PROCURATEUR ROMAIN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Titre donné, pendant les trois premiers siècles de l'Empire romain, à de hauts fonctionnaires issus de l'ordre équestre, défini depuis Auguste par un cens de 400 000 sesterces et par le choix de l'empereur lui-même. Les nominations dans les procuratèles et la durée de la charge dépendent du prince qui verse un traitement à chacun. Ainsi se crée, au iie siècle, un véritable cursus équestre aux échelons rémunérés (de 60 000 à 300 000 sesterces). Le jeune chevalier obtient sa première procuratelle entre vingt-sept et trente ans. Dès Auguste, on place à la tête des provinces les moins peuplées et pas encore romanisées des procurateurs équestres. Cette première catégorie reste peu importante, car ces gouverneurs ne peuvent avoir sous leurs ordres que des corps auxiliaires. C'est dans le domaine financier que la deuxième catégorie, celle des procuratèles, connaît son plus grand essor : déjà sous Auguste, des procurateurs surveillent la perception des impôts dans les provinces ; au iie siècle, tous les services financiers ont leurs procurateurs, représentants du prince : procurateur du « vingtième » des héritages, celui du « quarantième » des Gaules, celui chargé du recensement et de la fixation de l'impôt foncier dans chaque province ; le plus important est le procurator a rationibus à la tête du fiscus impérial dès Trajan. La troisième catégorie, celle des procurateurs palatins, ne joue un rôle véritable qu'à partir des Antonins ; ils remplacent les affranchis à la tête des grands bureaux de Rome (a studiis, a libellis).

Les procurateurs sont l'indispensable armature de l'Empire pendant trois siècles ; entièrement dévoués à l'empereur et très compétents, ils assurent la stabilité politique du monde romain à travers les vicissitudes des successions.

—  Jean-Pierre MARTIN

Écrit par :

Classification


Autres références

«  PROCURATEUR ROMAIN  » est également traité dans :

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 194 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les institutions centrales »  : […] L'instauration d'une monarchie absolue s'accompagne de progrès dans l'organisation de l'État romain, qui se dote d'institutions centrales nouvelles, analogues à nos modernes ministères. Très vite, le second rôle est dévolu au préfet du prétoire : à l'origine simple chef de la garde impériale, ce personnage de rang équestre étend son domaine d'activité à tout ce qui est militaire, puis il se voit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-le-haut-empire/#i_19119

CHEVALIERS ROMAINS

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC
  •  • 975 mots

Les chevaliers romains constituent un sujet d'étude qui a été entièrement renouvelé dans les années 1970, notamment par deux personnalités, Hans-Georg Pflaum et Claude Nicolet. Aux origines de Rome, les troupes montées étaient exclusivement recrutées dans le patriciat : l'identité cavalier-chevalier était parfaite. Puis la dissociation se fit lentement, mais sans que pût jamais s'effacer le caract […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chevaliers-romains/#i_19119

AFRIQUE ROMAINE

  • Écrit par 
  • Noureddine HARRAZI, 
  • Claude NICOLET
  •  • 9 556 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'administration de l'Afrique »  : […] À l'intérieur des frontières ainsi définies, les grandes lignes de l'organisation administrative ne connaîtront que peu de changement jusqu'à la fin du iii e  siècle. On distingue quatre ensembles territoriaux différents par leurs statuts politico-administratifs. À l'est, la vieille province qui, à partir d'Auguste, est gouvernée par un proconsul de rang consulaire, et qui est, officiellement, du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-romaine/#i_19119

MINES, Antiquité gréco-romaine

  • Écrit par 
  • Claude DOMERGUE
  •  • 12 790 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'Empire »  : […] Aussi, sous l'Empire, un autre système se met-il peu à peu en place, qui implique un véritable contrôle de la part de l'administration à laquelle revenait la gestion des mines, le fisc. À partir des empereurs flaviens au moins, la gestion des mines dépendait du procurateur financier de la province concernée, représentant de l'empereur ( procurator Augusti ), haut fonctionnaire, membre de la class […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mines-antiquite-greco-romaine/#i_19119

Pour citer l’article

Jean-Pierre MARTIN, « PROCURATEUR ROMAIN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/procurateur-romain/