Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

LEGENDRE PIERRE (1930-2023)

L’anthropologie dogmatique

Une fois mis au jour ce socle religieux dogmatique légué par la papauté, il devenait possible de recenser les multiples effets de ces grandes inventions normatives à l'origine de l'État, le « tenant-lieu » moderne du Tiers, le garant de la référence.

Des expressions artistiques les plus sublimes, rencontrées dans la poésie, la peinture ou le cinéma, aux expressions les plus froidement bureaucratiques, civiles et militaires, publiques et privées, Pierre Legendre a tiré le témoignage d'un même principe de rationalité partout à l'œuvre. Il discerne aussi, pour notre temps qu'il qualifie de « posthitlérien », la crise profonde que connaît la formule occidentale de fabrication de ces animaux parlants que sont les hommes. À ses yeux, le triomphe actuel des discours du management industriel transparent et de la science promue comme autorité légiférante, qui promettent en chœur le bonheur du sujet-roi auto-référé, dissimulent une conception bouchère de l'humanité, où la filiation, l'identité et l'interdit sont escamotés, laissant le champ libre à la casse organisée des individus, version high-tech du sacrifice humain. Il s'est ainsi insurgé contre les progrès marqués d'une conception self-service du droit, sommé de satisfaire à toutes les demandes sociales et individuelles, par exemple la reconnaissance d'une filiation homoparentale, revendiquée par les mouvements militants homosexuels.

Peu sensible aux réactions de rejet que ses travaux ont longtemps provoquées en France, Pierre Legendre a patiemment poursuivi ses recherches, enseignant à l'université de Paris-I (Panthéon-Sorbonne), ainsi qu'à la cinquième section (sciences religieuses) de l'École pratique des hautes études, où il tiendra un séminaire de 1978 à 1994. L'hostilité ou l'indifférence du monde universitaire, cloisonné en disciplines, ont finalement servi la diffusion et la réception de son œuvre en France et plus encore à l'étranger auprès de tous ceux, juristes ou non, avides d'échapper aux mots d'ordre d'une caserne mondiale à la fois libertaire et ultralibérale.

Afin de fédérer les travaux d'amis et de collaborateurs, Pierre Legendre crée, en 1991, le Laboratoire européen pour l'étude de la filiation. Passionné par les possibilités du langage cinématographique, il s'est aussi lancé, vers la même époque, dans la réalisation de films documentaires, selon une approche qui rappelle l'œuvre d'un autre juriste, Frederick Wiseman, lui aussi sorti des sentiers battus pour traquer par l'image les institutions. Il a ainsi réalisé, avec Gérald Caillat, trois films remarqués : La Fabrique de l'homme occidental, Miroir d'une nation et Dominiummundi.

Pierre Legendre meurt à Paris le 2 mars 2023.

— Christian HERMANSEN

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Christian HERMANSEN. LEGENDRE PIERRE (1930-2023) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • CIVIL DROIT

    • Écrit par Muriel FABRE-MAGNAN
    • 9 077 mots
    ...moderne de passage à l'état civilisé, c'est-à-dire le contraire de l'état sauvage, n'est apparu que plus tard, dans la seconde moitié du xviiie siècle. Au-delà du repérage historique de ce glissement de sens, on peut même soutenir avec Pierre Legendre que du point de vue historique, pour les sociétés...

Voir aussi