Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PREMIÈRE HORMONE VÉGÉTALE : L'AUXINE

En isolant, en 1928, à partir du coléoptile d'avoine (gaine entourant les jeunes feuilles au début de la germination), une substance (ultérieurement nommée auxine et identifiée à l'acide β-indolylacétique ou AIA) qui est capable de promouvoir l'élongation de cet organe, Fritz W. Went (1903-1990) a ouvert la voie à l'étude des facteurs chimiques (hormones végétales) qui conditionnent la croissance et le développement des végétaux. Il a notamment mis au point un test de dosage de l'auxine (test avena) d'une extrême sensibilité. L'auxine, non seulement provoque l'élongation cellulaire qui explique les tropismes (croissances orientées), mais intervient aussi dans de nombreux autres phénomènes : division cellulaire, sénescence, dominance apicale, formation des racines, etc. L'auxine agit en corrélation avec d'autres hormones, ce qui a favorisé leur découverte : gibbérellines, cytokinines, acide abscissique, éthylène, etc. L'auxine a aussi conditionné la mise au point des techniques de culture in vitro des tissus végétaux, qui sont à la base des techniques modernes de biotechnologie végétale, dont la production d'organismes génétiquement modifiés.

— Claude LANCE

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur honoraire, université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification

Pour citer cet article

Claude LANCE. PREMIÈRE HORMONE VÉGÉTALE : L'AUXINE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Voir aussi