POLYEUCTE MARTYR, Pierre CorneilleFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Créé au théâtre du Marais en 1643, Polyeucte martyr est la première tragédie chrétienne de Pierre Corneille (1606-1684). Suivra Théodore, vierge et martyre, la seconde et dernière, en 1646. Le genre de la tragédie de saints et de martyrs, dans les années 1640, donne lieu à de nombreuses réalisations (Rotrou et Desfontaines s'y illustrent à propos de Saint-Genest) qui cherchent à représenter, sur la scène de la ville, les principes et les exemples d'une dévotion chrétienne inspirée par la Contre-Réforme. Corneille, ancien élève des jésuites et fort bon connaisseur de leur théâtre de collèges, entend bien prendre part à ce mouvement, avec toute l'originalité que ses derniers succès (Horace, et surtout Cinna) lui permettent.

Amour sacré, amour profane

Car Polyeucte n'est pas seulement une tragédie hagiographique. C'est aussi une tentative pour intégrer une réflexion esthétique à l'intérieur de la tragédie cornélienne, quitte à la rendre plus complexe, moins didactique, mais aussi plus « intéressante » pour les spectateurs et les lecteurs mondains. Corneille s'efforce ainsi de développer parallèlement la dynamique de l'aspiration au martyre et celle de « l'amour humain ». En jouant sur la contradiction du personnage éponyme, pris entre sa passion religieuse et sa passion pour Pauline, il propose un héroïsme saint, capable de bouleverser les âmes et jusqu'à l'État lui-même. Par sa conversion, par son acte violent et flamboyant, par son sacrifice enfin, Polyeucte convertit les esprits et transforme l'ordonnance politique du monde pour fonder une monarchie très-chrétienne. En renversant les idoles et en mourant pour l'avoir fait, en renonçant à la chair et à l'amour, le héros construit, par sa volonté propre, sa transfiguration : il accède à une sainteté qui ne peut trouver son actualisation que dans le sacrifice de soi, au nom de la « vraie foi ». Pour convertir un empire, il faut donc un homme brûlant, volontaire, fort, apte au sacrifice : un Grand de la religion, en quelque sorte. Mais pour conserver ce nouv [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire et d'esthétique du théâtre à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian BIET, « POLYEUCTE MARTYR, Pierre Corneille - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/polyeucte-martyr/