PRÉFET ROMAIN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les grandes préfectures apparurent à Rome sous l'Empire. Auguste créa la plupart d'entre elles pour mettre des hommes compétents et dévoués à la tête de certains services importants de la cité. De ce fait, un très petit nombre seulement des préfectures fut réservé aux sénateurs qui ne purent briguer que les préfectures financières du trésor de Saturne ou du trésor militaire, et, en compensation, la fonction la plus enviée de la carrière et qui était réservée aux anciens consuls, la préfecture de la ville ; cette dernière charge comprenait le commandement des trois cohortes urbaines et d'importants pouvoirs de police, d'administration et de justice à l'intérieur de Rome et en Italie (pour la justice tout au moins et jusqu'à Septime Sévère seulement).

Les autres préfectures étaient réservées aux chevaliers. Les plus humbles d'entre elles, comme les fonctions militaires de préfet d'aile ou de cohorte, étaient remplies avant l'âge de vingt-sept ans. D'autres commandements militaires, les préfectures des flottes de Misène et de Ravenne, restèrent sans grand éclat. En revanche, les quatre grandes préfectures étaient l'apanage d'une élite. Le préfet des vigiles assurait la direction de sept cohortes chargées de la police nocturne et de la protection contre les incendies. Le préfet de l'annone organisait le ravitaillement de Rome, particulièrement en blé ; il réglait toutes les opérations de ramassage, de transport, de stockage et de distribution. Le préfet d'Égypte gouvernait la province au nom de l'empereur et avait le privilège de commander les légions qui y étaient stationnées. Le couronnement de la carrière équestre était la préfecture du prétoire ; d'abord simples commandants des neuf cohortes prétoriennes en garnison à Rome pour veiller à la sécurité de l'empereur, les deux préfets reçurent des fonctions judiciaires, civiles et criminelles, qui leur permirent de juger au nom du prince dans toute l'Italie ; le caractère de la fonction s'effaça peu à peu et, sous Septime Sévère, des jurisconsultes comme Papinien ou Paul furent préfets du prétoire. Nommés par le prince, au gré de sa volonté, les préfets furent, en général, les parfaits auxiliaires de la politique impériale et les pivots d'une administration équilibrée.

—  Jean-Pierre MARTIN

Écrit par :

Classification


Autres références

«  PRÉFET ROMAIN  » est également traité dans :

ANNONE

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC
  •  • 854 mots

À l'origine, le mot « annone » désignait l'approvisionnement de Rome, qui fut conçu sous la forme d'un impôt en nature versé par les provinciaux ; par la suite, il reçut un second sens et s'appliqua au service administratif chargé de collecter ce prélèvement et de le redistribuer à ses bénéficiaires. Il faut chercher à l'époque républicaine l'origine de cette institution. Par tradition, l'État rom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/annone/#i_17348

ANTIQUITÉ - L'Antiquité tardive

  • Écrit par 
  • Noël DUVAL
  •  • 4 294 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Institutions et société »  : […] L'Empire, sans connaître de mutation brutale, se transforme à partir du iii e  siècle. Certes, l'unité du « monde romain » ( orbis romanus ) subsiste en principe jusqu'à l'époque de Justinien, au vi e siècle (les Byzantins garderont toujours le nom de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiquite-l-antiquite-tardive/#i_17348

CONSTANTIN LE GRAND (285 env.-337)

  • Écrit par 
  • Paul PETIT
  •  • 2 357 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Défense et organisation de l'Empire »  : […] Jusqu'en 300, l' armée resta ce qu'elle était au temps de Gallien. Puis Dioclétien et Constantin la réorganisèrent en recrutant des paysans, des barbares et des fils d'anciens soldats, et en portant de 34 à 68 le nombre des légions, dont l'effectif fut réduit à 1 000 hommes. Constantin rendit définitive une disposition tactique déjà envisagée par son prédécesseur : les frontières furent couvertes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/constantin-le-grand/#i_17348

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'Égypte romaine et byzantine

  • Écrit par 
  • André BERNAND
  •  • 3 628 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'occupation »  : […] Jusqu'à la venue d'Hadrien en 130 après J.-C., l'installation des Romains en Égypte est avant tout une conquête militaire. Le pays est soumis, certes, mais n'est pas sûr et les Romains cherchent à le rallier, par les armes ou par la ruse. Octave fit preuve simultanément de modération à l'égard d'Alexandrie et d'énergie envers le reste de l'Égypte, plus éloigné des armées romaines. L'agent d'exécu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-antique-histoire-l-egypte-romaine-et-byzantine/#i_17348

ISTANBUL

  • Écrit par 
  • José GROSDIDIER DE MATONS, 
  • Jean-François PÉROUSE
  •  • 5 767 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le rôle éminent du préfet de la ville »  : […] Un préfet de la ville – dont le titre sera hellénisé sous le nom d'«   éparque » – apparaît en 359. Comme son collègue de Rome, il a pour charge de rendre effective l'autorité impériale dans le ressort de la capitale, jusqu'à 100 milles au-delà des murs. En fait, sa puissance est plus grande que celle de l'ancien praefectus urbi  : il a sous ses ordres les services de l'anno […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/istanbul/#i_17348

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 194 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les chevaliers »  : […] On trouve des similitudes chez les chevaliers, mais aussi des différences. Cette demi-noblesse ou noblesse de fonctions était soumise elle aussi au census . Pendant ces opérations on vérifiait également l'honorabilité et le niveau de fortune des impétrants. Mais d'eux on n'exigeait que 400 000 sesterces comme valeur d'un patrimoine qui pouvait être mobilier ou foncier (il sem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-le-haut-empire/#i_17348

ROME ET EMPIRE ROMAIN - L'Antiquité tardive

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 5 457 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Dioclétien et la tétrarchie (284-305) »  : […] Pour la première fois depuis longtemps un règne allait durer plus de vingt ans et se terminer par une abdication volontaire. Tels furent la chance et le mérite de Dioclétien, cet officier dalmate dont l'esprit organisateur et ingénieux créa les institutions du « Bas-Empire », en systématisant l'œuvre de ses prédécesseurs depuis Septime Sévère. Arrivé au pouvoir dans l'idée de régner seul, il en vi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-l-antiquite-tardive/#i_17348

ULPIEN DOMITIUS ULPIANUS dit (mort en 223)

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 459 mots

L'un des plus grands jurisconsultes romains, Ulpien, était d'origine provinciale. Il se rattache lui-même (Digeste, L, xv , 1, prol.) à la ville de Tyr en Syrie-Phénicie, élevée par Septime Sévère au rang de colonie romaine. D'après son nom de famille, Domitius, Ulpien appartenait peut-être à une vieille famille locale, depuis longtemps romanisée et qui aurait obtenu en m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/domitius-ulpianus-ulpien/#i_17348

Pour citer l’article

Jean-Pierre MARTIN, « PRÉFET ROMAIN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/prefet-romain/