PRESSE DU CŒUR ou PRESSE SENTIMENTALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De la presse du cœur à la presse « people »

Dès le milieu des années 1950, les tirages baissent. La presse du cœur perd un tiers de son lectorat de 1955 à 1964. Plusieurs raisons expliquent ce déclin. La société rajeunit et les moins de vingt ans portent de nouvelles valeurs qui ne s’incarnent pas dans cette presse trop stéréotypée. La classe moyenne s’élargit ; plus instruite, elle renouvelle ses aspirations. Les nouveaux médias se généralisent, la radio est déjà présente dans tous les foyers et la télévision s’y installe peu à peu. Le roman-photo est victime du succès des séries de fiction à la télévision.

Au-delà de ces facteurs externes, cette presse a été en permanence placée sous le feu des critiques. Depuis la fin de la guerre, la presse du cœur est au centre d’une bataille morale qui concerne la défense de la culture lettrée face à l’invasion de la culture de masse. La démocratisation culturelle et l’éducation élargie au plus grand nombre sont une des ambitions affirmées de la Libération. Les intellectuels, les éducateurs, les créateurs, les politiques et les journalistes se montrent donc très critiques sur ces publications. En 1958, Dimanche-Éclair de Nancy résume ainsi la polémique : « Peut-on sans danger se laisser prendre au mirage de la presse du cœur ? Est-elle une distraction inoffensive ou bien, au contraire, un pernicieux narcotique ? » Les effets de ces lectures inquiètent : l’ouvrière peut-elle résister à ces rêves de papier ? Ne devrait-elle pas accéder à des lectures plus enrichissantes ? Quels sont les dangers des cultures du divertissement ? Dès les années 1930, la propagande fasciste avait montré l’usage qui pouvait être fait des médias. Cette dénonciation de la culture de masse atteint son apogée à la fin des années 1960. La protection des jeunes, des femmes et des classes populaires face à l’aliénation mentale supposée engendrée par ces lectures dangereuses est une mission de salut public. Ces catégories de population, moins formées, sont considérées comme fragiles et malléables. Leur accès à l’in [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

La presse du cœur : Nous deux

La presse du cœur : Nous deux
Crédits : D.R.

photographie

La presse du cœur : Intimita

La presse du cœur : Intimita
Crédits : D.R.

photographie

La presse « people »

La presse « people »
Crédits : G. Mouly-Héras

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteure en histoire culturelle, conservatrice en bibliothèque, responsable de formations et enseignante au Pôle Métiers du livre de l'université Paris-ouest-Nanterre-La Défense

Voir aussi

Pour citer l’article

Isabelle ANTONUTTI, « PRESSE DU CŒUR ou PRESSE SENTIMENTALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/presse-du-coeur-presse-sentimentale/