RENTE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au sens premier, revenu d'un capital. Ce sens a vieilli et reste réservé au domaine de l'analyse économique. Couramment, le mot s'emploie pour désigner : les intérêts de certains emprunts d'État, généralement à très long terme (la rente Pinay par exemple) ; le revenu versé, sa vie durant, à une personne (crédirentier) par une autre (débirentier) à laquelle la première a cédé un capital (il s'agit alors d'une rente viagère).

Les rentes étant en principe des revenus fixes, et leurs bénéficiaires étant souvent des personnes âgées qui n'ont guère d'autres ressources, leur dépréciation, qui accompagne celle de la monnaie, pose un problème social qu'on s'efforce de résoudre par des mesures de réajustement.

—  Georges BLUMBERG

Écrit par :

  • : licencié en droit, diplômé de l'École nationale des langues orientales vivantes, professeur à la faculté libre, autonome et cogérée d'économie et de droit, Paris

Classification


Autres références

«  RENTE  » est également traité dans :

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - L'école classique

  • Écrit par 
  • Daniel DIATKINE
  •  • 6 853 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La théorie de la rente différentielle »  : […] Smith avait développé l'idée selon laquelle le prix naturel est constitué, en dernière analyse, des salaires, des profits et des rentes « nécessaires pour conduire la marchandise au marché ». Sa théorie de la rente est très compliquée. À son point de départ, Smith énonce que « dès l'instant que le sol d'un pays est devenu propriété privée, les propriétaires, comme tous les autres hommes, aiment à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-l-ecole-classique/#i_4965

MÉTROLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean Claude HOCQUET
  •  • 10 975 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Métrologie, fraudes et privilèges »  : […] L'extrême diversité des mesures qui coexistaient dans une même châtellenie, voire sur un même domaine seigneurial, s'accompagnait de la stabilité de ces mêmes mesures, immobilisées par la force d'inertie idéologique qui, dans la société féodale, privilégiait l'ancestral, l'immuable, l'invariant. La seule vraie, juste et bonne mesure était la mesure « ancestrale ». Toutes les autres, apparues ensui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metrologie/#i_4965

PINAY ANTOINE (1891-1994)

  • Écrit par 
  • Gérard PONTHIEU
  •  • 596 mots
  •  • 1 média

Natif de Saint-Symphorien-sur-Coise (Rhône), Antoine Pinay, fils d'un fabricant de chapeaux, fait ses études au collège mariste de Saint-Chamond, petite ville de la Loire ; après la guerre, où il est blessé, il y dirigera la tannerie de son beau-père jusqu'en 1948. Il est successivement élu maire de Saint-Chamond (1929) — mandat qu'il conservera jusqu'en 1977, avec une interruption de 1944 à 1947  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-pinay/#i_4965

POLYNÉSIE FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe GAY
  •  • 4 647 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une économie de rente »  : […] Une économie de rente agricole, qui sape les cultures vivrières et qui soumet la population à un système de traite, se met en place pour répondre à une demande extérieure dès que les procédés de séchage de l’amande de noix de coco, appelée coprah, et d’extraction de l’huile sont au point, dans la seconde moitié du xix e  siècle. De nombreux archip […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/polynesie-francaise/#i_4965

Pour citer l’article

Georges BLUMBERG, « RENTE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rente/