PRINCE PRINCE ROGERS NELSON dit (1958-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chanteur, auteur-compositeur, producteur et instrumentiste américain, Prince fut l'un des musiciens américains les plus doués de sa génération. À l’instar de Stevie Wonder, il était capable de jouer comme un professionnel de quasiment tous les instruments nécessaires à l’interprétation de ses morceaux et enregistra seul un grand nombre de ses albums.

La carrière musicale de Prince commence avec des morceaux empreints de funk et de soul censés séduire un public essentiellement noir. On sent également dans ses premières compositions une certaine touche disco, très populaire à l'époque. Ses albums suivants sont marqués par des influences très diverses (jazz, punk, heavy metal, musique des Beatles, hip-hop) qui viennent enrichir un style plutôt dominé par le rythme rapide du funk et les ballades mélancoliques, souvent interprétées par Prince avec une voix de fausset caractéristique et très expressive.

Né le 7 juin 1958 à Minneapolis (Minnesota), Prince Rogers Nelson est le fils d’une chanteuse, Mattie Shaw, et d’un pianiste de jazz, John L. Nelson. Il est très vite attiré par la musique, commence à jouer du piano à l'âge de sept ans et maîtrise la guitare aussi bien que la batterie lorsqu'il entre dans son premier groupe à quatorze ans. La population afro-américaine étant très peu représentée dans sa ville natale de Minneapolis, nul ne s'attend à y voir naître une grande star noire. Or Prince réussit même à propulser d'autres musiciens locaux au sommet, en particulier le duo Jimmy Jam et Terry Lewis.

La musique intense de Prince fait écho à ses paroles, qui évoquent souvent la sexualité et le désir sur un ton direct. Une grande partie de son œuvre, dans ses paroles et à travers ses images, s'élève contre les contraintes dues aux conventions et à l'appartenance à certaines catégories sociales. Prince explore des modes typographiques nouveaux dans les titres et les paroles de ses chansons, trouvant ainsi un autre moyen d'échapper aux conventions. En 1993, il annonce qu'il prend désormais pour nom un symbole imprononçable associant les symboles féminin et masculin, que l'on finira par appeler Love symbol. On sent en outre une forte influence religieuse dans certains de ses morceaux, parfois sous la forme d'une sorte d'expérience érotique sacrée qui trouve ses racines dans les églises noires américaines.

La carrière de Prince prend un tournant avec la sortie en 1983 du tube Little Red Corvette, diffusé sur MTV à une époque où quasiment aucun artiste noir n'apparaît sur cette nouvelle chaîne de référence. Purple Rain (1984) fait de lui l'une des plus grandes stars des années 1980 et demeure son album le plus vendu. Trois des titres de l'album deviennent des tubes : le frénétique Let's Go Crazy, l'androgyne et néanmoins fragile When Doves Cry et celui qui donne son nom à l'album et qui devient un véritable hymne. Prince continuera ensuite à produire une musique originale propre à séduire un large public.

Prince

Photographie : Prince

En 1984 paraît Purple Rain, album électro-funk sur lequel Prince joue de la plupart des instruments et qui fera de lui l'une des grandes stars des années 1980. La même année le multi-instrumentiste de Minneapolis entame une tournée mémorable, le Purple Rain Tour. Il se produit ici le 13... 

Crédits : Richard E. Aaron/ Redferns/ Getty Images

Afficher

Pendant l'essentiel de sa carrière, l'inventivité extraordinairement prolifique de Prince se heurtera à la politique de sa maison de disques, la Warner, qui consiste à ne sortir qu'un album par an. Tandis que s'entassent les enregistrements achevés mais non commercialisés, Prince donne ses chansons à d'autres artistes – dont un certain nombre enregistrent des albums dans les studios de Paisley Park, pour le label éponyme qu'il a créé dans la banlieue de Minneapolis –, de même qu'il fonde des groupes prétendument indépendants, à l'exemple de The Time, pour enregistrer ses chansons. En 1991, paraît Diamonds and Pearls, premier album que Prince enregistre avec le groupe New Power Generation, et qui connaît un grand succès avec les tubes comme « Cream » et « Get off » dans lequel il introduit des passages rap. En 1996, Emancipation fête la fin prochaine du contrat qui le lie à la Warner, événement qui lui permettra ensuite de produire autant d'albums qu'il le souhaite grâce à son label NPG. Plus tard, il expérimente de nouvelles façons de vendre ses œuvres, sur Internet ou grâce à des accords particuliers avec certaines chaînes de magasins, dans une volonté de ne pas se plier aux règles édictées par les grandes maisons de disques. En 1999, il sort néanmoins Rave Un2 the Joy Fantastic sous le label Arista. Ce [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur de musicologie à l'université Case Western Reserve, Cleveland (États-Unis)

Classification

Autres références

«  PRINCE PRINCE ROGERS NELSON dit (1958-2016)  » est également traité dans :

FUNK

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 448 mots

Le funk, issu de la soul music, émerge dans les années 1970. La basse y est prédominante. Sly and the Family Stone et George Clinton en sont les précurseurs. Le funk, forme de musique noire syncopée qui s'inspire de la soul music, émerge donc dans les années 1970  : dans les années 1960, on utilisait plutôt l'adjectif funky*. Son caractère polymorphe a sans doute contribué à un rapprochement des c […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert WALSER, « PRINCE PRINCE ROGERS NELSON dit (1958-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/prince-nelson/