PINEL PHILIPPE (1745-1826)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aliéniste français à qui est attribuée la « libération », sous la Révolution, des malades à l'intérieur des asiles. Après des études classiques au collège de Lavaur (Tarn) puis ecclésiastiques au collège de l'Esquille à Toulouse, Pinel quitte la soutane pour préparer dans cette ville son doctorat de médecine, auquel il est reçu en 1773. L'année suivante, il part pour Montpellier où il sympathise avec Chaptal encore étudiant, étudie la nosographie de Boissier de Sauvages et suit l'enseignement de Barthez. Mais il n'y soutient pas de nouvelle thèse et se contente d'en rédiger quelques-unes, assez médiocres, pour des étudiants.

En 1778, il part pour Paris avec l'espoir d'y faire carrière. Ses débuts sont assez modestes : il survit grâce à des leçons particulières de mathématiques, à la rédaction d'articles médicaux de circonstance, puis, à partir de 1782, grâce à la direction de la Gazette de santé. Il traduit les Institutions de médecine pratique de Cullen en 1785 et les Œuvres médicales de Baglivi en 1788. Il exerce peu la médecine de clientèle, travaillant surtout, à partir de 1784, à la maison de santé de M. Belhomme, rue de Charonne, réservée à de riches malades mentaux. Desservi par sa timidité naturelle, sa petite taille et un bégaiement assez pénible, il échoue à trois reprises au concours de la faculté pour un poste de « docteur régent ». Sans doute pour les mêmes raisons, il se voit refuser une charge de médecin auprès de Mesdames, tantes du roi.

L'Ancien Régime l'ayant peu gâté, Pinel adopte avec enthousiasme les idées de la Révolution française ; il devient officier municipal et suit d'assez près les séances de l'Assemblée législative, puis de la Convention. Il participe au service d'ordre lors de l'exécution de Louis XVI, « en armes, avec les autres citoyens de sa section ». Mais il devient un bourgeois « modérantiste » et n'accepte pas la Terreur. Craignant d'être arrêté, il se fait nommer, grâce à son ami Thouret, médecin à l'hospice de Bicêtre où il va se cacher du 11 septembre 1793 jusqu'au lendemain du 9-Thermidor.

Avec la réaction thermidorienne, dont [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PINEL PHILIPPE (1745-1826)  » est également traité dans :

TRAITÉ MÉDICO-PHILOSOPHIQUE SUR L'ALIÉNATION MENTALE OU LA MANIE, Philippe Pinel - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean GARRABÉ
  •  • 869 mots

La parution en l'an IX de la République (septembre 1800) du Traité médico-philosophique sur l'aliénation mentale ou la manie de Philippe Pinel (1745-1826) représente une révolution épistémologique qui date […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-medico-philosophique-sur-l-alienation-mentale-ou-la-manie/#i_4255

ALIÉNISME

  • Écrit par 
  • Jean GARRABÉ
  •  • 1 573 mots

Dans le chapitre « De la « manie » à l'aliénation mentale »  : […] Au début du xix e  siècle, plusieurs auteurs européens ont publié dans leurs pays respectifs, sous des régimes politiques très différents, des ouvrages posant la question de savoir quel devrait être désormais le traitement médical de la folie : en Toscane, Vincenzo Chiarugi (1759-1820), en Savoie, Joseph Daquin (1732-1815), en France, Philippe Pin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alienisme/#i_4255

DÉMENCE

  • Écrit par 
  • Raymond ESCOUROLLE, 
  • Joël GREGOGNA
  • , Universalis
  •  • 5 176 mots

Dans le chapitre «  Nosologie de la démence »  : […] Dès le début du xix e  siècle, Pinel tente de classer les diverses espèces d' aliénation et distingue la manie, « où la faculté de jugement subsiste souvent », de la démence, « débilité particulière des opérations de l'entendement et des actes de la volonté » où « la faculté de pensée est abolie ». Esquirol devait ultérieurement insister sur le c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/demence/#i_4255

ESQUIROL JEAN ÉTIENNE DOMINIQUE (1772-1840)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 484 mots

Psychiatre français originaire de Toulouse, où il fit ses études de théologie et de médecine, comme son maître Pinel, dont il devint l'élève, puis l'assistant à la Salpêtrière à Paris, avant de lui succéder à la tête de ce célèbre service en 1810. Esquirol perfectionna l'œuvre de son prédécesseur, tant en matière de nosologie que dans le domaine des traitements et de l'assistance aux aliénés, pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-etienne-dominique-esquirol/#i_4255

FOLIE

  • Écrit par 
  • Alphonse DE WAELHENS
  •  • 4 743 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La folie et le progrès »  : […] Cependant, un événement d'importance survient à l'époque de la Révolution française. On a vu qu'au cours du xviii e siècle le médecin, en matière de folie, tend progressivement à se substituer au policier. Toutefois, son activité est surtout de diagnostic. À l'intérieur des asiles, il ne pénètre que rarement : l'application des thérapeutiques pl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/folie/#i_4255

GEORGET ÉTIENNE JEAN (1795-1828)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 468 mots

Psychiatre français, élève d'Esquirol, dont il est l'assistant à l'hôpital de la Salpêtrière. Bien que Georget soit mort à trente-trois ans — de tuberculose pulmonaire —, son œuvre psychiatrique est considérable. Après un travail inspiré des recherches sur Bichat sur l'étude anatomique des aliénés décédés, il précise, dans son ouvrage De la folie (1820, rééd., Paris, 1972), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-jean-georget/#i_4255

IMPULSIVITÉ

  • Écrit par 
  • Joël BILLIEUX
  •  • 907 mots

L’impulsivité, définie globalement comme la tendance à exprimer des comportements excessifs et non planifiés, est un concept intégré dans les principaux modèles de la personnalité. L’impulsivité représente également une dimension psychologique importante pour la compréhension et le diagnostic d’un grand nombre de troubles psychopathologiques et neurologiques. Au cours des dernières décennies, un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/impulsivite/#i_4255

ISOLEMENT, psychiatrie

  • Écrit par 
  • Dominique FRIARD
  •  • 1 664 mots

Dans le chapitre « L'époque des aliénistes »  : […] La Révolution française va différencier l'insensé du prisonnier ordinaire. Le fou devient un malade qu'il faut traiter. Philippe Pinel, premier médecin aliéniste, libère bien les aliénés de leurs chaînes, mais il n'en supprime pas pour cela l'isolement et la contention. Pinel, et surtout son élève Esquirol, vont, au contraire, faire de l'isolement un des concepts centraux de leur théorie du « trai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isolement-psychiatrie/#i_4255

MALADIES MENTALES

  • Écrit par 
  • Paul SIVADON
  • , Universalis
  •  • 5 762 mots

Dans le chapitre « Le sort des malades mentaux avant le XXe siècle »  : […] Le malade mental, par la mise en question de la réalité commune à laquelle il se livre, par les comportements imprévisibles et les transgressions à la règle qu'il se permet, peut provoquer des réactions de rejet. Dans une société où la personnalité humaine est mal individualisée, cette réaction se traduit tout simplement par l' exclusion, qu'il s'agisse d'un abandon rituel ou d'une mise à mort. Au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladies-mentales/#i_4255

PSYCHIATRIE

  • Écrit par 
  • Jean AYME, 
  • François CAROLI, 
  • Georges LANTERI-LAURA, 
  • Jean-Michel THURIN
  •  • 17 779 mots

Dans le chapitre « L'époque de l'aliénation mentale »  : […] Ce que la médecine peut expliquer de ce que la société et la civilisation nomment « folie » s'appelle donc, depuis Pinel (an IX, puis 1809), l'aliénation mentale. Il s'agit d'une maladie, de sorte que ceux qui s'en trouvent atteints doivent rester à l'abri des poursuites de la police et des condamnations de la justice ; mais cette maladie demeure unique, malgré les quatre aspects qu'elle peut revê […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychiatrie/#i_4255

PSYCHOTHÉRAPIE

  • Écrit par 
  • Daniel WIDLÖCHER
  •  • 5 133 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De Pinel à Freud »  : […] On peut attribuer à Philippe Pinel (1745-1826) l'idée de recourir à la psychothérapie comme à une thérapeutique psychiatrique parmi d'autres. Cet usage est lié chez lui à une perspective philanthropique qui interdit de considérer la maladie mentale sans tenir compte de l'homme malade. Pinel et ses élèves conçoivent la psychothérapie comme une forme d'assistance humaine qui ne préjuge pas de l'ori […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychotherapie/#i_4255

Pour citer l’article

Jacques POSTEL, « PINEL PHILIPPE - (1745-1826) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-pinel/