CAVALLI PIER FRANCESCO (1602-1676)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une esthétique théâtrale et lyrique originale

Les opéras de Cavalli se distinguent tout d'abord par la qualité de leurs livrets. Les meilleurs librettistes vénitiens collaborèrent avec lui, en particulier Giovanni Francesco Busenello (trois fois), Nicolò Minato (sept fois), Giovanni Faustini (onze fois). Ces auteurs affectionnent les intrigues complexes et les rebondissements imprévus, multiplient les épisodes secondaires et les personnages (La virtù de'strali d'Amore, de Faustini, en compte 21). L'action se déroule sur plusieurs niveaux à partir d'un canevas connu de tous, mêlant le tragique et le comique. La diversité des scènes et des lieux autorise de rapides changements de décors et le déploiement de machineries spectaculaires.

Cavalli est un mélodiste raffiné et original. Il ne s'adonne jamais à la virtuosité, mais assouplit son récitatif, propose des lignes perpétuellement mélodieuses tout en respectant les impératifs de la prosodie : le recitar cantando des premiers opéras florentins devient grâce à lui une nouvelle forme de cantar recitando « à la vénitienne ». Il multiplie dans les scènes de courtes sections d'arie, séduisantes et facilement mémorisables. Son langage musical est d'une rare suavité harmonique : dans ses lamenti, il multiplie les dissonances, les chromatismes et autres effets rhétoriques. Par ces moyens, toute l'attention du public est attirée vers le chant et l'action dramatique. La catharsis aristotélicienne (c'est-à-dire la purgation des passions néfastes) n'est plus le but principal des auteurs. L'émerveillement prévaut désormais : celui de l'esprit, grâce à l'ingéniosité du livret, celui des yeux, par la multiplication des décors et des machines, et, surtout, celui des oreilles, par la richesse des moyens musicaux. De ce point de vue, les opéras de Cavalli permirent l'éclosion d'une nouvelle forme de bel canto.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur d'analyse et de culture musicale à l'École nationale de musique de Montbéliard et au Conservatoire national supérieur de musique de Paris

Classification


Autres références

«  CAVALLI PIER FRANCESCO (1602-1676)  » est également traité dans :

OPÉRA - Le renouveau de l'opéra baroque

  • Écrit par 
  • Ivan A. ALEXANDRE
  •  • 11 978 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « De Cavalli à Vivaldi »  : […] Une popularité écrasante, mais évidemment impropre à dissuader les esprits curieux. Depuis le début du xx e  siècle, nous avons assisté à la résurgence d'îles-continents loin de la terre ferme et peuplée du « répertoire ». Évoqué dès 1832 par Fétis, l'opéra vénitien de Pier Francesco Cavalli a fait une entrée fracassante sur la scène moderne au festival de Glyndebourne en 1967, avec un Ormindo ré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-le-renouveau-de-l-opera-baroque/#i_33618

Pour citer l’article

Denis MORRIER, « CAVALLI PIER FRANCESCO - (1602-1676) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pier-francesco-cavalli/