RONSARD PIERRE DE (1524-1585)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La création subjuguée par la poésie

S'il avait pu prévoir ce commentaire tardif, Ronsard y aurait vu la confirmation de la théorie néo-platonicienne des fureurs telle qu'il la résumait dans l'Ode à Michel de l'Hospital, l'année même où son ami Pontus de Tyard la développait dans le Solitaire premier (1552). La fureur poétique passe des Muses au poète et du poète au lecteur, à la manière des forces de l'aimant :

   Comme l'aimant sa force inspire   Au fer qui le touche de près,   Puis soudain ce fer tiré, tire   Un autre qui en tire après...

Les Muses ne sont pas seules en cause : elles ne sont que le premier stade dans la série des quatre fureurs. Elles savent rétablir, au niveau de la Nature, l'harmonie dans le chaos, mais elles peuvent, de là, vous conduire jusqu'à la fureur dionysiaque, placée sous l'égide du dieu des mystères et des initiations, qui, à son tour, peut vous hausser jusqu'à la fureur prophétique sous le signe d'Apollon, puis jusqu'à la fureur vénusienne qui restaure l'entendement angélique, perdu dès la naissance par l'internement des âmes dans des corps :

  Donne-nous encore la puissance  D'arracher les âmes dehors  Le sale bourbier de leurs corps  Pour les rejoindre à leur naissance.

Ronsard n'est certes pas un philosophe, mais il a été formé par des cercles humanistes qui lui ont donné, à défaut d'un corps de doctrine, un certain nombre de jalons de l'univers mental des néo-platoniciens. Entre la théologie judéo-chrétienne et la religion des Anciens, il n'y a, pour eux, que des différences de formulation et des malentendus historiques. Ronsard ne fait que se conformer à une tradition déjà ancienne et systématisée par Marsile Ficin quand il déclare dans l'Abbrégé de l'Art poétique françois de 1565 : « Les Muses, Apollon, Mercure, Pallas, Vénus et autres telles déités ne nous représentent autre chose que les puissances de Dieu, auquel les premiers hommes avaient donné plusieurs noms pour les divers effets de son incompréhensible majesté. » La mythologie fait [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : ancien professeur à l'université de Berkeley, professeur émérite à l'université de Manchester, fondateur de l'Institut collégial européen

Classification


Autres références

«  RONSARD PIERRE DE (1524-1585)  » est également traité dans :

LES AMOURS, Pierre de Ronsard - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yvonne BELLENGER
  •  • 890 mots

Le titre Les Amours désigne chez Ronsard une série de publications qui vont de ses débuts littéraires à la fin de sa vie. Célébrant Cassandre, Marie, puis Hélène, il invente un lyrisme qui renouvelle la poésie amoureuse. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-amours/#i_1981

BELLAY JOACHIM DU (1522-1560)

  • Écrit par 
  • Gilbert GADOFFRE
  •  • 3 527 mots

Dans le chapitre « Du Bellay et ses contemporains »  : […] Situer Du Bellay parmi les contemporains pose aussi des problèmes, car on ne saurait le limiter au statut de brillant second. Et, pourtant, ce n'est pas sans raison que l'ordre des armées distingue habituellement le chef et le porte-drapeau. Au milieu de la « Brigade » que Ronsard a mise sur orbite, il n'y a qu'un seul chef, Ronsard lui-même, qui s'impose par sa puissance créatrice, l'abondance d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joachim-du-bellay/#i_1981

BELLEAU RÉMY ou REMI (1528-1577)

  • Écrit par 
  • Hubert HARDT
  •  • 437 mots

Poète français appartenant à la Pléiade. Né à Nogent-le-Rotrou dans un site champêtre, Rémy Belleau vint à Paris comme précepteur de Charles de Lorraine et résida jusqu'à sa mort en l'hôtel de Guise. Intelligent sans surcharge d'érudition, il était avant tout « un homme qui plaisait ». Il fut l'ami sans nuage de Ronsard et l'on sait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/belleau-remy-ou-remi/#i_1981

BLASON, littérature

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 535 mots

Courant dès le xii e siècle, le terme de blason s'emploie à l'origine avec la signification de : discours, conversation, description, explication, propos. Vers la fin du xv e siècle, c'est aussi une sorte de poésie, qui décrit minutieusement, sur le mode de l'éloge ou de la satire, un être ou un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/blason-litterature/#i_1981

CERTON PIERRE (mort en 1572)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 368 mots

Éminent musicien de l'école parisienne du xvi e siècle, surtout célèbre par ses chansons courtoises polyphoniques. Il vécut surtout à Paris, d'abord comme clerc des matines ( clericus matutinorum ) à Notre-Dame (1529), chantre à la Sainte-Chapelle (1532), où il devient maître des jeunes choristes vers 1542 ; il est nommé cha […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-certon/#i_1981

COQUERET COLLÈGE DE

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 336 mots

Fondé en 1418 sur la montagne Sainte-Geneviève à Paris par Nicolas Coquerel ou Coqueret, le collège de Coqueret reste obscur jusqu'à ce que, à la rentrée de 1547, Jean Dorat y soit nommé professeur, et sans doute principal : il devient dès lors le berceau de ce qu'on appellera la Pléiade. Autour de Dorat sont rassemblés un grand nombre d'étudiants, et surtout un petit groupe d'internes, parmi lesq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/college-de-coqueret/#i_1981

DES MASURES LOUIS (1515 env.-1574)

  • Écrit par 
  • Françoise JOUKOVSKY
  •  • 646 mots

Auteur de tragédies sacrées, Louis Des Masures précède Ronsard de quelque dix années, et sa jeunesse se déroule grâce à son protecteur Jean de Lorraine dans le milieu humaniste de la cour de François I er , où gravitent des poètes traducteurs de textes anciens. Il travaille lui-même à une translation de L'Énéide , et ses premiers essais poétiques se s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-des-masures/#i_1981

DESPORTES PHILIPPE (1546-1606)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 807 mots

Le représentant le plus important de la génération qui a suivi celle de Ronsard et précédé celle de Malherbe. Né à Chartres d'une famille de négociants, Desportes fait de solides études classiques et prend la tonsure. Il devient secrétaire de l'évêque du Puy, qui l'emmène à Rome : il s'y accoutume aux mœurs policées et s'y familiarise avec les poètes italiens dont l'influence marquera fortement so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-desportes/#i_1981

FOYERS DE CULTURE

  • Écrit par 
  • Gilbert GADOFFRE
  •  • 9 694 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Un foyer de culture greffé sur l'institution royale : la cour de Henri II »  : […] Dans aucun groupe social de l'ancienne France, l'équilibre entre le style de vie et le style de pensée n'a été aussi frappant qu'à la cour de Henri II, et ce n'est pas un hasard ni un artifice de plume qui conduit M me  de La Fayette à situer La Princesse de Clèves dans cette cour qui lui semble avoir été le sommet de l'art de vivre. Les jeux du corp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/foyers-de-culture/#i_1981

MAGNY OLIVIER DE (1529 env.-env. 1561)

  • Écrit par 
  • Hubert HARDT
  •  • 264 mots

Poète de la Renaissance française, originaire de Cahors comme Marot, Olivier de Magny entra tôt dans le sillage de Ronsard, dont il devint et resta le disciple. Monté à Paris dès 1547, il servit de secrétaire à l'humaniste Hugues Salel, dont il rassembla et publia les inédits après la mort de son protecteur (1553). En 1554 paraît d'Olivier de Magny un recueil d' Amours , insp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/olivier-de-magny/#i_1981

PÉTRARQUE

  • Écrit par 
  • Vittore BRANCA, 
  • Françoise JOUKOVSKY
  •  • 5 489 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La diffusion du pétrarquisme en France »  : […] Phénomène européen, le pétrarquisme fait montre en Italie, en France ou en Angleterre d'une même complexité. Il se caractérise d'un côté par un succès qui en fait une mode, et qui impose un renouvellement constant – le pétrarquisme assagi des Rime (1530) de Bembo différant par exemple des recherches sophistiquées des quattrocentistes –, et d'un autre côté par des crises d'an […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/petrarque/#i_1981

PLÉIADE

  • Écrit par 
  • Gilbert GADOFFRE
  •  • 3 483 mots

Dans le chapitre « Du centre à la périphérie »  : […] Ce qui brouille les pistes, c'est le chiffre sept qui ne correspond qu'à un symbole. En regardant de près la structure et le fonctionnement de cette microsociété, on s'aperçoit qu'il existe en son centre un noyau dur, irréductible à tous les changements, et formé de ceux que Claude Binet, après la mort de Ronsard, désigne sous le nom d'« heureux triumvirat » : Ronsard, Baïf et Du Bellay. Ceux-là […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pleiade/#i_1981

SONNET

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 1 042 mots

Poème à forme fixe de quatorze vers répartis en quatre strophes, le sonnet tient dans la littérature européenne, et notamment française, une place extrêmement importante. On sait qu'« un sonnet sans défaut vaut seul un long poème » (Boileau), et qu'il suffit d'un sonnet pour rendre célèbre un écrivain (Arvers) ou pour ridiculiser un personnage de comédie (Oronte). Sans doute élaboré en Sicile au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sonnet/#i_1981

Voir aussi

Pour citer l’article

Gilbert GADOFFRE, « RONSARD PIERRE DE - (1524-1585) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-de-ronsard/