PHILIPPE IV LE BEL (1268-1314) roi de France (1285-1314)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le gouvernement du royaume

Le domaine royal ne connut pas de grands accroissements sous Philippe le Bel : les villes de Lille, Douai, Béthune, Tournai passèrent sous administration royale directe. L'acquisition la plus importante fut celle de Lyon, qui manifestait l'extension du territoire vers l'est. Par différents moyens, certaines régions ou villes importantes furent placées sous la dépendance plus ou moins étroite du roi. La Champagne, que lui avait apportée sa femme, Jeanne de Navarre, fut, tout en demeurant à part du domaine, administrée par des agents royaux. Une partie du Barrois entra dans la mouvance française. Des accords de pariage firent du roi un coseigneur dans le Vivarais, à Cahors, Mende, Luxeuil, au Puy.

Mais, suivant aussi la coutume de ses prédécesseurs, Philippe le Bel constitua des apanages en faveur de ses frères Charles de Valois et Louis d'Évreux, de ses deuxième et troisième fils, Philippe (comte de Poitiers) et Charles (comte de la Marche).

Philippe le Bel et ses conseillers poursuivirent également le renforcement des organismes centraux de la monarchie.

La spécialisation de la curie royale s'accentue. Les fonctions judiciaires deviennent le monopole d'une commission qui se transforme peu à peu en parlement. Un règlement de 1303 cherche à l'organiser. Au cours du règne, une Chambre des enquêtes et une Chambre des requêtes se différencient peu à peu au sein du Grand Conseil. Les fonctions financières sont, à partir de 1303, divisées entre l'ancienne Chambre aux deniers et une nouvelle Chambre des comptes appelée à prendre de plus en plus d'importance. Le Trésor, qui était géré par les Templiers, passe aux mains d'agents royaux qui conservent d'ailleurs le caractère de banquiers du roi.

Impositions et expédients financiers

Le problème le plus difficile était celui posé par les finances. Le roi ne pouvait plus gouverner avec les seuls revenus du domaine royal augmentés de taxations extrao [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PHILIPPE IV LE BEL (1268-1314) roi de France (1285-1314)  » est également traité dans :

ANAGNI ATTENTAT D' (1303)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 216 mots

Au tournant du xiii e  siècle, plusieurs querelles éclatent entre le pape Boniface VIII et le roi de France Philippe IV le Bel. À propos de la levée d'une décime sur le clergé (1296) ou de la volonté du roi de juger un évêque, celui de Pamiers, Bernard Saisset (1301), le pape affirme la thèse de la supériorité du spirituel sur le temporel et la vocation du Saint-Siège à gouverner le monde (bulle […] Lire la suite

BILLON

  • Écrit par 
  • Jean DÉRENS
  •  • 700 mots

Terme qui désigne les monnaies de métal vil, ou de métal précieux dont le titre est très fortement altéré. Les monnaies de billon ne doivent leur pouvoir libératoire qu'à la confiance du public et leur valeur intrinsèque est toujours très inférieure à leur valeur nominale. Le terme est le plus généralement appliqué aux monnaies divisionnaires qui souffrent le plus des crises monétaires et de l'usu […] Lire la suite

BONIFACE VIII (1235-1303)

  • Écrit par 
  • Marie-Dominique CHENU
  •  • 1 630 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le politique »  : […] C'est dans ce contexte religieux qu'il faut observer et juger la politique de Boniface, ce qui n'en réduit certes ni la violence ni l'échec. Elle se développe dans les divers secteurs, non sans référence à l'Évangile, tantôt dans l'imbroglio des fiefs disputés, comme ce fut le cas avec le comté de Foix, tantôt pour promouvoir la paix, comme dans le conflit franco-anglais, tantôt pour revendiquer l […] Lire la suite

CAPÉTIENS (987-1498)

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 8 058 mots

Dans le chapitre « Les grands Capétiens et l'unité territoriale (1180-1314) »  : […] De Philippe II Auguste (1180-1223) à Philippe IV le Bel (1285-1314), cinq souverains d'envergure, dont trois ont un règne d'une longueur et d'une importance exceptionnelles (Philippe Auguste, Louis IX et Philippe le Bel), règnent sur un pays qui devient le plus prospère, le plus puissant et le plus prestigieux de la chrétienté. Les Capétiens recouvrent la plus grande partie des domaines passés so […] Lire la suite

CAPÉTIENS DIRECTS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 323 mots

987 Hugues Capet est sacré roi des Francs. Début de la dynastie capétienne. 1060 Avènement de Philippe I er , protecteur de Cluny, mais absent de la première croisade (1095-1099). 1108 Avènement de Louis VI le Gros. Suger, abbé de Saint-Denis, est l'historiographe du règne. Il dépeint un roi guerrier, serviteur du pape contre l'empereur. 1137 Avènement de Louis VII le Jeune, qui épouse Aliénor […] Lire la suite

CLÉMENT V, BERTRAND DE GOT (1260?-1314) pape (1305-1314)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 638 mots

Bertrand de Got est né vers 1260 à Villandraut (Gascogne) et mort le 20 avril 1314 à Roquemaure (Provence). Il est évêque de Comminges en 1295 et devient archevêque de Bordeaux en 1299. Élu pape à Pérouse le 5 juin 1305 grâce à l'influence du roi de France Philippe IV le Bel, il est intronisé le 14 novembre 1305 sous le nom de Clément V. En nommant une majorité de cardinaux français, il assure à […] Lire la suite

COURTRAI DITE DES ÉPERONS D'OR (BATAILLE DE)

  • Écrit par 
  • Pascal LE PAUTREMAT
  •  • 303 mots

En mai 1300, Guy de Dampierre, comte de Flandre et allié du roi d'Angleterre Édouard 1 er , est emmené en captivité par les Français et son domaine est annexé au royaume de France. Mais ses partisans, les Liebaarts (du « léopard » porté sur le blason des Flandres), opposés à la minorité patricienne des Leliaarts (des fleurs de lys des armes de France) se rebellent. À la suite du massacre de sold […] Lire la suite

DUBOIS PIERRE (1250 env.-apr. 1321)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 317 mots

Légiste français, Pierre Dubois fit ses études à Paris, où il fut sans doute l'élève de Thomas d'Aquin. Avocat des causes royales pour les affaires ecclésiastiques dans le bailliage de Coutances, il fut, à ce titre, l'un des innombrables hommes de loi chargés de rechercher, de défendre et d'exalter à travers tout le royaume les droits du roi : il soutint Philippe le Bel contre Boniface VIII. Malgr […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Naissance d'une nation

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 8 953 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le roi et l'unité du royaume »  : […] Trois personnalités dominent la scène dynastique : Philippe Auguste (1180-1223), Louis IX (Saint Louis, 1226-1270), Philippe IV le Bel (1285-1314). Philippe Auguste enlève aux Anglais la Normandie, le Maine, l'Anjou, la Touraine, le nord du Poitou et la Saintonge, et triomphe de la coalition dirigée par l'empereur à Bouvines (1214) ; de plus, en généralisant, sinon en créant, les baillis, il assu […] Lire la suite

FRANZESI LES

  • Écrit par 
  • Gérard RIPPE
  •  • 261 mots

Famille florentine. Célèbres en France sous les noms de Biche et de Mouche, deux frères, Biccio et Musciatto, fils d'un petit seigneur toscan, Guido Franzesi, financiers audacieux, se rendent indispensables au roi Philippe le Bel, dont ils dirigent, à la fin du xiii e  siècle, la politique financière, tout en s'enrichissant prodigieusement : en 1295, parés du titre de trésoriers royaux et de colle […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques LE GOFF, « PHILIPPE IV LE BEL (1268-1314) - roi de France (1285-1314) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-iv-le-bel/