PHARMACORÉCEPTEURS, biochimie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Notion introduite pour la première fois par J. N. Langley et P. Ehrlich à propos de l'action d'une drogue. Langley observa, en effet, en 1909, que la nicotine, qui est un excitant ganglionnaire, provoquait une réponse quand on l'appliquait localement sur certaines parties du tissu musculaire et que son effet persistait même après dénervation du muscle. Il en conclut qu'il existait, en des points bien précis de la cellule, une substance réceptrice. Son approche du problème fut confortée par la découverte d'une substance antiparasitaire qui agissait uniquement sur la cellule du parasite, alors qu'elle n'avait aucune action sur celle de l'hôte ; pour expliquer cette étroite sélectivité de la drogue, on pensa que sur la cellule du parasite se trouvait un récepteur correspondant à celle-ci et qui n'existait pas sur l'hôte.

Paul Ehrlich

Paul Ehrlich

Photographie

Le savant allemand Paul Ehrlich (1854-1915), Prix Nobel de médecine en 1908. Bactériologiste et physiologiste, il est considéré comme le père de la chimiothérapie. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

On peut donc considérer un récepteur comme une petite région de la cellule, qui se combinerait chimiquement avec la portion pharmacophorique de la molécule (partie responsable de l'effet pharmacologique), et c'est à la suite de cette réaction chimique que s'induirait l'effet biologique. On aurait tort de penser que ce récepteur est une partie microscopique de la cellule (au sens biologique du terme) ; c'est plutôt une certaine structure prise par une substance chimique au niveau cellulaire. Cette notion de récepteur doit être rapprochée de celle de « centre actif » de l'enzyme qui se combine chimiquement avec le substrat pour catalyser une réaction enzymatique. La vraisemblance de cette hypothèse est d'ailleurs confirmée par certaines propriétés : quand il existe plusieurs isomères optiques pour une pharmacomolécule, il y en a toujours un plus actif que les autres. De même, l'effet pharmacologique peut être inhibé par des substances qui auraient même configuration que la drogue et qui viendraient bloquer le récepteur à sa place. Quelle est la nature de la combinaison drogue-récepteur ? Par analogie avec les réactions enzymatiques, on a émis l'hypothèse que la molécule effective est comparable à une clé venant o [...]



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur ès sciences, docteur en pharmacie, biologiste hospitalier, professeur de biophysique à la faculté des sciences pharmaceutiques de Toulouse, université Paul-Sabatier

Classification


Autres références

«  PHARMACORÉCEPTEURS, biochimie  » est également traité dans :

PHARMACOLOGIE

  • Écrit par 
  • Edith ALBENGRES, 
  • Jérôme BARRE, 
  • Pierre BECHTEL, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT, 
  • Georges HOUIN, 
  • Henri SCHMITT, 
  • Jean-Paul TILLEMENT
  •  • 20 274 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Rôle du récepteur »  : […] Quelle que soit la voie de recherche empruntée en pharmacochimie, la réussite dépend le plus souvent d'une interaction de la molécule préparée avec des sites récepteurs de l'organisme. La formation du couple molécule-récepteur provoque, en effet, une modification qui est le point de départ de l'effet biologique. Cette interaction implique non seulement certains impératifs géométriques et électron […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pharmacologie/#i_42246

STRUCTURE, biologie

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE, 
  • Pierre DELATTRE, 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 10 000 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Structure et activité pharmacologiques »  : […] L' état présent des connaissances sur la structure d'une molécule biologique confère à cette dernière une structure générale type : une partie chimiofonctionnelle contribuant à la liaison de la molécule avec le récepteur correspondant ; une partie biofonctionnelle responsable de l'activité biologique. Chaque molécule douée d'une activité biologique prend une structure spécifique de cette action, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/structure-biologie/#i_42246

ADRÉNALINE

  • Écrit par 
  • Jacques HANOUNE
  •  • 3 562 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Classification pharmacologique »  : […] Adrénaline et noradrénaline exercent de nombreux effets physiologiques sur leurs tissus cibles (cf.  infra ). Ces effets sont souvent de nature opposée. Une première classification proposée par Ahlquist en 1948, sur la base de l'action relative d'une série de cinq amines sympathomimétiques, a divisé ces effets en α et β. La découverte de substances à action antagoniste spécifique, α ou β-bloqueur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adrenaline/#i_42246

HISTAMINE

  • Écrit par 
  • Serge BONFILS, 
  • Bernard HALPERN
  •  • 3 686 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Récepteurs histaminiques H1 et H2 »  : […] La stimulation de la sécrétion gastrique par l'histamine est connue depuis 1920 ; et, depuis cette époque, un débat était ouvert pour savoir s'il s'agissait d'une action purement pharmacologique ou si cette amine jouait un rôle dans la physiologie sécrétoire de l' estomac, comme le voulait C. Code. Fait remarquable, cette action gastrosécrétagogue n'était pas inhibée par les premiers antihistamini […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histamine/#i_42246

NEURAMINIQUE ACIDE

  • Écrit par 
  • Armand TIBI
  •  • 196 mots

Cétose à neuf atomes de carbone possédant une fonction acide et une fonction amine, l'acide neuraminique dérive de la condensation d'une molécule de mannosamine et d'une molécule d'acide pyruvique. Au cours de la cyclisation, le carbonyle en C-2 devient hémiacétalique, et un pont oxygène s'établit entre les carbones 2 et 6. L'intérêt de cet acide est apparu lorsqu'on a découvert que ses dérivés, N […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acide-neuraminique/#i_42246

OPIOÏDES

  • Écrit par 
  • Bernard Pierre ROQUES
  •  • 3 138 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Découverte des récepteurs morphiniques »  : […] Les récepteurs morphiniques ont été découverts entre 1971 et 1973, par plusieurs équipes (E. Simon, S. Snyder aux États-Unis ; L. Terenius en Suède). Cette découverte était la conséquence logique d'une longue série de constatations. La morphine et tous les dérivés synthétiques qui possèdent comme elle une puissante action analgésique présentent des analogies structurales précises (même distance e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opioides/#i_42246

PHARMACOPHORE

  • Écrit par 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT
  •  • 392 mots

Le terme de pharmocophore correspond à un concept théorique selon lequel un fragment moléculaire, plus ou moins important, serait déterminant pour l'activité biologique de la molécule à laquelle il appartient, de la même façon qu'un seul groupement chimique (chromophore) est, par exemple, porteur de la propriété colorante d'une molécule. Dans l'image classique où l'on compare la molécule à une cl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pharmacophore/#i_42246

Pour citer l’article

Philippe COURRIÈRE, « PHARMACORÉCEPTEURS, biochimie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pharmacorecepteurs-biochimie/