QU'EST-CE QUE LES LUMIÈRES ? Emmanuel KantFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les raisons de la lâcheté

Mais les peuples ne pourront réellement progresser que s’ils parviennent à surmonter une lâcheté régissant encore trop souvent les comportements. « La paresse et la lâcheté sont les causes qui expliquent qu’un si grand nombre d’hommes [...] restent cependant volontiers, leur vie durant, mineurs ». Juger par soi-même, c’est devenir responsable des actes qui découleront logiquement de mon jugement. Tandis que si je prétends n’avoir agi qu’en fonction d’un verdict qui n’est pas le mien, je me décharge de ma responsabilité. Devient seul coupable celui qui a jugé à ma place, déclenchant des comportements qui devront lui être imputés. La période nazie nous fournit un exemple privilégié de cette lâcheté : les Allemands des années 1930 ont-ils été les pauvres marionnettes d’un redoutable manipulateur, ou doit-on les considérer comme « les bourreaux volontaires de Hitler », pour reprendre le titre de l’ouvrage de l’historien Daniel J. Goldhagen, publié en 1996 ?

N’y a-t-il pas cependant un risque d’anarchie si chacun se prétend en capacité de juger ? Non, répond Kant, en distinguant usage privé et usage public de la raison. Reprenant les arguments développés par Spinoza, qui défendait au chapitre XX de son Traité théologico-politique la thèse selon laquelle un citoyen doit renoncer « au droit d’agir suivant son propre décret, non au droit de raisonner et de juger », Kant affirme qu’ « un officier doit obéir » à sa hiérarchie mais conserve la possibilité de présenter au pouvoir et au public lettré ses réserves sur les lois qu’il fait appliquer, et de suggérer les modifications que sa raison lui présente comme souhaitables.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur en classes préparatoires

Classification

Les derniers événements

2 octobre 2020 France. Discours d'Emmanuel Macron sur le séparatisme.

« Ce à quoi nous devons nous attaquer, c’est le séparatisme islamiste », déclare-t-il, une « idéologie » qui « affirme que ses lois propres sont supérieures à celles de la République ». Le chef de l’État annonce la présentation d’un projet de loi en Conseil des ministres en décembre. Parmi les mesures envisagées figurent l’obligation de la scolarité au sein d’une école dès l’âge de trois ans, la limitation de l’enseignement à domicile aux seuls élèves ayant des problèmes de santé, le renforcement de l’encadrement des écoles hors contrat, ainsi que la fin des enseignements optionnels de langue et de culture d’origine qui étaient assurés dans les écoles par des personnels étrangers. […] Lire la suite

14-15 août 1983 Vatican – France. Pèlerinage du pape Jean-Paul II à Lourdes

Accueilli le 14 à Tarbes par François Mitterrand, Jean-Paul II s'entretient pendant une heure avec lui des affaires internationales. À la fin de cette journée, dans l'allocution prononcée à l'occasion de la « procession aux lumières », le pape invite les fidèles à prier pour « ceux qui souffrent pour leur foi ». Dans ses homélies, il développe les thèmes de la conversion et de la réconciliation. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe GRANAROLO, « QU'EST-CE QUE LES LUMIÈRES ? Emmanuel Kant - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/qu-est-ce-que-les-lumieres/