VALENCIENNES PIERRE HENRI DE (1750-1819)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En dépit d'une formation dans l'atelier d'un peintre d'histoire, Gabriel Doyen, Pierre Henri de Valenciennes se consacre entièrement au paysage. C'est un peintre qui a beaucoup voyagé et qui possède une véritable culture encyclopédique. Sa carrière marque ses efforts pour faire triompher le genre du paysage historique : admis à l'Académie royale de peinture et de sculpture, grâce à De Machy (1787), il expose au Salon puis fait paraître en 1800 Éléments de perspective pratique à l'usage des artistes, suivis de réflexions et conseils à un élève sur la peinture et particulièrement sur le genre du paysage (Paris, an VIII). Devenu professeur de perspective à l'École impériale des beaux-arts, il obtient peu avant sa mort la création d'un prix du paysage historique (1816), supprimé en 1863, car il n'a plus de raison d'être au moment du triomphe du naturalisme. Curieusement Valenciennes ne serait guère connu par ses paysages composés auxquels on a reproché une certaine confusion et l'aspect terne du coloris, comme Cicéron découvrant à Syracuse le tombeau d'Archimède (1787, musée de Bourg-en-Bresse). Mais le peintre a laissé de très nombreuses études (musée du Louvre) dont il se sert pour composer ensuite ses tableaux. C'est par elles qu'il est surtout connu. Il s'agit de véritables petites peintures à l'huile, faites d'après nature, et non plus d'aquarelles ou de sanguines. Le sujet est en général tiré de paysages romains (Le Cyprès, Les Deux Peupliers). On y trouve à la fois un réel sens de l'observation de la nature, une science des volumes suggérés par touches presque carrées, et surtout une extrême audace de la lumière (Le Chemin au soleil, aux environs du lac de Nemi). Il est impossible, devant ces œuvres, de ne pas évoquer Corot et les paysagistes romantiques. Parfois même la nature revêt une force dramatique, un souffle accentué par la vigueur de la touche (Soleil couchant).

Valenciennes possède une nouvelle sensibilité devant la nature, mais, au contraire de ses études, son paysage composé animé par l'homme est « toujours habitable et encore habité », selon les thé [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Écrit par :

  • : historien de l'art, chargé de mission à la Caisse nationale des monuments historiques et des sites

Classification


Autres références

«  VALENCIENNES PIERRE HENRI DE (1750-1819)  » est également traité dans :

BARBIZON ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Jacques de CASO
  •  • 3 463 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les origines de Barbizon »  : […] Les années de formation des peintres de Barbizon – les trois premières décennies du xix e  siècle – furent pour la peinture française une période de variété et de richesse exceptionnelles. Il faut toutefois remarquer que la peinture de paysage n'a pas de place dans l'œuvre de David, de Gros, et qu'elle en occupe peu dans celle d'Ingres et de Dela […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-barbizon/#i_4846

COROT JEAN-BAPTISTE CAMILLE (1796-1875)

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 1 653 mots
  •  • 6 médias

Zola voyait en Corot un précurseur de Pissarro et de Jongkind, le premier à avoir rompu avec le paysage classique hérité de Poussin, pionnier de la peinture de plein air et du “sentiment vrai [...] de la nature” ( Mon Salon. Les paysagistes , 1868). Ce jugement, fondé essentiellement sur les paysages de la dernière manière de l'artiste, ne rend pas compte de l'originalité vér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/camille-corot/#i_4846

Pour citer l’article

Jean-Pierre MOUILLESEAUX, « VALENCIENNES PIERRE HENRI DE - (1750-1819) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-henri-de-valenciennes/