PHOQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Bébé phoque

Bébé phoque
Crédits : Sylvain Cordier/ Gamma-Rapho/ Getty Images

photographie

Éléphants de mer

Éléphants de mer
Crédits : David Madison/ The Image Bank/ Getty Images

photographie


Mammifère marin totalement adapté au milieu aquatique. Répartition géographique : toutes les mers tempérées et polaires à l'exception du phoque-moine qui vit dans les mers chaudes (Méditerranée, Caraïbes). Classe : Mammifères ; ordre : Carnivores ; sous-ordre : Pinnipèdes ; famille : Phocidés.

Bébé phoque

Bébé phoque

photographie

Bébé phoque au pelage encore blanc sur la banquise canadienne. Golfe du Saint-Laurent. 

Crédits : Sylvain Cordier/ Gamma-Rapho/ Getty Images

Afficher

Contrairement aux morses et aux otaries, les phoques, représentés par une vingtaine d'espèces, ne se dressent pas sur leurs membres antérieurs. Leur corps, fuselé à l'avant, est très musclé vers l'arrière, particulièrement dans la région lombaire. Leurs membres postérieurs, restant dans le prolongement du corps, ne servent qu'à nager ; les phoques sont donc condamnés à ramper pour se déplacer sur la terre ferme. Leur tête est ronde, leurs yeux globuleux et leurs oreilles dépourvues de pavillon externe. Leur fourrure épaisse est de couleur grise, brune ou mouchetée (léopard des mers).

La taille et le poids des phoques varient de 1,20 mètre et 45 kilogrammes chez le phoque marbré à 5,50 mètres pour 2,5 tonnes chez l'éléphant de mer mâle. Leur espérance de vie est de l'ordre de vingt à trente-cinq ans.

Éléphants de mer

Éléphants de mer

photographie

Éléphants de mer (Mirounga leonina) au milieu d'une colonie de manchots, en Antarctique. 

Crédits : David Madison/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

Excellents nageurs, ces animaux passent l'essentiel de leur temps dans l'eau. Ils consomment surtout du poisson, plus rarement des crevettes, des mollusques ou du krill. L'un d'entre eux, le léopard des mers de l'Antarctique, dévore les manchots et autres oiseaux de mer ainsi que d'autres espèces de phoques (tel le crabier) qu'il tue dans l'eau en les rattrapant à la course.

En général, toutes les femelles d'une même espèce se reproduisent en même temps. Les accouplements sont pour la plupart effectués dans l'eau. La gestation est différée de deux à trois mois puis dure effectivement de six mois et demi à huit mois. Les jeunes, qui naissent sur la terre ferme, seront allaités de quinze jours à trois mois suivant les espèces et la stabilité du milieu de reproduction (glace, banquise, côtes sableuses). Ils triplent ou quadruplent leur poids en deux mois. Chez certaines espèces (phoque marbré, phoque à selle), le pelage du jeune, appelé laguno, est d'un blanc immaculé jusqu'à l'âge de trois semaines.

Les grands massacres annuels de bébés phoques perpétrés par exemple sur les glaces de Terre-Neuve ont ému l'opinion internationale. Grâce aux efforts de nombreuses associations de protection de la nature et à la pression du public, ces abattages cruels sont devenus rares. Les phoques-moines (genre Monachus) sont au bord de l'extinction ; le phoque gris (Halichœrus grypus) et le phoque commun (encore appelé veau marin) sont menacés.

—  Marie-Claude BOMSEL

Écrit par :

Classification


Autres références

«  PHOQUE  » est également traité dans :

BAÏKAL LAC

  • Écrit par 
  • Laure ARJAKOVSKY, 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 4 056 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les organismes vivants »  : […] Les organismes végétaux et animaux qui peuplent le lac se classent en espèces dites paléarctiques, réparties traditionnellement dans les réserves d'eau douce de l'hémisphère Nord, et les autres, dites endémiques, qui n'existent pratiquement que dans le Baïkal et représentent l'essentiel de la faune et de la flore (de 80 à 90 p. 100 des populations). Plus de deux cent cinquante espèces de mousses, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lac-baikal/#i_7249

CARNIVORES MAMMIFÈRES

  • Écrit par 
  • Robert MANARANCHE, 
  • Géraldine VÉRON
  •  • 7 471 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Familles des Otariidae, Phocidae, Odobenidae »  : […] Ces trois familles constituent un ensemble de carnivores adaptés à la vie aquatique, autrefois regroupées dans le sous-ordre des pinnipèdes. Aujourd'hui, ce dernier groupe n'a plus de valeur systématique puisqu'il a été montré que ces trois familles étaient apparentées aux carnivores caniformes et que la division des carnivores en fissipèdes et pinnipèdes n'avait aucune base phylogénétique. Les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carnivores/#i_7249

FAUNE SAUVAGE

  • Écrit par 
  • Romain JULLIARD, 
  • Pierre PFEFFER, 
  • Jean-Marc PONS, 
  • Dominique RICHARD, 
  • Alain ZECCHINI
  •  • 14 135 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les espèces animales marines »  : […] En mer, l'exploitation doit se comprendre au regard des enjeux humains : plus d'un milliard d'hommes dépendent du poisson comme source principale de nourriture (avec de grandes disparités, puisque l'Afrique ne consomme que 6,5 p. 100 de la production) et, pour 56 p. 100 de la population mondiale, le poisson représente au moins 20 p. 100 de leur alimentation. Cette demande se traduit par l'épuiseme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/faune-sauvage/#i_7249

MIGRATIONS ANIMALES

  • Écrit par 
  • Valérie CHANSIGAUD, 
  • Jean DORST
  •  • 11 679 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Mammifères »  : […] Les déplacements saisonniers sont moins répandus chez les mammifères que chez les oiseaux, du moins parmi les formes terrestres, la marche n'étant pas un mode de locomotion rapide et économique sur de longues distances. Toutefois, les grands Ongulés habitant des régions soumises à d'importantes fluctuations climatiques parcourent des distances considérables, de plusieurs milliers de kilomètres ch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/migrations-animales/#i_7249

THERMORÉGULATION, biologie

  • Écrit par 
  • René LAFONT
  •  • 7 977 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Cas des mammifères aquatiques (notion d'hétérothermie régionale) »  : […] Les phoques et les baleines vivent dans des eaux froides. La conduction thermique de l'eau est, on l'a vu, environ vingt-cinq fois plus élevée que celle de l'air, et la convection liée au mouvement des animaux augmente encore son pouvoir refroidissant. Ces animaux possèdent une isolation thermique renforcée, réduisant leurs pertes de chaleur grâce à la présence d'une épaisse couche de lard sous-c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermoregulation-biologie/#i_7249

Pour citer l’article

Marie-Claude BOMSEL, « PHOQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/phoque/