PUNIQUES (GUERRES)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La fin de Carthage (146 av. J.-C.)

Lorsque les Carthaginois se rendirent compte que Rome les avait condamnés, la peur les fit chasser les chefs démocrates et rendre le pouvoir au parti aristocratique, qui se remit à la discrétion de Rome en prononçant la formule de la deditio. Dans ce cas, les déditices devenaient propriété du peuple romain, mais celui-ci leur laissait en général la liberté et l'usage de leurs biens ; en l'occurrence, les consuls, après avoir procédé au désarmement des Puniques, leur ordonnèrent d'abandonner Carthage et d'aller fonder une nouvelle ville dans l'intérieur des terres. Cette exigence était inspirée par la philosophie platonicienne qui enseignait que le voisinage de la mer développe dans les cités la tendance au désordre : il s'agissait en somme de guérir les Carthaginois des défauts qui, selon les Romains, les empêchaient de s'intégrer dans un ordre raisonnable. Ces bonnes intentions ne furent pas appréciées. Le peuple massacra les partisans de la capitulation, rappela les chefs populaires et, dans un immense élan d'énergie et de solidarité, reconstitua les armements qu'il venait de livrer. Pendant deux ans, les légions, commandées par des chefs médiocres, demeurèrent immobilisées sous les puissantes fortifications et subirent même dans l'intérieur de cuisants échecs de la part des armées puniques qui continuaient à tenir le plat pays. La triste gloire de mettre fin à la guerre fut réservée au fils de Paul Émile, le vainqueur de la Macédoine, passé par adoption dans la famille des Scipions et connu de ce fait sous le nom de Scipion Émilien. Le récit de la prise de Carthage avait été fait par Polybe qui en fut le témoin ; il nous est parvenu par l'intermédiaire d'Appien. Au printemps de 146, les légionnaires réussirent à forcer l'enceinte des ports dans le quartier appelé aujourd'hui Salammbô. Une terrible bataille de rues s'acheva par l'incendie du temple d'Eshmoun. La résistance avait été dirigée par un chef démocrate nommé Asdrubal, que les sources accusent de s'être comporté en tyran.

Le sol f [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

-600 à -200. Philosophes et conquérants

-600 à -200. Philosophes et conquérants
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Guerres puniques

Guerres puniques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Fragment de la colonne rostrale

Fragment de la colonne rostrale
Crédits : Nimatallah/ AKG

photographie

Hannibal Barca

Hannibal Barca
Crédits : The LIFE Picture Collection/ Getty Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  PUNIQUES GUERRES  » est également traité dans :

GUERRES PUNIQUES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 281 mots

— 814 environ Fondation de la colonie de Carthage par les Phéniciens.— 509 Premier traité entre Rome et Carthage.— 272 Prise de Tarente : fin de la conquête de l'Italie par Rome.— 264 Une armée romaine, répondant à l […] Lire la suite

GUERRES PUNIQUES, en bref

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 213 mots

Les guerres puniques opposent durant plus d'un siècle deux cités pour la domination de la Méditerranée occidentale : Rome, qui a achevé la conquête de l'Italie, rencontre dans son expansion Carthage, ancienne colonie phénicienne d'Afrique (actuelle Tunisie) et puissance commerciale dominante de l'Occident. Le […] Lire la suite

CARTHAGE

  • Écrit par 
  • Abdel Majid ENNABLI, 
  • Liliane ENNABLI, 
  • Gilbert-Charles PICARD
  • , Universalis
  •  • 9 850 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les guerres contre Rome »  : […] Cette situation est gravement ébranlée par la première guerre avec Rome (264-241). Carthage et Rome s'étaient encore entendues pour éliminer Pyrrhos d'Épire qui tentait de relever l'hellénisme occidental (278-276). Mais Rome fut entraînée par ses associés campaniens à prendre pied en Sicile. Le gouvernement punique ne sut ni voir venir le péril, ni le conjurer à temps. Dès les premières années de […] Lire la suite

CATON L'ANCIEN ou LE CENSEUR MARCUS PORCIUS (234-149 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 434 mots

Symbole de la virtus romaine, alliance du courage et de l'abnégation, de la fierté patriotique et de l'austérité morale, Marcus Porcius Cato, dit Caton l'Ancien est un vieux Romain aux mœurs irréprochables qui a servi la Rome républicaine et qui est mort lorsque la ville, prenant une dimension historique après les conquêtes de la Grèce et de Carthage, se laissait gagner par l'orgueil et par l'att […] Lire la suite

CIVILISATION ROMAINE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 4 283 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Constitution d’un Empire »  : […] Rome devient la capitale d’un Empire au terme de conflits difficiles l’opposant durant plus de deux siècles à d’autres puissances riveraines de la Méditerranée. Des événements clés marquent ce processus de conquêtes engagé au début du iii e  siècle avant J.-C. Les trois guerres puniques, entre 264 et 146 av. J.-C. – et surtout la deuxième, conclue par la bataille de Zama en 202 –, permettent à Rom […] Lire la suite

EMPURIES

  • Écrit par 
  • Pedro de PALOL
  •  • 1 332 mots

Située près d'une ville ibérique non identifiée (Indika), sur la côte de Catalogne, Empúries (en catalan) est une ancienne colonie grecque (Emporion) qui fut, par la suite, romanisée (Emporiae). Fondée par les Phocéens au début du ~  vi e siècle, à la même époque que Massalia (Marseille), elle connut un grand essor démographique après la prise de Phocea par les Perses (~ 540) et la bataille d'Ala […] Lire la suite

FABIUS MAXIMUS QUINTUS, dit CUNCTATOR (env. 275-203 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 340 mots

Général et homme d'État romain né vers 275 av. J.-C., mort en 203 av. J.-C., dont l'esprit tactique lui vaut le sobriquet de Cunctator (« le temporisateur »). Fabius Maximus est consul en 233 puis en 228, et censeur en 230. Il est peut-être l'un des émissaires romains envoyés à Carthage en 218 pour exiger d' Hannibal des réparations de guerre, alors que celui-ci vient de prendre Sagonte, en Espag […] Lire la suite

HANNIBAL ou ANNIBAL (247-183 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Gilbert-Charles PICARD
  •  • 2 116 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Prince hellénistique et stratège »  : […] C'est à cette date de 221 avant J.-C. que nous connaissons son portrait physique, grâce à des monnaies frappées en Espagne, qui permettent d'identifier un certain nombre de bustes ; le plus beau, en bronze, fut découvert en 1944 à Volubilis au Maroc. Ce sont des copies d'époque romaine du portrait officiel exécuté par un artiste grec lors de la proclamation du jeune chef. Hannibal y apparaît sous […] Lire la suite

HASDRUBAL ou ASDRUBAL BARCA (env. 245-207 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC
  •  • 284 mots

Fils d'Hamilcar et frère d'Hannibal, Hasdrubal Barca entre dans l'histoire à la veille de la deuxième guerre punique. En ~ 218, il reçoit des navires et des troupes ; on lui confie la responsabilité de veiller sur les possessions barcides d'Espagne : or le sud de la péninsule fournit au corps expéditionnaire carthaginois d'Italie de l'or, du blé et des soldats. Il doit donc veiller à la fois sur l […] Lire la suite

HIÉRON II LE JEUNE (env. 306-215 av. J.-C.) tyran de Syracuse (270-215 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 350 mots

Tyran de Syracuse d’environ 270 av. J.-C. jusqu’à sa mort, né vers 306, mort en 216 ou 215. Lorsque le roi d’Épire, Pyrrhus, quitte la Sicile en 276, les habitants de Syracuse nomment Hiéron chef de l’armée (stratège). Ce dernier conforte sa position en épousant la fille de Leptines, un notable de la ville. Avant ces événements, les Mamertins, mercenaires de Campanie privés de solde depuis la mor […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gilbert-Charles PICARD, « PUNIQUES (GUERRES) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/puniques-guerres/