HARIRI RAFIC (1944-2005)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme politique libanais. Né en 1944 dans une famille musulmane sunnite de Saïda au Sud-Liban, Rafic Hariri, fils d’ouvrier agricole, obtient son baccalauréat au Caire en 1964, puis étudie la comptabilité à l’université arabe de Beyrouth. En 1966, il émigre en Arabie Saoudite où il fonde sa propre entreprise, spécialisée dans le marché de la construction. Au pays de l’or noir, il fait rapidement fortune dans le secteur du bâtiment et des travaux publics, à la faveur de son introduction dans les cercles du pouvoir saoudien et de ses amitiés royales. Désormais détenteur de la nationalité saoudienne, il achète le géant français de la construction, la société Oger, et diversifie ses sources de revenus dans les domaines de la banque et des assurances. Parallèlement à l’extension de son empire commercial et financier, l’homme d’affaires s’établit en 1979 en tant que mécène et bienfaiteur dans son pays d’origine, alors en guerre, en créant une fondation qui porte son nom : il déploie ainsi des moyens considérables dans des projets philanthropiques, distribue des milliers de bourses aux étudiants libanais et est amené à financer les diverses milices en présence pour mieux se les concilier. À égale distance des principaux protagonistes de la guerre civile, il mène aussi une « diplomatie de l’ombre » pour le compte de l’Arabie Saoudite, en contribuant à négocier la participation de toutes les forces politico-militaires aux conférences interlibanaises de réconciliation nationale à Genève (1983) et Lausanne (1984), puis à celle de Taëf qui met fin à la guerre civile en 1989.

Grâce à une fortune personnelle estimée à 4 milliards de dollars en 1992, à un carnet d’adresses international bien rempli et à de nombreux contacts dans les cercles dirigeants syriens, Rafic Hariri devient un personnage central de la vie politique libanaise de l’après-guerre. Après avoir placé des proches au Conseil pour le développement et la reconstruction, il fait son entrée officielle en politique en étant nommé en octobre 1992 à la tête du Conseil des ministres, désormais doté d’importantes prérogatives selon la Constitution amendée en 1990. Il occupe ce poste jusqu’en 1998, puis de 2000 à 2004. Il est également élu député de Beyrouth en 1996 et s’affirme comme le leader incontesté de la communauté sunnite à partir des élections législatives de 2000.

Disposant de la confiance des milieux de la finance internationale et de solides amitiés politiques avec des dirigeants du monde entier, Rafic Hariri a été perçu au départ comme le sauveur d’un pays détruit et en proie à une grave crise financière et sociale : garant de la stabilité de la monnaie nationale, il lance les grands chantiers de la reconstruction – en particulier celle du centre-ville de Beyrouth et les grandes infrastructures du pays – avec l’ambition de transformer le Liban en un Singapour du Moyen-Orient. Au service de ce projet néo-libéral, ses méthodes d’entrepreneur bouleversent les jeux traditionnels de la politique libanaise et lui permettent de fédérer des soutiens dans l’ensemble des communautés nationales. Mais elles lui valent également de vives critiques pour le coût démesuré de sa politique économique, qui se traduit par une forte aggravation de la dette extérieure, et pour la confusion qu’il entretient entre ses intérêts privés et ses fonctions politiques. Engagé depuis le milieu des années 1990 dans un bras de fer avec Émile Lahoud, qui sera élu en 1998 président de la République, Rafic Hariri quitte le gouvernement en octobre 2004 pour protester contre la prorogation du mandat de son rival. Son assassinat, le 14 février 2005, le transforme en icône nationale.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : attaché temporaire d'enseignement et de recherche au Collège de France

Classification

Autres références

«  HARIRI RAFIC (1944-2005)  » est également traité dans :

LIBAN

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Elizabeth PICARD, 
  • Éric VERDEIL
  •  • 26 467 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Mobilisations libanaises face à l'interventionnisme syrien  »  : […] La fragile réconciliation nationale après les accords de Taëf, le retour du communautarisme, la crise socio-économique et la souveraineté tronquée provoquent une exaspération générale au sein de la société libanaise, particulièrement exacerbée chez les maronites, qui rejettent les interférences syriennes. À Damas s'installe parallèlement un climat d'ouverture avec le nouveau président Bachar al-A […] Lire la suite

PROCHE ET MOYEN-ORIENT CONTEMPORAIN

  • Écrit par 
  • Nadine PICAUDOU, 
  • Aude SIGNOLES
  •  • 21 336 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « La « guerre contre le terrorisme »  »  : […] Le gouvernement de George W. Bush (2000-2008), pour qui le Moyen-Orient n'est plus synonyme que de menaces pour la sécurité nationale et mondiale, inclut initialement deux États de la zone dans son « axe du Mal » : l'Irak et l'Iran, auxquels la Syrie est ensuite associée. Il qualifie également le Hezbollah et le Hamas d'organisations terroristes. Cette appréhension nouvelle du Moyen-Orient, large […] Lire la suite

SYRIE

  • Écrit par 
  • Fabrice BALANCHE, 
  • Jean-Pierre CALLOT, 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Philippe RONDOT, 
  • Charles SIFFERT
  •  • 36 889 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Nouveaux enjeux régionaux et confrontation avec les États-Unis »  : […] Les évolutions internes sont rapidement masquées par l'acuité des problèmes régionaux qui, par ailleurs, servent au régime à retarder tout changement, au nom de la cohésion intérieure. Damas reste favorable à la reprise des négociations avec Israël, à condition de revenir à l'engagement pris par le Premier ministre israélien Itzhak Rabin, en 1994, pour un retrait sur « les lignes du 4 juin 1967 » […] Lire la suite

Les derniers événements

18 août 2020 Liban. Verdict du procès de l'attentat contre l'ancien Premier ministre Rafic Hariri.

Rafic Hariri d’obtenir le retrait des forces syriennes du Liban. Le TSL a été créé aux termes d’un accord conclu en mars 2006 par le gouvernement libanais et l’ONU, sur l’initiative de Paris et Washington.  […] Lire la suite

4-23 mai 2016 Syrie. Nouvelle trêve temporaire et attentats de l'État islamique.

Rafic Hariri en février 2005, ainsi qu’aux attentats meurtriers contre les forces américaines et françaises à Beyrouth en octobre 1983. Le 23, sept attentats quasi simultanés visant des lieux de forte affluence à Tartous et Jablé, deux villes littorales de la région alaouite, fief du clan Al-Assad, causent la mort de cent cinquante personnes, en majorité […] Lire la suite

22-29 août 2015 Liban. Mouvement de protestation.

Rafic Hariri. Les manifestants réclament la démission du ministre de l’Environnement Mohammad Machnouk, le transfert de la collecte des ordures aux municipalités, la poursuite des responsables des violences du week-end précédent et la tenue d’élections législatives et présidentielle.  […] Lire la suite

27 décembre 2013 Liban. Assassinat de Mohammad Chatah

Rafic Hariri. Il survient dans un contexte marqué par l'intensification des tensions entre les camps prosyrien et antisyrien, et la multiplication d'attentats meurtriers.  […] Lire la suite

19 octobre 2012 Liban. Assassinat du chef du renseignement

Rafic Hariri en février 2005, dans lequel les services syriens étaient impliqués, et avait fait arrêter, en août 2012, l'homme fort de la Syrie au Liban, Michel Samaha. L'opposition au régime du Hezbollah chiite, allié de Damas, dénonce la responsabilité directe du président syrien Bachar al-Assad dans cet assassinat.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Agnès FAVIER, « HARIRI RAFIC - (1944-2005) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rafic-hariri/