Jean CATHALA

journaliste

DOMBROVSKI IOURI OSSIPOVITCH (1909-1978)

  • Écrit par 
  • Jean CATHALA
  •  • 314 mots

Arrêté et déporté à cinq reprises à partir de 1932, Iouri Dombrovski totalise, à sa libération définitive en 1957, presque un quart de siècle de bagne ou de relégation. Réhabilité, il vient s'installer à Moscou, où il publie, en 1959, son premier roman, Le Singe à la recherche de son crâne, puis, en 1964, Le Conservateur des antiquités. Livre d'apparence ins […] Lire la suite

EHRENBOURG ILIA GRIGORIEVITCH (1891-1967)

  • Écrit par 
  • Jean CATHALA
  •  • 320 mots

Né à Kiev, mais Moscovite dès son plus jeune âge. Arrêté en 1907 pour activités subversives, Ehrenbourg va, après sa libération, s'établir à Paris, fréquente les révolutionnaires russes émigrés et les milieux littéraires parisiens ; il publie ses premiers vers, écrit ses premiers articles et rentre en Russie après la révolution de février 1917. De retour à Paris en 1921 comme correspondant de la p […] Lire la suite

QUATRIÈME GÉNÉRATION, littérature soviétique

  • Écrit par 
  • Jean CATHALA
  •  • 479 mots

L'expression de Quatrième Génération, due au critique soviétique Alexandre Makarov, désigne les écrivains qui font leur entrée dans la littérature à la fin des années cinquante. Presque tous étaient à peine adolescents à la fin de la guerre. Élevés dans le culte de Staline, ils commencent à écrire quand le XXe Congrès vient de révéler qu'on les a trompés. Certains ont eu une […] Lire la suite

SOVIÉTIQUE LITTÉRATURE DE GUERRE

  • Écrit par 
  • Jean CATHALA
  •  • 853 mots

Dans l'histoire des lettres soviétiques, la littérature de guerre proprement dite succède à la littérature de la guerre civile presque sans solution de continuité : Cholokhov publie le dernier livre du Don paisible en 1940 et La Science de la haine en 1942.Le foisonnement de la littérature de guerre entre 1941 et 1945 relève du sentiment patriotique plus que […] Lire la suite

SOVIÉTIQUE LITTÉRATURE PAYSANNE

  • Écrit par 
  • Jean CATHALA
  •  • 819 mots

En remettant la terre au paysan, la révolution d'Octobre avait enlevé sa raison d'être à une tradition plus que séculaire des lettres russes : la défense du moujik. La collectivisation aggrave la rupture : à peu d'exceptions près (la première partie de Terres défrichées de Cholokhov, la poésie de Tvardovski), la littérature « kolkhozienne » est de grossière propagande.Mais la r […] Lire la suite

SOVIÉTIQUES LITTÉRATURES DES NATIONALITÉS

  • Écrit par 
  • Jean CATHALA
  •  • 874 mots

On appelait littératures « nationales » ou littératures « républicaines » — formules également impropres bien qu'elles aient été consacrées —, les littératures soviétiques de langue non russe. La préservation, l'encouragement, parfois l'« invention » (au sens étymologique) de ces littératures ont joué un rôle capital dans la politique de rassemblement des nationalités.Sauf les littératures baltiqu […] Lire la suite

TOLSTOÏ ALEXEÏ NIKOLAÏEVITCH (1883-1945)

  • Écrit par 
  • Jean CATHALA
  •  • 295 mots

De famille noble, lointainement apparenté aux deux autres Tolstoï des lettres russes (Alexeï Konstantinovitch et Lev Nikolaïevitch, le « grand » Tolstoï), Alexis Nikolaïevitch Tolstoï est déjà un nouvelliste connu au moment de la Première Guerre mondiale. Émigré à Paris, puis à Berlin (1918), il écrit alors L'Enfance de Nikita (1920-1922), nouvelles autobiographiques, et […] Lire la suite

TVARDOVSKI ALEXANDRE TRIFONOVITCH (1910-1971)

  • Écrit par 
  • Jean CATHALA
  •  • 266 mots

Poète soviétique dont l'action personnelle a été déterminante dans l'évolution de la littérature, après le « dégel ».Fils d'un forgeron de village déporté comme koulak pendant la collectivisation, Tvardovski, dès son premier recueil de vers (1935) et avec son grand poème Le Pays de Mouravia, se classe parmi les rares écrivains de l'époque qui ont le sens de la réalité paysanne. […] Lire la suite