES NATURELLES  » est également traité dans :

AMBRE

  • Écrit par 
  • Christine FLON
  •  • 1 673 mots
  •  • 2 médias

Le terme d'ambre est employé couramment par les minéralogistes et les paléontologistes pour désigner une résine fossile que l'on trouve principalement dans les sédiments des bords de la mer Baltique. L'ambre se présente généralement sous forme de nodules irréguliers relativement tendres, jaunâtres, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ambre/#i_9966

CHANVRE INDIEN

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 751 mots
  •  • 1 média

Le chanvre (Cannabis sativa ; cannabinacées) est une herbe annuelle, dioïque, qui ressemble de loin à l'ortie, mais peut atteindre 2,50 m de hauteur ; elle est commune dans toutes les régions du globe, excepté l'Australie. D'une latitude à l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chanvre-indien/#i_9966

DAPHNÉ, botanique

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 227 mots

Les trois daphnés (thyméléacées) les plus répandus, le bois gentil (Daphne mezereum L.), la lauréole (D. laureola L.), le garou (D. gnidium L.), et les autres espèces européennes, sont des plantes très vénéneuses. Ils renferment une résine âcre, irritante (même […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/daphne-botanique/#i_9966

ÉLASTOMÈRES ou CAOUTCHOUCS

  • Écrit par 
  • Christian HUETZ DE LEMPS, 
  • Françoise KATZANEVAS
  •  • 7 912 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « De l'objet de curiosité à la matière première de l'industrie »  : […] croît [...] le long des bords de la rivière des Amazones. Les Indiens Maipas nomment la résine qu'ils en tirent cahutchu [« bois qui pleure »], ce qui se prononce caoutchouc. Ils en font des bottes d'une seule pièce, qui ne prennent point l'eau et qui, lorsqu'elles sont passées par la fumée, ont tout l'air de véritable […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elastomeres-caoutchoucs/#i_9966

MARÉES NOIRES

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER
  •  • 7 599 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Composition chimique des pétroles et choix des stratégies »  : […] des résines contenant des hétéroatomes (N, S, O, etc.), solubles dans l'hexane, s'y trouvent dans une proportion de 5 à 25 p. 100 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marees-noires/#i_9966

OLÉORÉSINES

  • Écrit par 
  • Philippe BOUCHET
  •  • 686 mots

Mélanges variés d'essences (ou huiles essentielles) et de résines, de consistance molle ou semi-liquide, partiellement volatils et entraînables par la vapeur d'eau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oleoresines/#i_9966

PÉTROLE - Le pétrole brut

  • Écrit par 
  • Bernard TISSOT
  •  • 3 436 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Composition »  : […] Une grande partie des composés de poids moléculaire élevé (résines et asphaltènes) présente une structure complexe : empilement irrégulier de quelques feuillets, à structure le plus souvent aromatique condensée, portant quelques chaînes saturées. Oxygène, soufre et azote sont présents, ces deux derniers étant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/petrole-le-petrole-brut/#i_9966

PIN

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 659 mots
  •  • 2 médias

Les emplois médicinaux des pins (genre Pinus L.) sont très nombreux : les bourgeons floraux, la résine purifiée, ou térébenthine vraie, et le produit de sa distillation, l'essence de térébenthine, le goudron extrait du bois par combustion […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pin/#i_9966

SÉCRÉTIONS VÉGÉTALES

  • Écrit par 
  • Philippe BOUCHET, 
  • Jean-Charles MESTRE
  •  • 2 802 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Applications pharmaceutiques et industrielles »  : […] menthe, romarin, thym). Des cellules sécrétrices riches en résines confèrent à certaines Convolvulacées leur activité purgative (jalap, scammonée). Beaucoup d'espèces de la famille des Malvacées (mauve, guimauve) doivent leur action émolliente et pectorale aux multiples cellules à mucilage qu'elles renferment […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/secretions-vegetales/#i_9966

Pour citer l’article

Philippe BOUCHET, « RÉSINES NATURELLES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/resines-naturelles/