TKATCHEV PETR NIKITITCH (1844-1886)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Issu de la moyenne noblesse provinciale russe, capacitaire en droit, Petr Nikititch Tkatchev est exclu en 1861 de l'université de Saint-Pétersbourg pour sa participation au mouvement étudiant et incarcéré deux mois dans la forteresse de Cronstadt. De 1862 à 1869, il anime le courant populiste tout en publiant sous divers pseudonymes de nombreux articles (droit, économie, statistique, critique littéraire) dans Russkoïe Slovo puis dans Delo. En 1869, à la suite de nouveaux troubles estudiantins et d'une affaire de règlement de compte où trempe son camarade Netchaïev, il est condamné à un an et quatre mois de prison, puis à l'exil dans son village natal. En 1873, il parvient à s'enfuir à l'Ouest. Il collabore avec P. L. Lavrov au journal Vperëd, puis participe avec Bakounine au Cercle slave ; il est ainsi en étroite relation avec les deux leaders du populisme. En même temps, Tkatchev continue de publier sous pseudonyme des articles de critique dans la presse de Russie. En 1875, il rompt avec le populisme pédagogiste et antiétatique et fonde, à Genève, avec un groupe d'émigrés russo-polonais, la revue Nabat (« Tocsin »). En 1880, après avoir essayé sans succès de transférer son journal dans la capitale russe, il s'installe à Paris, où il écrit dans le journal de Blanqui, Ni dieu ni maître. Atteint de maladie mentale dès 1882, il est conduit dans un hôpital psychiatrique parisien, où il s'éteint quatre ans plus tard.

Il y a deux Tkatchev : le critique d'art et le militant-théoricien. Comme critique littéraire, il développe et pousse à l'extrême les idées de Dobrolioubov, de Tchernychevski et de Pissarev. Il exclut toute appréciation « esthétiste » de l'œuvre d'art, qu'il considère comme le produit d'un procès psychologique reflétant les conditions socioéconomiques. Précurseur de la théorie du reflet, il n'admet pour tout critère que le degré de vérité psychologique et sociologique que l'art a pour unique fonction de représenter.

En politiq [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, diplômé de l'École nationale des langues orientales, chargé de recherche au C.N.R.S., chargé de conférences à l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  TKATCHEV PETR NIKITITCH (1844-1886)  » est également traité dans :

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Roger PORTAL
  •  • 20 249 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Le populisme »  : […] Tandis que le mécontentement entretient à la campagne et dans les usines des troubles passagers et sans gravité pour le gouvernement, un fort courant d'opposition se développe au cours de la seconde moitié du xix e  siècle, dans une intelligentsia nouvelle, recrutée parmi les éléments des classes moyennes, popes, fils de popes, cadets d'écoles militaires, nobles ruinés, médecins, instituteurs, gen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_41575

Pour citer l’article

Vladimir Claude FISERA, « TKATCHEV PETR NIKITITCH - (1844-1886) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/petr-nikititch-tkatchev/