PUCERON ou APHIDE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Insecte de très petite taille (inférieure à 4 mm) réparti dans le monde entier et vivant sur les végétaux dont il se nourrit.

Classe : Insectes ; ordre : Homoptères.

Les pucerons ou Aphides, représentés par près de 4 000 espèces, sont des insectes dont les adultes sont aptères ou ailés ; dans ce dernier cas, ils possèdent quatre ailes identiques transparentes. Le cycle annuel de la plupart des pucerons comprend une alternance de plusieurs (jusqu'à 12) générations parthénogénétiques (les femelles produisent leur descendance sans accouplement) et une seule génération sexuée. Il peut se dérouler sur un seul végétal (puceron de l'asperge) ou, le plus souvent, sur deux hôtes végétaux successifs. C'est le cas du puceron noir de la fève (Aphis fabae), espèce française très polyphage (observée sur plus de 200 espèces végétales), qui pond ses œufs en automne sur l'écorce du végétal hôte primaire. Les œufs passent l'hiver en vie ralentie et donnent naissance, au printemps, à des femelles aptères vivipares, les « fondatrices ». Par parthénogenèse, elles produisent d'autres femelles parthénogénétiques, les « virginipares », dont la descendance comprend des femelles aptères et ailées. Dès le mois de mai, les formes ailées colonisent de très nombreuses plantes hôtes secondaires, qui se couvrent rapidement de pucerons du fait de la grande prolificité des femelles. À l'automne apparaît une nouvelle génération parthénogénétique, les « sexupares » : ailées, elles regagnent la plante hôte primaire et engendrent des mâles et des femelles qui s'accouplent. Les femelles, ovipares, pondent les œufs d'hiver (en petit nombre, de 3 à 10).

Grâce à leurs pièces buccales piqueuses (stylets perforants) et à l'injection de salive, les pucerons percent les végétaux puis sucent la sève en très grandes quantités car celle-ci est pauvre en protéines. L'excès de liquide est excrété sous forme d'eau sucrée, le miellat, dont sont friandes les fourmis.

Par les piqûres infligées à des cultures végétales d'intérêt économique (fruits, céréales, légumes), et surtout du fait des virus qu'ils transmettent, les pucerons sont de redoutables ravageurs. La lutte biologique a été développée en utilisant des coccinelles, larves et adultes se nourrissant de pucerons.

—  Catherine BLAIS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  PUCERON ou APHIDE  » est également traité dans :

CLONAGE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Jean-Paul RENARD
  •  • 5 006 mots
  •  • 3 médias

Le mot « clonage » est utilisé en biologie pour désigner une reproduction à l'identique ne faisant pas intervenir la sexualité. C'est ce qui se passe lorsqu'on obtient une colonie bactérienne après avoir ensemencé un milieu de culture solide avec une seule bactérie : en se divisant, cette bactérie « mère » a engendré des bactéries « filles » qui lui sont semblables. Toutes ces bactéries sont équ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clonage/#i_7465

COCCINELLE

  • Écrit par 
  • Santiago ARAGÓN
  •  • 588 mots
  •  • 2 médias

Insecte coléoptère carnassier, caractérisé par un corps globuleux et des élytres vivement colorés, souvent ornés de points. Classe : Hexapodes ; ordre : Coléoptères ; famille : Coccinellidés Les coccinelles , ces populaires « bêtes à bon Dieu » porteuses de bonheur, sont des insectes de petite taille (inférieure au centimètre) représentés par quelque 2 500 espèces. Elles présentent un corps bombé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coccinelle/#i_7465

HOMOPTÈRES

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT, 
  • Jean-Yves TOULLEC
  •  • 2 545 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Rapport des pucerons et cochenilles avec les autres insectes »  : […] Les pucerons rejettent le « miellat », excrément sirupeux et sucré dont les fourmis sont très friandes. Ces dernières savent d'ailleurs provoquer le rejet réflexe de ce miellat par attouchement du puceron à l'aide de leurs antennes. Aussi les colonies de pucerons sont-elles souvent visitées par les fourmis. Mais certaines espèces de Formicides comme les Lasius se livrent à u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homopteres/#i_7465

PARTHÉNOGENÈSE, en bref

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 248 mots

En étudiant la reproduction chez les pucerons, Charles Bonnet (1720-1793) observait que les individus femelles de cette espèce sont capables de donner la vie sans être fécondés par les mâles : il venait de mettre en évidence la parthénogenèse. Cette découverte l'amena à réfléchir sur la genèse du vivant. En effet, que le jeune puceron issu du corps maternel en soit une copie minuscule, pourrait si […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parthenogenese-en-bref/#i_7465

PARTHÉNOGENÈSE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 607 mots

La parthénogenèse est un mode de reproduction indépendant de toute sexualité permettant le développement d'un individu à partir d'un ovule non fécondé. Elle a été étudiée pour la première fois en 1740 (chez les pucerons) par Charles Bonnet mais elle existe chez un grand nombre d'espèces animales. Il est rare qu'elle constitue le seul mode de reproduction (comme chez certains rotifères, diverses da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parthenogenese/#i_7465

REPRODUCTION, biologie

  • Écrit par 
  • Henri CAMEFORT, 
  • Jean GÉNERMONT, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Philippe L'HÉRITIER
  •  • 7 210 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Exceptions à la règle »  : […] Quelques animaux présentent un cycle vital dans lequel la reproduction sexuée est épisodique. Il y a métagenèse lorsque, dans l'intervalle entre deux stades sexualisés, il existe au moins un stade de reproduction asexuée par fragments pluricellulaires (modalité dite polycytogène) : un exemple typique est celui d'un coelentéré, Aurelia aurita , chez lequel, à la forme méduse q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reproduction-biologie/#i_7465

TUMEURS ET GALLES VÉGÉTALES

  • Écrit par 
  • Jean ROUSSAUX
  •  • 6 453 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Galles d'insectes »  : […] Extrêmement fréquentes, elles sont provoquées par divers types d'insectes : Coléoptères, Hémiptères, Diptères Cécidomyidés ou Hyménoptères Cynipidés. Il s'agit parfois d'une simple prolifération cambiale conduisant au gonflement de l'organe atteint. Plus souvent, on observe la formation, par hyperplasie, de bourrelets qui recouvrent la larve ou l'édification d'une galle de morphologie complexe (ga […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tumeurs-et-galles-vegetales/#i_7465

VARIATION, biologie

  • Écrit par 
  • Jean GÉNERMONT
  •  • 9 369 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Associations entre espèces différentes »  : […] L'anémone de mer Calliactis parasitica est assez fréquemment rencontrée fixée sur une coquille habitée par le bernard-l'hermite Eupagurus bernhardus , mais cette association n'est obligatoire ni pour l'un, ni pour l'autre des deux partenaires. L'alternative « associé vs non associé » dans chaque espèce est pour une bonne part fonc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/variation-biologie/#i_7465

VIROSES VÉGÉTALES

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves TEYCHENEY
  •  • 4 018 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Transmission et dissémination »  : […] Les virus étant obligatoirement des parasites, leur transmission se fait essentiellement par des vecteurs biologiques (insectes, nématodes, champignons) qui provoquent les blessures nécessaires à la pénétration des particules virales dans les cellules hôtes. Elle est plus rarement assurée par la graine ou le pollen, et, dans le cas des plantes cultivées, par certaines pratiques culturales (greffag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/viroses-vegetales/#i_7465

Pour citer l’article

Catherine BLAIS, « PUCERON ou APHIDE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/puceron-aphide/