Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TRAITÉ MÉDICO-PHILOSOPHIQUE SUR L'ALIÉNATION MENTALE OU LA MANIE, Philippe Pinel Fiche de lecture

La parution en l'an IX de la République (septembre 1800) du Traité médico-philosophique sur l'aliénation mentale ou la manie de Philippe Pinel (1745-1826) représente une révolution épistémologique qui date la naissance de la psychiatrie, en raison des contextes socio-politique et scientifico-culturel qui l'entourent. La carrière de Pinel, docteur de la faculté de Toulouse monté à Paris en 1778, n'avait pu se poursuivre dans la capitale comme il l'espérait, les règles alors en vigueur limitant le plein exercice de la médecine aux seuls diplômés de la faculté locale. Républicain modéré, il est nommé au moment de la Première Terreur, grâce à Thouret (1768-1810), médecin des infirmeries de Bicêtre.

Du geste à l'écrit

Exerçant ses fonctions de septembre 1793 à avril 1795 dans cet hospice réservé aux hommes, il peut apprécier les résultats obtenus grâce à sa seule autorité morale par Pussin (1746-1811), surveillant du « 7e emploi », le service où étaient enfermés les fous. Ce dernier parviendra en prairial de l'an V (avril 1797) à supprimer l'usage des chaînes jusque-là utilisées pour maintenir les furieux. Entre-temps Pinel avait été nommé en nivôse de l'an III (décembre 1794) professeur de physique médicale à l'École de médecine de Paris, créée pour remplacer la Faculté royale abolie ; puis, « médecin en chef de l'Hospice national des femmes, ci-devant la Salpêtrière ». Pinel finira par obtenir que Pussin soit muté dans cet hospice où l'enchaînement des folles est aboli en 1800, l'année même où paraît le Traité. Celui-ci avait été précédé en 1798 de la première édition de la Nosographie philosophique, ou la Méthode de l'analyse appliquée à la médecine, ouvrage didactique dont le succès fait se succéder six éditions jusqu'en 1818. Les révisions apportées par Pinel à la quatrième classe de la Nosographie, celle des « Névroses », dont le premier ordre est celui des « Vésanies ou égarements d'esprit non fébriles », dans la troisième et la quatrième édition de l'ouvrage (1807 et 1820), s'intercalent entre les deux éditions du Traité. Leur comparaison montre comment Pinel procède à la substitution, par le nouveau concept d'aliénation mentale, de l'ancienne notion de « manie », la folie au sens grec de ce terme, qui disparaît même du titre de la seconde édition du Traité en 1809. Le Traité permet à Pinel de conduire sa démonstration : la méthode de l'analyse distingue plusieurs espèces d'aliénation mentale ; les recherches anatomiques ne sont pas en faveur de causes physiques ; le traitement moral des aliénés, l'art de contre-balancer les passions humaines les unes par les autres, a par contre fait ses preuves.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : psychiatre honoraire des hôpitaux, membre honoraire de l'Association mondiale de psychiatrie

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • PINEL PHILIPPE (1745-1826)

    • Écrit par Jacques POSTEL
    • 1 585 mots

    Aliéniste français à qui est attribuée la « libération », sous la Révolution, des malades à l'intérieur des asiles. Après des études classiques au collège de Lavaur (Tarn) puis ecclésiastiques au collège de l'Esquille à Toulouse, Pinel quitte la soutane pour préparer dans cette ville son...

Voir aussi