MILINDA QUESTIONS DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On trouve dans la littérature bouddhique en pāli un ouvrage exceptionnel : Les Questions de Milinda (Milinda-pañha) qui se présente comme un dialogue entre le moine bouddhiste Nāgasena et le roi grec de Bactriane Ménandre (en pāli, Milinda). Au début du texte, Siālkot (Sakala), capitale du royaume, est présentée comme une ville importante que fréquentent les propagandistes des diverses religions du temps. Ménandre en interroge plusieurs, et notamment des brahmanes. Discutant avec eux à la manière de Socrate, il les réduit facilement au silence, mais trouve enfin son maître en la personne de Nāgasena. Vaincu, converti, il décide d'abandonner le pouvoir et de se faire moine.

L'ouvrage est grec de facture mais bouddhiste d'inspiration, à la manière de la statuaire qui s'élabore à la même époque et dans les mêmes régions (art gréco-bouddhique du Gandhāra). L'influence platonicienne est visible non seulement dans la première partie où le dialogue est conduit selon le modèle socratique, mais aussi dans la seconde où est évoquée une « cité idéale » qui ressemble à La République de Platon. On a cherché à savoir si la rencontre entre Milinda et Nāgasena (ainsi que la conversion du premier) avait une réalité historique mais aucun des arguments avancés pour ou contre cette historicité n'a pleinement convaincu. Tout est vraisemblable dans ce texte (les noms des personnages, l'atmosphère propre aux entretiens, l'hellénisation culturelle de cette partie de l'Asie) mais rien n'est historiquement certain, au moins en l'état actuel des connaissances. De toute façon, l'ouvrage a été plusieurs fois remanié, et par des mains différentes. Tel quel, il reste en tout cas l'un des chefs-d'œuvre de la prose pāli.

—  Jean VARENNE

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification


Autres références

«  MILINDA QUESTIONS DE  » est également traité dans :

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme indien

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 10 625 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De l'extinction du Buddha à Kaniṣka »  : […] De nos jours, les bouddhistes de Sri Lanka et de l'Asie du Sud-Est placent l'« extinction » ( nirvāṇa ) du Buddha en 543 avant J.-C. La critique moderne propose plusieurs hypothèses, en fonction, d'une part, de la date du sacre d' Aśoka (257 ou 267 av. J.-C.) et, d'autre part, d'une donnée de la tradition singhalaise qui place deux cent dix-huit ans entre le nirvāṇa et ce sac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-indien/#i_24334

INDE (Arts et culture) - Langues et littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jacqueline FILLIOZAT, 
  • François GROS
  •  • 10 532 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le pāli »  : […] De tous les dialectes moyen-indiens, le plus voisin du sanskrit est le pāli (proprement « ligne » [du texte sacré] par opposition au « commentaire » juxtalinéaire qui accompagnait traditionnellement le texte). Il a servi à noter tout d'abord les Écritures du bouddhisme méridional de la secte des Theravādin et, jusqu'à une époque récente, la vaste littérature composée par les nombreux commentaires […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-langues-et-litteratures/#i_24334

MÉNANDRE, roi de Bactriane (env. 160-env. 140 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Roland BRETON
  •  • 540 mots

L'un des rois indo-grecs les plus connus des auteurs classiques de l'Occident et de l'Inde, Ménandre (en pāli : Milinda) est né dans un village appelé Kalasi, non loin d'Alexandrie du Caucase. Il régna pendant à peu près vingt ans, à partir d'environ ~ 155, sur le territoire qui s'étendait de la vallée de Kaboul à l'ouest jusqu'à la Ravi à l'est, et de la vallée de la Swat au nord à l'Arachosie au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/menandre-roi-de-bactriane/#i_24334

PĀLI LANGUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Colette CAILLAT
  •  • 4 809 mots

Dans le chapitre « Jalons historiques »  : […] Les Occidentaux appliquent le nom de « pāli » (proprement : « texte ») à la langue des anciens livres du bouddhisme méridional, conforme à la « doctrine des doyens » ( theravāda ). Dans l'effort d'approfondissement, de systématisation, de diffusion des Écritures – les seules Écritures bouddhiques qui nous soient parvenues en entier –, le pāli a été l'instrument linguistique e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/langue-et-litterature-pali/#i_24334

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « MILINDA QUESTIONS DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/questions-de-milinda/