QUATRIÈME GÉNÉRATION, littérature soviétique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'expression de Quatrième Génération, due au critique soviétique Alexandre Makarov, désigne les écrivains qui font leur entrée dans la littérature à la fin des années cinquante. Presque tous étaient à peine adolescents à la fin de la guerre. Élevés dans le culte de Staline, ils commencent à écrire quand le XXe Congrès vient de révéler qu'on les a trompés. Certains ont eu une enfance traumatisée par l'arrestation de leurs parents.

Les œuvres majeures de la Quatrième Génération s'échelonnent sur moins d'une décennie : en prose, La Petite Gare (1959) de Kazakov ; Les Collègues (Kollegi, 1960), Billet pour les étoiles (Zvezdnyj bilet, 1961) et Oranges du Maroc (Apelsiny iz Marokko, 1963) d'Axionov  ; Il vit (Živ čelovek, 1962) de Maximov ; L'Inconnue d'Arkhangelsk (Zavtrašnie, 1961) et Feux sur la glace (1964) de Konetski ; Le Grand Filon (Bol' šaja ruda, 1960) de Vladimov ; en poésie, Baby Iar et Les Héritiers de Staline (1962) d'Evtouchenko ; La Poire triangulaire (1962) et Oza (1964) de Voznessenski. Toutes présentent des traits communs : condamnation du passé ; volonté de dire ce qu'on pense ; déchirement intérieur ; appel à des définitions morales moins rudimentaires ; et, au plus profond, besoin de revaloriser les problèmes humains par rapport aux dogmes économistes d'une société sacralisée. Souvent pris à partie par la critique officielle et par le pouvoir, les auteurs de la Quatrième Génération ont été, vers 1960, les « idoles » de la jeunesse : on enregistre sur des disques de fortune les chansons d'Okoudjava ; la milice montée canalise la foule aux lectures publiques d'Evtouchenko. Les critiques sérieux voient alors dans la Quatrième Génération l'avenir des lettres soviétiques. Ces espoirs ne se sont pas réalisés. Avec la fin de la période de « déstalinisation », le retour d'une certaine répression menée au nom du « réalisme socialiste » avorte cette renaissance. Son glas définitif sera marqué par l'intervention de l'U.R.S.S. en Tchécoslovaquie (1968). Dans les années soixante-dix, les écrivains de cette génération se réfugient dans le silence ou bien choisis [...]

Vassili Axionov

Vassili Axionov

Photographie

Chez le romancier Vassili Axionov, le recours au grotesque et au picaresque est souvent une réponse au tragique d'une époque marquée par le stalinisme. 

Crédits : S. de Sakutin/ AFP/ Getty

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  QUATRIÈME GÉNÉRATION, littérature soviétique  » est également traité dans :

AKHMADOULINA BELLA AKHATOVNA (1937-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 420 mots

Représentante de la poésie du dégel, avec Voznessenski et Evtouchenko, Bella Akhmadoulina fut l'une des grandes voix de la littérature soviétique de la quatrième génération qui s'épanouit pleinement après la mort de Staline. Son œuvre résolument individualiste, lui valut les critiques du pouvoir et elle peina parfois à se faire publier. Bella Akhmadoulina (de son nom complet Izabella Akhatovna Akh […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bella-akhatovna-akhmadoulina/#i_50419

AXIONOV ou AXENOV VASSILI PAVLOVITCH (1932-2009)

  • Écrit par 
  • Hélène MÉLAT
  •  • 857 mots
  •  • 1 média

Chantre des espoirs puis des déceptions de la « génération des années soixante », devenue adulte pendant la période du « dégel » qui suit la mort de Staline, le prosateur et dramaturge Vassili Axionov est né en 1932 à Kazan, dans une famille de fidèles communistes victime de la répression stalinienne : son père et sa mère, Evguenia Guinsbourg, dont les Mémoires sont célèbres, sont arrêtés en 1937 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/axionov-axenov/#i_50419

MAKANINE VLADIMIR (1937-2017)

  • Écrit par 
  • Hélène MÉLAT
  •  • 1 112 mots

Le décalage est ce qui caractérise le mieux Vladimir Makanine. Né le 13 mars 1937 à Orsk, il appartient à la « génération des années soixante », qui a eu vingt ans lors des années pleines d’espoir du « dégel » qui suivirent la mort de Staline. Mais il possède un destin à part et n’entre dans aucune catégorie : pendant la période soviétique, il n’a été ni un dissident ni un thuriféraire du régime. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vladimir-makanine/#i_50419

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 103 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Du dégel à la dissidence »  : […] L'étouffement de toute création authentique entraîne une désaffection du public à laquelle le pouvoir lui-même est sensible. Seule la revue Novy Mir ( Nouveau Monde ), dirigée depuis 1950 par Tvardovski, parvient à offrir une image reconnaissable de la réalité soviétique, notamment dans les Rajonnye budni ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-la-litterature/#i_50419

VOZNESSENSKI ANDREÏ ANDREÏEVITCH (1933-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 748 mots

Le poète russe Andreï Andreïevitch Voznessenski fut l'un des plus grands écrivains de la Quatrième Génération, qui émergea en U.R.S.S. après l'ère stalinienne. Né le 12 mai 1933 à Moscou, Andreï Andreïevitch Voznessenski passe sa prime enfance dans la ville de Vladimir. En 1941, il part avec sa mère et sa sœur vivre à Kourgan, dans les montagnes de l'Oural, tandis que son père participe à l'évacua […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andrei-andreievitch-voznessenski/#i_50419

Pour citer l’article

Jean CATHALA, « QUATRIÈME GÉNÉRATION, littérature soviétique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/quatrieme-generation-litterature-sovietique/