PROHIBITION (1919-1933)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Par le XVIIIe amendement à la Constitution, ratifié en janvier 1919, la prohibition est instaurée aux États-Unis. Désormais, il est interdit de fabriquer, de vendre et d'acheter sur le territoire fédéral toutes les boissons qui contiennent plus de 0,5 p. 100 d'alcool. La campagne prohibitionniste remonte au milieu du xixe siècle, lorsque l'État du Massachusetts décida que le rhum ne devait être vendu qu'en grosses quantités pour éviter que le peuple ne s'enivre. De cette époque date la création du Prohibition Party (1869), le plus ancien des petits partis américains en activité de nos jours, qui lors des élections présidentielles de 1888 et 1892 obtint jusqu'à 2,2 p. 100 des suffrages ; depuis 1900, il n'a plus guère d'activité qu'à l'échelon local. Mais c'est au début du xxe siècle que les prohibitionnistes deviennent particulièrement actifs. Ce sont alors des progressistes : combattre l'ivrognerie, lutter contre les injustices sociales et la corruption politique, voilà leur programme. Une Amérique saine reviendra, croient-ils, à ses traditions démocratiques : si les influences étrangères sont néfastes, il conviendra de limiter strictement l'immigration, qui porte en elle les germes de destruction de la société américaine. Plusieurs États, notamment dans l'Ouest, suivent ces conseils avant 1914 et interdisent, à l'intérieur de leurs frontières, la consommation d'alcool. Pour que la mesure soit efficace, il faut que l'Union passe tout entière dans le camp de la prohibition. L'amendement à la Constitution offre la solution légale : son adoption est favorisée par l'esprit né de la guerre. Une évolution, toutefois, se manifeste. Les prohibitionnistes sont, après 1920, plus ruraux que citadins, plus sudistes que nordistes et se regroupent dans l'Anti-Saloon League. S'ils veulent toujours rendre la société américaine plus morale, ils soulignent en même temps que l'interdiction fera augmenter la productivité. Ils rappellent de plus en plus souvent que l'alcoolisme est essentiellement une maladie de la société européenne, que les immigrants la transportent sur le Nouveau Continent, bref qu'il convient de s'en tenir à un « américanisme à cent pour cent ». Ils sont alors beaucoup plus conservateurs que progressistes et se recrutent surtout dans les milieux fondamentalistes, nationalistes, proches du Ku Klux Klan.

La prohibition

Photographie : La prohibition

Destruction de bouteilles de vin et d'alcool à Boston, pendant la prohibition, en 1920. 

Crédits : Topical Press Agency/ Getty Images

Afficher

Les adversaires de la prohibition parlent d'une atteinte à la liberté individuelle. Ils considèrent, d'ailleurs, que l'excès d'alcool, non sa consommation mesurée, est néfaste, que le XVIIIe amendement vise à porter atteinte à un genre de vie qui est celui des immigrants de fraîche date, comme les Italiens ou des catholiques, comme les Italiens encore ou les Irlandais. Ils estiment aussi que l'application de cette mesure est impossible. De fait, les autorités fédérales ont la plus grande peine à contrôler les entrées d'alcool étranger et à empêcher sa commercialisation clandestine à des prix très élevés. Les brasseries et les distilleries, dissimulées dans les grandes villes ou dans les campagnes, rapportent des fortunes à leurs propriétaires. Gangsters et bootleggers (contrebandiers d'alcool) profitent de l'aubaine pour tirer les plus gros profits d'un trafic dangereux, mais prospère. Face à la loi, ils imposent leurs méthodes, qui reposent sur la combine et la violence : avocats marrons et hommes de main sont particulièrement appréciés ; le code et la mitraillette protègent les trafiquants, tandis que la guerre entre les bandes rivales fait de nombreuses victimes. Les administrations municipales, trop faibles pour combattre la gangrène, cèdent souvent au chantage : la prohibition renforce encore la corruption politique. Les Américains honnêtes ne respectent guère le XVIIIe amendement, puisqu'ils acceptent de payer à prix d'or quelques gouttes d'un whisky frelaté, consommé en cachette dans un speakeasy. Les partis politiques sont divisés, encore que les républicains soient plutôt dry (secs) et les démocrates plutôt wet (humides). Al Capone et le syndicat du crime connaissent leurs plus beaux jours.

Durant la prohibition

Photographie : Durant la prohibition

Comment boire en cachette pendant la prohibition, qui dura aux États-Unis de 1919 à 1933. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Al Capone

Photographie : Al Capone

Al Capone (1899-1947) dans les locaux de la police fédérale, à Chicago, en 1931. 

Crédits : Topical Press Agency/ Getty Images

Afficher

L'échec de la prohibition entraîne toutefois un revirement de l'opinion publique. En 1933, le XXIe amendement annule le XVIIIe amendement.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

La prohibition

La prohibition
Crédits : Topical Press Agency/ Getty Images

photographie

Durant la prohibition

Durant la prohibition
Crédits : Hulton Getty

photographie

Al Capone

Al Capone
Crédits : Topical Press Agency/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'Amérique du Nord à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  PROHIBITION (1919-1933)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN, 
  • Annick FOUCRIER, 
  • Marie-France TOINET
  •  • 33 202 mots
  •  • 58 médias

Dans le chapitre « La prospérité »  : […] «  Business as usual  », «  return to normalcy  », tels sont les slogans qui assurent aux républicains (1920-1932), une nouvelle période de prépondérance, jusqu'à la crise de 1929. Neuf années de vie matérielle facile, d'illusions, au cours desquelles le visage des États-Unis a changé. Les Américains ont découvert l'automobile, qui transforme leur genre de vie : ils désertent les villes pour aller […] Lire la suite

GOULD CHESTER (1900-1985)

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 1 063 mots

Le dessinateur Chester Gould a vu le jour à Pawnie, Oklahoma, le 20 novembre 1900. C'est à Oklahoma City qu'il commence à réaliser des dessins pour la rubrique sportive de la revue The Tulsa tout en poursuivant des études de droit, car son père souhaite le voir faire une carrière d'avocat. En 1921, il part pour Chicago afin d'y achever ses études. Cette ville jouera un rôle décisif dans les choix […] Lire la suite

MACHINES À SOUS

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 2 070 mots

Dans le chapitre « Les machines à rouleaux (jackpots) »  : […] Ces tracasseries n'empêchent pas Charles Fey de créer à San Francisco, probablement vers 1905, la première machine à trois rouleaux (avec symboles de cartes à jouer, fers à cheval, étoiles et cloches) et levier latéral baptisée Liberty Bell. Mais, après le tremblement de terre de 1906, la modestie de son entreprise le pousse à pactiser avec la puissante firme Mills Novelty pour lancer une fabricat […] Lire la suite

MASSACRE DE LA SAINT-VALENTIN (États-Unis)

  • Écrit par 
  • Christian HERMANSEN
  •  • 257 mots
  •  • 1 média

À Chicago, le 14 février 1929, vers 22 heures, dans un garage désaffecté situé au numéro 2022 de Clark Street, sept membres du gang de George « Bugs » Moran sont abattus de plusieurs rafales de mitraillette dans le dos par de faux policiers appartenant au gang rival, dirigés par Al Capone (Alfonso Caponi, dit Scarface, « le balafré »). La mafia sicilienne contrôle désormais l'ensemble du trafic d' […] Lire la suite

POLICIER FILM

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  • , Universalis
  •  • 4 324 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'ère du gangster »  : […] Le 16 janvier 1919 est ratifié le dix-huitième amendement à la Constitution des États-Unis : « La fabrication, la vente et le transport de boissons alcoolisées ainsi que leur importation et exportation sont prohibées sur le territoire des États-Unis. » L'ère des bootleggers et des rackets s'ouvre, le règne du gangster commence. Cependant que crépitent les mitraillettes, le cinéma – encore mue […] Lire la suite

SAINT-PIERRE-ET-MIQUELON

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe GAY
  •  • 757 mots
  •  • 2 médias

La collectivité d’outre-mer de Saint-Pierre-et-Miquelon est le seul territoire français en Amérique du Nord. Situé à 4 000 kilomètres de l’Europe continentale et à 25 kilomètres du Canada (Terre-Neuve), cet archipel de 242 kilomètres carrés est composé de huit îles ou îlots , en bordure des Grands Bancs de Terre-Neuve, immenses plateaux sous-marins riches de nombreuses espèces de poissons, dont l […] Lire la suite

Pour citer l’article

André KASPI, « PROHIBITION (1919-1933) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/prohibition/