BAYLE PIERRE (1647-1706)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le « Dictionnaire »

On retrouve le même plaidoyer passionné pour les droits sacrés de la conscience dans le Dictionnaire, derrière l'ironie feutrée ou vengeresse qui stigmatise les fanatiques et les persécuteurs. De longs articles y sont consacrés aux minoritaires, calomniés de l'histoire, aux pauliciens, aux manichéens et autres hérétiques. C'est à leur propos que Bayle entame la question de l'origine du mal – insoluble énigme dans la création d'un Dieu supposé à la fois tout-puissant et tout-bon – ce qui incitera Leibniz à tenter de lui répondre dans sa Théodicée ; Bayle poursuivra la discussion jusqu'à sa mort dans sa Réponse aux questions d'un provincial, où il défend les thèses fidéistes du Dictionnaire contre l'optimisme déiste.

L'ouvrage, dont l'entrée fut interdite en France, souleva un scandale : on reprocha à Bayle son scepticisme, sa bienveillance pour les hérétiques, son manque de respect pour l'Écriture, en la personne du roi David dont il souligne impassiblement les crimes. Le consistoire de l'Église wallonne de Rotterdam, dont Bayle était membre, lui demanda des explications, en reçut et s'en contenta.

Une des causes de ce paradoxe qu'un ouvrage interdit en France, comme trop favorable au protestantisme, fût suspect aux autorités réformées tient à la querelle qui, depuis 1691, avait opposé Bayle au théologien huguenot Pierre Jurieu, son ami de naguère ; le prétexte en fut un Avis aux réfugiés dont Bayle nia la paternité et qui n'est peut-être pas entièrement son œuvre, mais qu'il s'employa à faire imprimer et qui reflète ses idées politiques. Bayle voyait dans la révocation de l'édit de Nantes un abus déplorable qui, cependant, n'infirmait pas la valeur du système absolutiste, à ses yeux le moins mauvais qui fût. Jurieu, lui, retrouva la vieille notion de droit des peuples et en vint à présenter la guerre de la ligue d'Augsbourg comme une croisade légitime contre le despotisme démoniaque du Roi-Soleil.

Le débat reste ouvert sur l'interprétation à donner aux œuvres de Bayle. Pour les uns, sa pensée apparaît com [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BAYLE PIERRE (1647-1706)  » est également traité dans :

ENCYCLOPÉDIE

  • Écrit par 
  • Alain REY
  •  • 5 699 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « De la Renaissance aux Lumières »  : […] Stimulées par la redécouverte de la pensée antique, par l'inventaire du Nouveau Monde que déclenchent l'expansion de l'Europe et le contact avec des lieux et des sociétés inconnus, préparées par des réflexions sur un ordre logique substituable à l'ordre théologique (avec Ramón Llull, par exemple), les deux composantes du projet encyclopédique, l'accumulation des savoirs par les textes (une philolo […] Lire la suite

FONTENELLE BERNARD DE (1657-1757)

  • Écrit par 
  • Werner KRAUSS
  •  • 1 756 mots

Dans le chapitre « Le départ d'une pensée critique »  : […] Bernard de Fontenelle naquit à Rouen d'une famille de robins. Ses oncles du côté maternel étaient Pierre et Thomas Corneille. En mai 1677, ce dernier, propriétaire de la revue Le Mercure galant , engageait son neveu à titre de collaborateur. La Bruyère avait raison de dire que cette revue était « au-dessous de zéro ». Les contributions du jeune rédacteur n'avaient guère l'envergure nécessaire pour […] Lire la suite

INTELLECTUEL

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 9 430 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le déclin de la république des lettres »  : […] Le xvii e  siècle apporte ainsi de grands changements. Les intellectuels commencent à écrire dans leur langue vernaculaire. Descartes rédige en latin puis en français Le Discours de la méthode . Le modèle de la république des lettres demeure très vivant, mais il est en crise. S'il résiste en France à l'exil protestant, il est menacé par le pouvoir monarchique qui s'entoure d'intellectuels comme E […] Lire la suite

LIBERTINAGE

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 3 274 mots

Dans le chapitre « Un éloge de la dépense »  : […] Au tournant du xvii e   siècle, Pierre Bayle entreprend de rassembler toute l'érudition brassée par la pensée libertine. Il en fait un Dictionnaire historique et critique (1696), où toutes les affirmations de l'histoire sont discutées dans un jeu d'articles et de notes. Des articles consacrés à des figures scandaleuses du siècle lui permettent d'exposer la pensée libertine. Il marque les différen […] Lire la suite

LIBERTINS

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED, 
  • Antoine ADAM
  •  • 5 708 mots

Dans le chapitre « Le libertinage critique »  : […] Qu'ils fussent athées ou déistes, les libertins étaient amenés à faire la critique des religions positives. Il leur fallait discuter les arguments que les écrivains religieux leur opposaient. Le miracle était une des pièces maîtresses de l'apologétique catholique. Déjà les Italiens du xvi e siècle avaient repris les objections du De divinatione et du De natura deorum de Cicéron. Pomponazzi l'av […] Lire la suite

LITTÉRATURE D'ÉRUDITION (XVIIe s.)

  • Écrit par 
  • Marie-Madeleine FRAGONARD
  •  • 1 229 mots

Vers le milieu du xvii e siècle une dissociation s'opère au sein des savoirs entre les sciences et les lettres, et au sein des lettres entre les savants et « ceux qui écrivent bien en français », entre ce que nous appelons érudition et ce que nous appelons littérature. Ce clivage, résultat d'un long affrontement entre les tenants d'un courant docte et ceux d'une « science galante », tend à isoler […] Lire la suite

LIVRE

  • Écrit par 
  • Jacques-Alexandre BRETON, 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Jean TOULET
  •  • 26 563 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Fonctions de l'image »  : […] « La page de titre illustrée, remplie d'allusions iconologiques, pompeux portail conduisant au royaume du livre, est une véritable création du baroque » (O. Benesch). L'idée que le livre est un espace fermé, à la fois demeure et monument dont le seuil doit être magnifié par des formes figurées, est déjà présente dans le livre manuscrit. Les encadrements gravés sur bois que l'on trouve sur les pag […] Lire la suite

SCEPTICISME

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DUMONT
  •  • 7 740 mots

Dans le chapitre « Rationalisme et scepticisme »  : […] Le rationalisme ne peut que repousser comme stérile et erroné le scepticisme académique. L'expression d'un savoir qui se résumerait à la proposition « je ne sais rien », qu'il s'agisse du non-savoir de Métrodore, de la vérité insaisissable de Démocrite ou du nihil scire d'Arcésilas, est traditionnellement dénoncée comme se détruisant elle-même. Déjà Socrate, dans l' Euthydème de Platon (286 c), […] Lire la suite

SPINOZA BARUCH (1632-1677)

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 12 184 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le XVIIIe siècle : la lutte antireligieuse, la formation du matérialisme et la pensée révolutionnaire »  : […] À l'entrée du xviii e  siècle, on note à la fois la sympathie et les prudences de Bayle. Exilé dès 1681, en Hollande, le philosophe de Rotterdam fait pendant au philosophe de La Haye ; pour toute sa vie, il est lié à ce dernier, qu'il avait commencé de lire à Sedan, mais dont il acquiert, dans le Refuge, une connaissance complète. En 1682 paraissent à Cologne les Pensées diverses sur la Comète , a […] Lire la suite

Pour citer l’article

Élisabeth LABROUSSE, « BAYLE PIERRE - (1647-1706) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-bayle/