PRANG

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Terme dérivé du sanskrit prāṅga (sorte de tambour), qui désigne dans l'architecture religieuse de Thaïlande un type particulier de tour sanctuaire. Enfermant des reliques comme le stūpa, le prang comporte en outre une cella à laquelle on peut accéder. En principe, sa structure est identique à celle du prasat kmer (prasat, sanskrit prāsāda, conserve en Thaïlande son sens primitif de palais, de temple) : tour sanctuaire de plan carré couverte d'une haute toiture constituée d'une succession d'étages fictifs en gradins. Le prang est en réalité un édifice plus élaboré, adapté à la religion bouddhique et au culte des reliques ; apparenté au sanctuaire khmer, il n'en dérive pas directement. Construit en brique ou en latérite, décoré de stuc, de plan fortement redenté, il se dresse sur un haut soubassement pyramidal et comporte une toiture très développée aux nombreux gradins s'inscrivant dans un volume cylindro-ogival. La cella, à laquelle on accède par un escalier long et raide, est généralement précédée d'un avant-corps plus ou moins développé. Dans la maçonnerie du soubassement sont ménagées les chambres reliquaires privées de tout accès (Ayuthya : Wat Rājapūraṇa, 1424). Le prang caractérise l'architecture des périodes d'Ayuthya et de Bangkok ; sa présence jalonne même, sauf dans la péninsule demeurée fidèle à la tradition locale, l'expansion du royaume d'Ayuthya (spécialement dans le royaume de Sukhothai, après son annexion en 1438) : prang de Chalieng et de Phitsanulok. Type d'édifice réservé aux monastères les plus importants des cités (le plus souvent nommé Wat Mahathat, monastère de la « Grande Éminente, Suprême Relique »), le prang poursuit son évolution jusqu'à nos jours, marquée par l'étirement de la silhouette générale et par l'hypertrophie de la toiture. Il peut être flanqué ou cantonné de tours secondaires qui ont pris une importance particulière dans l'art de Bangkok (Thonburi : Wat Arun, prang fondé en 1842, haut de 67 mètres ; Phetburi : Wat Pra Mahathat, prang reconstruit dans le deuxième quart du xxe s.).

—  Jean BOISSELIER

Écrit par :

  • : professeur émérite des universités (Paris-III), ancien membre de l'École française d'Extrême-Orient

Classification


Autres références

«  PRANG  » est également traité dans :

LOPBURI

  • Écrit par 
  • Jean BOISSELIER
  •  • 448 mots
  •  • 1 média

La ville de Lopburi (à 130 km au nord de Bangkok), qui a donné son nom à l'école khmérisante, et authentiquement khmère, de Thaïlande, est située à la bordure nord-est du Delta, presque à la limite de la zone inondée, situation privilégiée qui a permis son occupation continue depuis le Néolithique et son importance souvent prépondérante au cours de l'histoire. La nécropole de Lopburi Khao (Âge du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lopburi/#i_43022

THAÏLANDE

  • Écrit par 
  • Jean BOISSELIER, 
  • Achille DAUPHIN-MEUNIER, 
  • Christian LECHERVY, 
  • Christian TAILLARD, 
  • Solange THIERRY
  • , Universalis
  •  • 24 707 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « L'art d'Ayuthya (xive-xviiie s.) »  : […] Illustrant l'orientation politico-religieuse du royaume, l'art tend à rassembler toutes les traditions antérieures témoignant de grandeur passée et celles affirmant la soumission de contrées conquises. L'art d'Ayuthya est, ainsi, beaucoup moins caractérisé par l'originalité créatrice que par sa faculté d'adaptation et une tendance au raffinement intellectuel qui s'affirmera au cours des siècles. P […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thailande/#i_43022

Pour citer l’article

Jean BOISSELIER, « PRANG », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/prang/