Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PSILOPHYTES

De par leur morphologie et leur grande ancienneté géologique, les Psilophytes constituent un embranchement particulièrement archaïque au sein des Ptéridophytes. Les premières Psilophytes connues datent du Dévonien inférieur où elles se sont développées de façon soudaine. Elles disparaissent après le Dévonien et, à la suite d'une longue interruption stratigraphique de près de 400 millions d'années, on en retrouve des représentants dans la flore actuelle avec les genres Psilotum et Tmesipteris.

Généralités et classification

Les Psilophytes se réduisent à des axes plus ou moins dichotomes, dépourvus de racines et de feuilles véritables. Une tige souterraine, ou rhizome, porte des rhizoïdes et des tiges dressées.

Comme toutes les Ptéridophytes, les Psilophytes se présentent au cours de leur cycle de végétation sous forme d'individus haploïdes ( gamétophytes) et diploïdes ( sporophytes). Le sporophyte est homosporé. Dans les espèces vivantes où on a pu les étudier, les anthérozoïdes sont multiciliés et l'embryon est dépourvu de suspenseur.

Dans les formes primitives, le gamétophyte et le sporophyte ont la même importance dans le cycle de végétation : leur durée de vie est voisine et ils sont pareillement vascularisés. Si, au cours de l'évolution des groupes de plantes vasculaires, l'importance du gamétophyte régresse par rapport à celle du sporophyte, la vascularisation du gamétophyte n'est toutefois constatée que dans cet embranchement primitif.

L'embranchement des Psilophytes (Psilophyta) comprend l'unique classe des Psilopsida divisée en trois ordres : Rhyniales et Psilophytales du Dévonien et Psilotales de l'époque actuelle. La division en deux classes parfois retenue (Psilophytopsides du Dévonien et Psilotopsides actuelles) est sans fondement.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : membre de l'Académie des sciences, professeur émérite à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • RHIZOÏDE

    • Écrit par Didier LAVERGNE
    • 100 mots

    Les cormophytes les plus primitifs ( bryophytes, psilophytes) sont dépourvus de racines. Pourtant ce sont des végétaux terrestres qui puisent dans le sol certains éléments nutritifs (même si l'eau pénètre directement, en milieu très humide, toutes les parties de la plante). Cette fonction d'absorption...

Voir aussi