RAT MUSQUÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Rongeur amphibie, réputé pour sa fourrure, vivant sur les berges des étangs, des rivières et de certains fleuves d'Amérique et Eurasie (où il a été introduit au début du xxe siècle). Classe : Mammifères ; ordre : Rongeurs ; famille : Arvicolidés.

Le rat musqué (Ondatra zibethicus), encore appelé ondatra, rat d’Amérique ou loutre d’Hudson, possède un corps trapu, une tête large, de petites oreilles peu visibles, un museau raccourci orné de longues vibrisses. Ses pattes postérieures sont semi-palmées et sa longue queue, nue et aplatie, lui sert de gouvernail. Son pelage, dense, soyeux et imperméable, est de teinte grise ou brun foncé. Le rat musqué doit son nom à la forte odeur qu’il dégage ; celle-ci provient de sécrétions émises par une paire de glandes (présentes chez le mâle et la femelle) débouchant dans l’orifice génital.

Rats musqués

Photographie : Rats musqués

Rats musqués (Ondatra zibethicus) dans une ferme d'élevage en Grande-Bretagne. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Il mesure de 50 à 75 centimètres de longueur (dont 25 cm de queue) et pèse de 500 à 1 800 grammes. Son espérance de vie est de l’ordre de cinq ans.

Actif toute l'année, principalement nocturne, le rat musqué est un excellent nageur et plongeur : en cas de danger, il peut rester immergé pendant près d’un quart d’heure. Il creuse des terriers dans les berges (jusqu'à 10 mètres de galeries) ou construit parfois des huttes (de 1 à 2 m de diamètre et près d'un mètre de hauteur) avec des végétaux aquatiques. Ces deux types de construction possèdent une entrée unique située sous le niveau de l’eau. Ce comportement et son aspect physique font souvent confondre le rat musqué avec le castor ou le ragondin. Surtout végétarien, le rat musqué se nourrit essentiellement de roseaux, de joncs et de nénuphars. Il lui arrive cependant de consommer des mollusques, des grenouilles et des poissons. L’hiver, il écorce les arbres.

Les rats musqués sont prolifiques. Ils ont deux à trois portées par an, s'échelonnant de mars à septembre. Au moment de la reproduction, l’accouplement est réglé par des signaux olfactifs, les mâles étant attirés par l'urine des femelles qui contient des phéromones. Après une gestation d'un mois, la femelle donne naissance à une portée de 5 à 12 petits, nus et aveugles. Ils seront allaités durant à peine 3 semaines.

Dans sa patrie d’origine, l’Amérique du Nord, le rat musqué est devenu, en zone rurale, une valeur économique non négligeable grâce notamment à sa fourrure (commercialisée sous le nom de loutre ou phoque d’Hudson et d’ondatra), à son musc (de moins en moins utilisé en parfumerie depuis l’apparition de fixateurs synthétiques), et à sa chair (commercialisée sous le nom de lapin des marais ou d’écureuil d’eau). Après l’échec des fermes d’élevage (reproduction irrégulière en captivité, maladies liées à une surpopulation, perte d’animaux liée à leur nature belliqueuse), de nombreuses mesures ont été prises – notamment une réglementation stricte sur les moyens et les conditions de piégeage – pour associer la gestion des populations de cette espèce dans la nature à celle des territoires qu’elles occupent.

En Europe, des populations « sauvages » se sont formées à partir d’individus échappés des élevages ou lâchés volontairement. Aujourd’hui, le rat musqué est considéré comme nuisible du fait des dégâts qu'il occasionne en fouissant les digues et les berges. Comme tous les rats, il est intelligent et déjoue souvent le piégeage et les systèmes d'empoisonnement mis en place pour contrôler sa population. En France, cette espèce, vivant surtout au nord et au centre, prospère rapidement.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  RAT MUSQUÉ  » est également traité dans :

FAUNE SAUVAGE

  • Écrit par 
  • Romain JULLIARD, 
  • Pierre PFEFFER, 
  • Jean-Marc PONS, 
  • Dominique RICHARD, 
  • Alain ZECCHINI
  •  • 14 137 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Espèces invasives »  : […] Parfois, c'est l'élevage des animaux pour la fourrure qui a été à l'origine d'une expansion accidentelle ou volontaire d'espèces allogènes. C'est le cas de deux espèces sud-américaines, le rat musqué et le ragondin (ou myocastor du Chili), qui, élevés en France au lendemain de la Première Guerre mondiale puis échappés ou relâchés volontairement dans la nature lorsque la fourrure est passée de mo […] Lire la suite

RONGEURS ET LAGOMORPHES

  • Écrit par 
  • Robert MANARANCHE, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
  •  • 2 885 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Les Myomorphes »  : […] C'est dans le sous-ordre des Myomorphes que l'on rencontre les formes les plus communes, les plus cosmopolites et souvent aussi les plus nuisibles pour l'homme. Les Myomorphes semblent dériver d'un ancêtre du groupe souche des Sciuravidés, rongeurs nord-américains apparaissant à l'Éocène inférieur et disparaissant à l'Oligocène. Les Sciuravidés seraient également la souche des Cylindrodontidés, c […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-Claude BOMSEL, « RAT MUSQUÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rat-musque/