REPRÉSENTANTS DU PEUPLE EN MISSION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans le gouvernement révolutionnaire de la France dont le centre d'impulsion est la Convention, les représentants en mission jouent un rôle déterminant. Recrutés parmi les conventionnels eux-mêmes, ils sont chargés de faire appliquer les décrets votés par l'Assemblée. Leurs pouvoirs sont presque illimités. En mai 1793, le Comité de salut public leur écrit : « Tout est soumis à votre pouvoir. Tous les fonctionnaires civils et militaires vous doivent compte de leur conduite et sont soumis à votre surveillance. Vous avez le pouvoir de suspendre provisoirement tous les agents lorsque vous jugerez qu'ils n'ont pas rempli leur devoir ou qu'ils ne méritent pas la confiance publique. » Il y avait eu des précédents sous la Constituante et la Législative. Le Conseil exécutif provisoire et la Commune de Paris, en septembre 1792, avaient également envoyé des représentants en mission dans les départements. Mais l'emploi de ces agents de liaison a été généralisé par la Convention pour maintenir le contact avec le front ou avec les autorités locales. Une correspondance régulière était prévue avec le Comité de salut public dont le Conseil exécutif provisoire ne pouvait toutefois annuler les décisions. L'action des représentants en mission diffère selon qu'ils ont été envoyés aux frontières ou à l'intérieur. Les représentants en mission auprès des armées de la République ont eu fréquemment un rôle déterminant dans les victoires militaires : Carnot chargeant à Wattignies, Saint-Just rétablissant la discipline en Alsace. À l'intérieur, certains se déconsidèrent par leurs sanglants excès : Carrier à Nantes, Lebon dans le Nord (il eut toutefois l'excuse de la proximité de l'ennemi), Fouché à Lyon, Laplanche à Orléans, Lequinio à Rochefort, Barras et Fréron en Provence. La plupart sont rappelés par le Comité de salut public, peu avant Thermidor, en raison de leurs abus. Après la chute de Robespierre, d'autres représentants ont été envoyés dans les départements pour épurer les administrations locales. Mais, trop liée au gouvernement révolutionnaire, l'institution commence à faire l'objet de vives critiques. « Avec les pouvoirs dont ils sont revêtus, les représentants continuent à entraver la marche du gouvernement et à détruire son unité », s'exclame Thibaudeau en avril 1795. Les représentants disparaissent avec la Convention.

—  Jean TULARD

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  REPRÉSENTANTS DU PEUPLE EN MISSION  » est également traité dans :

RÉVOLUTION & EMPIRE, armée

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BERTAUD
  •  • 8 855 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La levée en masse »  : […] Que tous les Français, sans exception, se dressent et s'abattent sur l'armée adverse, le nombre, l'enthousiasme suppléeraient au manque de technique militaire, et en quelques semaines, sinon en une journée – certains le prétendirent –, la Révolution en finirait avec la coalition ! L'idée d'une levée en masse qui parcourut les sections, les sociétés populaires et la Convention, à l'été tragique de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-et-empire-armee/#i_41148

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La Révolution radicalisée (septembre 1792-printemps de 1793) »  : […] La nouvelle Assemblée, élue par la frange des électeurs révolutionnaires, se partage pour l'essentiel entre les Girondins, arrivés au pouvoir grâce au soutien du centre, et les Montagnards, qui réclament des mesures sociales et s'appuient sur les sans-culottes. Les tensions entre ces groupes aux contours incertains ont été déterminantes ; elles s'exprimeront au travers d'interventions parlementai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_41148

TERREUR LA

  • Écrit par 
  • Jean DÉRENS
  •  • 889 mots

La « volonté punitive » engendrée par une réaction d'autodéfense s'observe d'une manière constante depuis le début de la Révolution française. Elle éclate au grand jour lors des « émotions » populaires, le 14 juillet 1789, le 10 août, pendant les massacres de Septembre. Le désir de créer des tribunaux spéciaux, chargés de juger les crimes contre-révolutionnaires, se manifeste dès les premiers jour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-terreur/#i_41148

VENDÉE GUERRES DE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN
  •  • 1 443 mots

Dans le chapitre « L'échec de la Vendée et sa répression »  : […] Après une offensive qui échoue du fait de rivalités politiques, les républicains reprennent l'initiative, et l'essentiel des armées vendéennes est écrasé lors de la bataille de Cholet, le 17 octobre 1793. Dans ce qui va s'appeler la Virée de Galerne, plusieurs dizaines de milliers de Vendéens (dont des femmes et des enfants), rejoints par les chouans, traversent le Maine et la Bretagne, jusqu'à G […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerres-de-vendee/#i_41148

Pour citer l’article

Jean TULARD, « REPRÉSENTANTS DU PEUPLE EN MISSION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/representants-du-peuple-en-mission/